Light
Dark
Bas/Haut

[Requête] Coeur d'Urh

[Requête] Coeur d'Urh Brandw10
Sam 20 Avr - 18:01


Coeur d'Urh


S'enfoncer dans les bois maudits

Artémis, Seraphah, Nostell, Ryker




Vous êtes terrifiés. En tout cas vous devriez.

Ces bois maudits ont la sombre réputation de rendre fou. Ou même de dévorer l’âme de ceux qui s’y aventurent. Les esprits n’y trouvent pas le repos, la terre elle-même y est malicieuse, au point qu’au plus profond de la forêt de l’Arbre-Dieu, le dernier animal a préféré fuir son ombre. Mais votre cortège audacieux se rie du danger. Les enjeux sont trop grands. Les découvertes promises trop puissantes.

Botanistes, géologues, et mythologues vous accompagnent dans ce grand péril. Le destin d’Urh se joue. L’horloge tourne. Depuis longtemps déjà, mais ce n’est que dans la pétarade d’Opale, fiasco de diplomatie écharpée, que vous vous en êtes rendus compte.

Nous vivons à un âge où les dieux meurent et où la une dans la presse annonce le retour de fléaux anciens. Tout peut basculer. Demain Opale, si rien n’est fait. La brume louvoie vers elle sans se presser tandis que la protection des racines de l’Arbre-Dieu s’amenuise.

Le Régent s’en est allé pour rassembler une armée. Les Urhois vont-ils tous attendre passivement la rossée de Zénobie comme du bétail ?

Déterminés et habités par un certain sens du devoir, vous avez été sélectionné pour vos habiletés par l’élémentaire de feu Seraphah. Son sourire discret ne cache pas son autorité sur le terrain. Il couve seulement un feu ardent peu avide de trop attirer l’attention.

Ryker, en tant que témoin de premier rang des événements de la tour d’Yfe, tu as l’oreille de Panoptès en personne. Tu seras le bras armé pour protéger l’expédition en tant que Patrouilleur et un relai de choix pour rapporter les faits marquant en haut lieu à l'Alliance.

Duscisio, ton affinité immanente avec le règne végétal place de grands espoirs en ta capacité à mieux cerner les origines de l’Arbre-Dieu, qui meurt lentement d’un mal inconnu. Détiens-tu le pouvoir d’en appeler aux élémentaires et hespérides pour le régénérer, ou du moins relater son histoire ? C’est du moins l’espoir secret du groupe.

Bien sûr, il y a Ellendrine, la main tisserande de cette opération au cœur d’Urh. Elle pense qu’au lieu de divaguer aux quatre vents sous la brume, nous ferions mieux de regarder sous nos pieds. La vérité est là, sous nos yeux, depuis le début. Il suffit seulement de l’excaver et de savoir l’interpréter. Chargé de l’Ahad et de documents historiques, ses compétences linguistiques et archéologiques lui donnent l’espoir d’arracher un bout de vérité aux ruines. Et si cela ne suffit pas, elle exercera sa maîtrise de la Cognition. Ces derniers mois, elle a couru le sous-continent en quête d’indices, mais n’a fait que soulever que la poussière du passé. Par deux fois, déjà, le XIIIème Cercle a tenté de l’assassiner. Notoirement, durant le détournement d’une ligne de dirigeable inaugurée entre Opale et Epistopoli, qui visait à faire exploser le dirigeable directement sur l’Arbre-Dieu. Elle pense donc que sa démarche inquiète malgré ses échecs.

Et enfin, l’archéologue n’imaginait pas vivre pareil voyage sans ses meilleurs éléments. Le solide Farouk et la très prometteuse Nostell. Tous trois sont venus d’Aramila à bord de l’Albatros. Le dirigeable de la génération précédente a été bricolé par Cassandre, la pilote-mécano un peu fofolle. Il est présent serti de technologie Epistote et serti de balises électrogènes depuis leur dernière mésaventure au pays des gobelins. L’Albatros a récupéré l’ambassadeur Von Arendt, son bras-droit Maëlstrom, ainsi que l’équipe scientifique Epistote, bientôt grossie du Mort-Gris. Il aura fallu faire un dernier arrêt dans le ciel de Douce-Rive pour tendre l’échelle de corde à Duscisio et un ultimesaut de puce pour atterrir derrière le lac du Mesnon et La Racine.

Vous avez fait les présentations. Les scientifiques ont eu le temps de tournebouler vos globes oculaires de leurs théories échevelées. Vous voici maintenant aux portes du domaine, sur lequel l’Arbre-Dieu règne en maître. Le châtaigner géant trône sur l’horizon, alors que des essaims de ciccadines assaillent déjà vos esprits de leurs dards psychiques.

Smith Harrison se place devant vous.
[Requête] Coeur d'Urh U9bg

-« Il va falloir être prudents ! » annonce l’écologue d’une lapalissade.
« Il est très facile d’être hypnotisé par la faune de l’Arbre-Dieu et de sombrer dans la confusion. Ou pire, la folie. Je sais que vous avez entendu des histoires. Mais ne sous-estimez ni le risque ni la vitesse à laquelle vous perdre pied avec la réalité. Personne n’est « fort » dans cette situation. »

Inutile de vous rappeler les légendes de suicidés pendus dans la forêt ou les meurtres frénétiques.
-« Nous devons donc rester en formation serrée et vérifier l’état de nos voisins les plus proches régulièrement. »

Le chant des ciccadines doubla d’intensité tandis que Smith Harrisson parlait. Il dut forcer sur sa voix pour rester audible. Un désagréable sentiment d’oppression pesait sur vos esprits. Et ce n’était que le début. L’essaim ne voyait pas d’un bon œil l’arrivée en force d’un groupe d’hominidés.

Ellendrine s’approcha à son tour et mis ses mains en porte-voix pour se faire entendre.

-« J’ai apporté une paire de lunettes polarisantes pour chacun d’entre nous. Nous devons les porter en tout temps, y compris la nuit ! Les nagoras font partie des créatures capables de vous rendre amnésique ou d’altérer vos perceptions et votre jugement… contrairement à ce qu’on pourrait penser, on ne voit pas plus sombre en les portant. »

Joignant le geste à la parole, elle chaussa une paire de lunettes rose fumé. Elle fit circuler les paires de lunettes polarisantes. Le rose miroitant était du plus bel effet sur le  visage placide de Farouk, armé de sa hallebarde.

« Si vous avez des questions sur les nagoras, Smith Harrison se fera un plaisir de vous répondre. »

L’expédition avait choisi une clairière pour se poser. Un long périple d’au moins deux jours les attendait à travers les bois. Il ne s’agissait pas d’aller au plus rapide, car Ellendrine convoitait la rencontre avec les antiques cénotaphes parsemant la forêt. Elle avait prévenu tout un chacun qu’il ne serait pas question de la presser d’avancer s’ils en croisaient. Un esprit censé redouterait de ne jamais ressortir du Jardin des Dryades… Mais il ne fallait pas effrayer les troupes !


Dim 21 Avr - 11:06



Forêt de l'Arbre-dieu / Clairière

Demephor 1901



Cela était prévu depuis longtemps déjà.

Il s’est passé quelques semaines, voire des mois depuis son aventure au mont d’argent. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, son retour à Douce-rive ne date que de quelques semaines également. Des semaines moins longues, à l’échelle de l’élémentaire. N’allez pas croire qu’il a vadrouillé ici et là sans raison. Non, non. À vrai dire, il est bel et bien retourné à Douce-rive, mais pour seulement quelques heures. L’hiver ne s’était pas totalement terminé et le temps était encore à séjourner à Kattorin le temps que cela se réchauffe. Malgré son affrontement du froid qui lui permit de connaître l’effet des basses températures et des méthodes de sauvegarde. Malgré cela, la nature reprend très vite ses droits. Pour ne pas dormir jusqu’à la prochaine saison et se préparer à nouveau à voyager, les préparatifs se sont faits dans la zone frontalière sud entre les trois territoires humains. Que fait-il de si spécial dans la ville frontalière ? Son quotidien reprend. Rien que ça. Si l’on peut juger ça comme un retour à l’ennui, vous n’êtes pas entièrement à côté de la plaque. Si Duscisio vit entre les deux villes depuis plus de quarante ans, son périple dans les monts d’argent a révélé une certaine envie de retrouver les routes. Quitte à reprendre une vie de nomade comme à l’époque de cette petite famille qui l’avait éduqué sur les modalités humaines entre 1840 et 1860 pour le transformer en l’homme qu’il est aujourd’hui. Hélas, il est inutile de préciser que cette petite famille a vécu son temps. C’est donc une vie en solitaire qui l’attend. Cela change-t-il de l’ordinaire ? Aucunement.


La saison passa. Le froid recule doucement et le nord redevient un peu plus vivable. Son retour à Douce-Rive dans son chariot mille fois reconnaissable sonne le retour de son apothicaire qui laissa courir son départ prochain. Sa première destination est le cœur d’Urh, la forêt de l’arbre-dieu. Le courrier lui précise que l’on viendra le chercher. Quand ? Comment ? Le moyen de transport n’a pas été révélé en plus des personnes qui seront présentes.
Il n’y a que deux noms connus. Seraphah, un élémentaire feu vivant à Epistoli avec qui un lien d’amitié a recensement été ravivé il y a un an de cela.

- Je me demande comment se porte la graine de Trent. Parle-t-il tout haut, sans personne pour lui répondre.

Le second nom est celui d’Ellendrine. Une humaine, cartographe qu’il a eu plaisir également de retrouver après des années. Ils se sont séparés à Xandrie après avoir récupéré sa récompense auprès des maraudeurs qui lui ont fait don d’un cristal énergétique. Ce dernier se trouve sur lui en permanence. On ne le voit pas bien sûr, il est accroché au niveau de sa ceinture à l’aide de petites ronces qui s’entrecroisent contre son corps végétal.
On ne le répétera jamais assez, mais notons par ailleurs le retour des roses blanches. Contrairement à l'hiver, le printemps offre un nombre particulièrement important de ses fleurs dans sa chevelure d’argent, bien plus nombreux qu’on ne le pourrait penser. On pourrait le lier forcément au fait que dernièrement, Duscisio se nourrit gracieusement d’une terre riche en minéraux dont il en expérimente quelques essais encore cette année d’une préparation personnelle. Ses batteries de fleurs annoncent l’accumulation d’une force vive propre à la saison nouvelle. Une énergie débordante dont fait preuve l’élémentaire par une activité ultra-productive tout au long de la semaine qui précède l’arrivée d’Ellendrine et de son groupe d’aventuriers. Il eut le temps de préparer son absence une fois encore.

Une ancienne tenue d’herboriste pratique comportant une ceinture de cuir avec quelques bourses et sacoche de cuir rectangulaire. Vêtements amples de couleur variante entre le beige, le pâle vert et la cape d’un blanc qui sied parfaitement avec sa chevelure d’argent et ses roses blanches. Le cheval est confié à la ville, son chariot et sa propriété à des personnes de confiance.

Jusque-là, tout va bien. C’est le moyen de transport venu le chercher qui pose un problème.
Dès qu’il monte à bord, Duscisio change d’attitude. Il est en colère. Ne vous offusquez point. L’électricité statique présente tout autour de lui est l’unique raison de ce changement. Enfin, pas totalement. S’il avait pu avoir l’information que leur moyen de transport était un aéronef bourré de machine électrique, il se serait débrouillé pour se rendre directement là-bas, quitte à y aller à pied. Néanmoins, il relativise pour deux points : Pas besoin de retarder le rassemblement en se perdant à l’orée de la forêt et c’est plus rapide ainsi.
Pour contrebalancer cette humeur, l’élémentaire passera le plus clair de son temps à l’écart de tous. Ne point paraître désagréable vis-à-vis des autres passagers, il cherchera le coin le moins exposé au machiné et à l’électricité, quitte à ce qu’il y passe toute la durée du trajet bien. Il put avoir un court moment de calme en voyant l’arbre-dieu de cette hauteur qu’offrait le dirigeable.

S’il n’a fait qu’entre-apercevoir les autres membres de l’expédition, il en connaît déjà trois. Pour les autres, il s’arrête sur leur visage et le peu qui lui a été partagé. Sur ce que Duscisio sait, c’est que les deux hommes, dont la barbe les vieillit d’une dizaine d’années de plus qu’ils ne le font réellement, révèlent deux combattants aguerris. Pour ce qui est de la jeune femme, elle n'est pas moins âgée que le reste du groupe, du moins plus jeune qu’Ellendrine… Ne le répétez pas surtout. Ses traits de femme lui donnent tout de même moins de trente ans de vie, ce qui est plutôt agréable à regarder. Par contre, il ne saurait l’expliquer, mais il préfère se méfier de celle que l’on nomme Nostell. Il y a quelque chose qui émane d’elle, quelque chose de dangereux. Il ne saurait se l’expliquer.

Un homme se place devant eux, sans doute pour expliquer ce dont il faut se méfier ici plus que les guerriers et autres combattants. La faune locale est bien plus hostile qu’il n’y parait. Il fait bien de le préciser. Au moment où il parle, Duscisio se trouve détourné par une ciccadine qui se pose sur son épaule. D’un geste presque amical, Duscisio approche le dos de sa main sur laquelle la petite créature se déplace lentement. Observée par l’élémentaire pendant qu’Harrison prône les grandes lignes de la folie qui les guettent, la ciccadine s’envole brusquement rejoindre ses compagnons au loin dans les arbres. Il y a une autre créature dont il faut se méfier. Si l’insecte ne semblait pas agressif ou hostile, Ellendrine leur donne à chacun une paire de lunettes dites polarisantes. Leur verre teinté les protégerait des attaques des nagoras dont Duscisio ne savait que peu de chose. Faute d’information, il sera donc le premier à poser des questions dessus.

— Si la flore vous interpelle, je me charge de vous informer. Elle aussi présente quelques dangers. Nous sommes en forêt, n’oublions pas les Nyxiam, la Mousse câline et j’en passe.

L’élémentaire, qui n’a fait qu’acte de présence depuis Douce-rive, parle pour la première fois au groupe.

— J’ai de quoi alléger les symptômes, mais ne comptez pas trop là-dessus. Les réserves sont limitées et je n’ai que peu d’outils.

En effet, Duscisio est chargé d’une sacoche qui laisse entendre quelques tintements de bois, de verre et de métal quand il se déplace. Chargé de petits remèdes et de sacs de graines, il porte avec lui quelques onguents qui pourraient être utiles contre certaines toxines. Un mortier pour broyer certaines herbes et d'autres outils d’herboriste font partie de la collection. Il n’est pas faute d’être prévoyant avec les humains.



Dernière édition par Duscisio Balibe le Mer 8 Mai - 21:28, édité 2 fois
Lun 22 Avr - 0:23
Panoptès, Panoptès. Mais dans quelle foutue galère était-il allé encore se fourrer ? Depuis son retour d’Yfe, Ryker était passé du statut de sac de viande prêt pour l’abattoir à conseiller émérite de la Guilde qui avait le respect et l’oreille de Réno. Il n’avait jamais demandé cela. C’était peut-être pour ça, justement, qu’il se retrouvait – encore – dans un aéronef en destination d’un des endroits les plus dangereux du monde. Contre toute attente, alors qu’il cherchait des informations au gré de ses voyages et des ressources pour mieux s’armer, ce fut un autre qui le contacta. Le Patrouilleur avait cherché à Aramila des traces de la nébuleuse Nemeth, ou encore au fond des mines gobelines de quoi reconquérir ses armes perdues. Il avait questionné ses pairs et n’avait rien pu trouver. Il n’était qu’un Mort en sursis qui n’avait ni connaissances, ni pouvoir. Seulement le privilège d’avoir parlé à Déméphor dans ses derniers instants. Ils avaient tué un dieu. Ainsi avait-il eu la surprise d’être contacté par son ancien mentor : Seraphah Von Arendt. C’était encore plus surprenant que son expédition entre le temps et l’espace du Fort Valeek.

Pourtant, en ces quelques semaines, beaucoup de choses avaient changé. Le Patrouilleur semblait s’être garni d’une assurance renouvelée et la lueur éteinte au fond de son regard ravivée. Il y avait dans cette course pour sauver le monde une ardeur qui avait su le regonfler d’espoir. Il avait découvert la vérité sur ses parents, la vérité sur le mirage qu’il chassait depuis des décennies. Ainsi se retrouvait-il au milieu d’une équipe de choc qui cherchait à s’emparer du destin du monde pour le protéger. Il n’en connaissait pas beaucoup, et d’autres de réputation. Ryker se demanda même plusieurs fois ce qu’il faisait là, au côté de scientifiques émérites et de spécialistes. Il faisait pâle figure mais, comme à son habitude, sous-estimait ce qu’il pouvait leur apporter. Il se retrouva donc plusieurs fois à tirer quelques regards inquiets de ses pairs en nettoyant ses armes, rafistolant son sac ou dans ses postures de méditation.

Le Patrouilleur acquiesça du chef face aux révélations des divers personnages hauts en couleur. Un écologue appelé Harrison qui lui exposa de façon encyclopédique ce que l’expérience et les errances de Ryker avaient déjà pu lui apprendre. Il accepta les lunettes avec un soulagement lorsque la jeune femme lui offrit la paire de lunette. Il dut crier au milieu des Cicadines pour la remercie mais elle ne sembla pas l’entendre. Il se sentait comme un cheveu sur la soupe mais savait que ses talents seraient bientôt nécessaire.

- Merci ! Mais faudrait aussi qu’on se prépare pour le Jardin, non ?!
hurla-t-il dans le vide.

Il laissa tomber l’idée d’en parler d’un geste négligent de la main. Les personnes qui les avaient réunis l’avaient fait avec dessein. Il se concentra donc sur la suite qui n’allait pas tarder à arriver. Une fois encore, Ryker vérifia que sa longue épée était bien attachée. Sa lame argentée trahissait une arme neuve, mais aussi un métal étrange. Un métal qui n’avait pas vu la surface depuis longtemps. Il soupira, enfila les lunettes qui lui donnèrent un air ahuri. Deux grosses lentilles roses sur son visage buriné par les épreuves. Etait-il le seul à avoir l’air aussi … dérangé avec ces ustensiles ? Il adressa un signe de tête au dénommé Farouk, qui semblait être le seul qui parlait à peu près le même langage que lui : celui des armes. Il se passa mentalement la liste des créatures de ces contrées. Il était paré à tout. Du moins il l’espérait.

- Merci, l’ami. J’espère malgré tout ne pas en avoir besoin.
répondit-il aux apports du dernier venu qui semblait, après avoir posé pied à terre, avoir retrouvé une sérénité et une joie de vivre qui l’avaient quitté lorsqu’il était monté sur l’aéronef.

Il n’avait pas le pied aérien et semblait s’être amouraché de la nature végétale de la forêt. Il lui adressa un signe de tête avant de le dépasser et un joyeux trille émana de l’appareil qui venait de se poser lorsqu’un étrange dragon-colibri vint caracoler autour du Patrouilleur qui leva le bras pour l’accueillir. La créature grimpa et se frotta contre lui avant de venir se loger sur son épaule et enrouler sa queue autour de son cou. Les traits du Mort Gris se détendirent lorsque la petite créature apaisa ses craintes et la torpeur dans laquelle les cicadines l’avaient jeté. Symbole de sa Guilde, le Duddo sembla ainsi l’adouber comme émissaire de l’Alliance. Ces créatures étaient rares, et le fait qu’elle soit aussi proche et attachée à Ryker témoignait deux choses. La première, c’était qu’il était dérangé et instable émotionnellement. La seconde, c’était qu’il était un digne représentant de son ordre. Pourtant, cela ne se voyait pas, en cet instant. La première partie. Le Mort Gris admirait la végétation et la sondait du regard avec un air circonspect. Il porta sa main au petit colifichet qui ballotait sur le noir de son armure de cuir, sur son torse. Face au printemps et à l’expédition qui les attendait, il avait opté pour une protection légère et laissé derrière lui l’imposante cape hivernale pour opter pour un paquetage fonctionnel. Il avait une légère cape noire pour se protéger des intempéries, ou des insectes, mais aussi de quoi assurer son campement personnel.

- Dame Ellendrine, avez-vous un cap ou nous avons champ libre ?
demanda-t-il, alors qu’une décharge d’énergie noirâtre émanait de l’objet.

La forme d’un Yearrk se dessina à ses pieds et entama de fureter autour de lui. La créature observa le Patrouilleur de ses quatre yeux. Il savait qu’il ne s’agissait pas réellement du même à chaque fois, mais il ne pouvait s’empêcher de les baptiser Noeils, de sa grande originalité. Le Mort Gris frotta l’un de ses cristaux et ses yeux luirent légèrement de blanc derrière ses lunettes polarisées. Il n’avait pas lésiné sur les moyens pour cette expédition. Il ne referait pas la même erreur que pour la tour d’Yfe. Il resta figé sur l’orée des arbres. Quelque chose le perturbait. Ryker fronça les sourcils, il posa machinalement sa main sur le pommeau de son épée courte tandis que le reste achevait de descendre. Etaient-ils déjà observés ?


Résumé:


Dernière édition par Ryker Lestat le Mar 23 Avr - 10:39, édité 1 fois
Lun 22 Avr - 13:43

Cœur d'Urh

Briefing en compagnie d'Artémis, Seraphah, Duscisio, Ryker et Ellendrine


La voilà de retour à bord de l'Albatros pour une nouvelle mission, Lady Brightwige l'ayant jugée suffisamment compétente pour un renouvellement de contrat en bonne et due forme ! La mercenaire ne s'était pas montrée bien difficile avec son employeuse. Ellendrine payait bien et, avec ce qu'elle avait pu vivre en sa compagnie et celle de son robuste assistant nommé Farouk, Nostell estimait qu'il aurait été dommage de ne pas se lancer dans une nouvelle aventure pleine de rebondissements.
Une affaire dangereuse, bien entendu ! Une expédition aux enjeux importants...
Un tel mode de locomotion le sous-entendait déjà.
Ce n'était que la deuxième fois qu'elle voyageait ainsi. Fidèle à ses habitudes, la Strigoi ne dérangea pas les autres passagers, préférant rester dans son coin pour songer à sa mission du jour et conserver un œil discret sur les éléments les plus importants du vaisseau.
Cette fois-ci, les hommes de science sont légion.
Les rumeurs autour de l'état alarmant de l'Arbre-Dieu avaient attiré du monde. Comme si l'avenir d'Urh en dépendait, la savante Lady avait mis toutes les chances de son côté en faisant appel à bon nombre de ses relations les plus vives d'esprit.
Je comprends pourquoi je ne suis pas de trop dans cette affaire.
La mercenaire n'incarnait aucunement la science infuse. Elle était surtout douée pour le combat, à vrai dire. En tant qu'ex-Ombre, ancienne tueuse et espionne dépendamment des exigences, ses sombres talents feraient le malheur des opposants de l'archéologue et de sa clique.
Gobelins, insectes mangeurs d'hommes ou autres... qu'importe. Ma mission reste, dans le fond, toujours la même : protéger et tuer au bénéfice du groupe.
Elle avait depuis longtemps accepter cette sinistre vérité. Le Berceau des Ombres subsistait de la même manière ; simplement que son comité était plus large, et ses activités centralisées en Xandrie.
La vie du loup est la mort du mouton. Les gros poissons mangent les petits. Le schéma classique ne change pas, quelque soit le regard qu'on lui porte. C'est l'ordre même des choses qui veut ça. Dicté par la chaîne alimentaire, fidèle aux lois de la nature même...
L'imposante silhouette de l'Arbre-Dieu se dressait à l'horizon. Ils se rapprochaient inexorablement de leur légendaire destination. Et avec elle, le briefing, énoncé par l'écologiste Smith Harrison.
Un homme précautionneux qui ne se laissait pas perturber par le chant intempestif des cicadines. Ces créatures avaient le don de vous oppresser, d'agir négativement sur votre sens de l'orientation. Nostell, qui ne portait pas les insectes dans son cœur, en éprouvait les désagréments. Seule son expérience en matière de torture psychologique lui permettait d'en atténuer les effets, de les rendre supportables à défaut de lui paraître réellement viables.
Définitivement pas le genre d'endroit où j'irai déposer mes valises.
Même le climat d'Aramila possédait davantage d'attraits alors qu'elle était une strigoi, et qu'une chaleur trop importante ne relevait pas du rêve éveillé...
Pour bien se faire entendre par-dessus l'éternelle stridulation des cicadines, les scientifiques devaient élever la voix. Dont Lady Brightwige, qui disait avoir apporté de quoi protéger la troupe des effets insidieux des nagoras.
Par réflexe, Nostell regarda Smith Harrison, que sa patronne disait très renseigné sur ces créatures insolites, avant de poser les yeux sur ces paires de lunettes polarisantes qu'on leur avait distribuées.

- ...C'est une mauvaise blague ?

Ces lorgnons tape-à-l'oeil ne ressemblaient à rien ! Un coup d'œil à l'attention de Farouk, qui n'avait pas hésité une seule seconde à les endosser, confirma cette impression de ridicule qui s'en dégageait.
D'ordinaire si placide, Nostell esquissa une grimace.
Porter ces horreurs ou risquer de perdre la tête ?
A contrecœur, elle accepta l'accessoire en se disant que même une Ombre ne pourrait jamais la reconnaître derrière ces verres outrageusement colorés.
Elle évacua un soupir de pure résignation.
Toute protection digne de ce nom porte une peine sur son dos, j'imagine...
En parallèle de cette épreuve de relooking, un homme aux longs cheveux d'albâtre étala son savoir vis-à-vis des végétaux de la région. Il soutenait avoir de quoi soulager les aventuriers de leur influence en cas de nécessité absolue.
Nostell acquiesça. Si elle avait entendu son avertissement, le mercenaire n'était pas sûr qu'il en ait été de même pour le noir épéiste à la cape qui avait lui aussi tiquer sur l'esthétisme ô combien douteux des lunettes.
Sans grande surprise, elles détonent sur n'importe qui.
Au moins, ils se trouvaient tous sur le même bateau...

Dirigé d'une main de maître, l'Albatros atterrit au beau milieu d'une clairière. Avant de poser pied à terre, Nostell s'assura qu'elle portait tout le nécessaire à ces deux jours de voyage en terre inhospitalière. Le fin tissu de sa cape d'invisibilité trônait sur ses épaules. Un carquois rempli de flèches dépassait de son dos, accompagné d'un arc de bonne facture. L'ex-tueuse n'avait pas omis ses inséparables dagues, toutes deux attachées à sa ceinture. Son pistolet - la surprise du chef - demeurait toutefois invisible aux yeux des profanes. La mercenaire n'aurait pourtant aucun mal à le dégainer dans la hâte.
Tout est en ordre.
En bonne éclaireuse, elle quitta le vaisseau avant son employeuse. Ses sens demeuraient en éveil - maintenant plus que jamais. Face à elle se dressaient la forêt et, sous le couvert de ses innombrables branches feuillues, ses occupants mystères.
L'un d'eux lui apparaîtrait peut-être familier ?


Résumé:
Mar 23 Avr - 1:35


Coeur d'Urh


Conquête Sacrée

Artémis, Ellendrine, Nostell, Ryker






Le temps filait vite. Et l'élémentaire n'allait pas le laisser s'effilocher au même titre que les racines de l'Arbre-dieu. L'information avait circulé parmi le conseil d'Epistopoli suite à l'Attentat d'Opale. La Brume avançait prudemment mais sûrement tandis que pour le commun du peuple, on pensait que tout était redevenu comme avant...la place centrale comme une bouche béante en plus.

C'est ainsi qu'il s'était mis à son bureau et qu'il avait écrit moultes missives que son fidèle bras-droit avait pris soin d'envoyer à qui de droit. Si le treizième cercle avait pris tant de soins pour scier les racines du monde, il convenait de consulter le coeur de ce dernier pour parvenir à maintenir l'ordre. Du moins il l'espérait. Depuis qu'il avait revêtu forme humaine il y a des siècles, il s'était évertué de maintenir cet ordre si cher aux humains. Il l'avait fait dans un premier temps égoïstement, tombant amoureux des arts...et puis maintenant, beaucoup disaient de lui qu'il était humaniste. Parce que s'il aimait tant la Brume, il devrait être ravi qu'elle prenne davantage place...Mais s'il l'aimait vraiment, cela ferait bien longtemps qu'il aurait plongé en elle comme un poisson dans l'océan.

Alors qu'est-ce qui le motivait réellement?

Maelström se risquerait de dire la vie elle-même. Surtout maintenant qu'il avait, porté en bandoulière celui qu'il nommait affectueusement Aelan - rayon de soleil - parce qu'il lui avait fallu déployer toute sa force de feu et celle de l'astre solaire pour le voir prendre vie. Et le trent, à l'image d'un enfant qui mime rapidement celui qui l'a si longtemps attendu, a développé un aspect à l'image de Seraphah: plein d'une étrange élégance.

Quand l'Albatros ouvre ses portes à Epistopoli, il découvre un Seraphah aux cheveux noués en une natte sage mais qui n'enlève rien à son regard de feu qui se pose sur chacun d'entre vous qui êtes déjà à bord. Il vous salue avec éloquence, faisant les présentations de son bras-droit, Maelström, mais également du fier Aelan qui siège sur son épaule, mais qui peut à tout moment aller se réfugier dans une poche conçue pour lui au sein de la veste de l'élémentaire. Il se distingue toujours par son élégance, ici une panoplie faite d'un tissu épais, saillant, mélange d'ocre et de brun pour ce qu'il nomme une "discrétion".

Tout le long du voyage, il prendra le temps de s'entretenir avec Ellendrine, chacun ayant leurs propres théories sur ce qu'ils pourraient trouver à leur arrivée, mais prends également le temps de converser avec Ryker dont il apprécie le flegme et la sensibilité sous-jacente qui ne semble pas trouver sa place au sein de sa vie faites de voyages, de combats, d'inattendus.

Il devrait peut-être avoir peur, mais il semble particulièrement à son aise, prenant le soin de proposer une boisson à Nostell qui s'était mise à l'écart, mais aussi Duscisio, qui put admirer le côté alerte d'Aelan.

Quand vous fûtes aux abords au bord du domaine de l'arbre dieu, il leva son regard pour contempler l'arbre dont la splendeur ne lui échappait pas, malgré la conscience qu'il se mourrait également. Maelström vint murmurer à son oreille, et il déclina sa proposition de réduire considérablement le bruit des ciccadines. Par contre, si quelqu'un commençait à virer fou, sa capacité serait la bienvenue.

C'est avec un intérêt non feint qu'il écouta l'un des scientifiques présents. Il avait pris soin de sélectionner chacun d'entre eux, en espérant que leur expertise aidera réellement dans cette aventure. Ce qu'il mentionnait allait de soi, mais il appréciait cette sensation de troupe qui pourrait compter les uns sur les autres. Surtout en entendant l'essaim se mettre à rouspéter d'autant plus fort, rendant la communication plus difficile. À cet instant, il pensa que Kesha aurait été parfait pour garder le contact au-delà des bruits, mais ce dernier était déjà sur une autre affaire...

Il regarda Maelström faire une grimace face aux lunettes qu'avait distribué l'archéologue, avant de les mettre avec un aplomb qui le fit sourire. De son côté il les porta avec un naturel non feint...et comme pour beaucoup de choses cela lui allait à ravir. Après tout, l'ocre et le brun se mariait bien à ce rose.

Tandis que Maelström s'avançait autant que Nostell pour vérifier les alentours, son ouïe lui permettant de distinguer aisément des éléments suspects, Seraphah prit la parole, devançant quelque peu Ellendrine, mais ayant un regard envers elle pour lui prouver tout son respect. Il avait réuni toute cette troupe, et maintenant qu'ils étaient arrivés, il était temps de poser de bonne base.

«Nous suivrons cette voie.» Il marqua sa parole d'un index tendu vers une certaine direction. «Mais avant d'avancer, j'aimerai que nous soyons au clair sur les compétences de chacun.» Alors qu'il utilisait tout son souffle de chanteur pour porter sa voix au-dessus des chants des insectes, il n'eut plus à le faire, Maelström n'écoutant pas ce que l'élémentaire lui avait dit il y a 10 minutes, mais sur le coup il lui en était reconnaissant.

Ainsi chacun put entendre distinctement ce qui suivit...

«J'aimerai que nous marchions de façon groupée. Même si quelque chose attire votre attention au fur et à mesure de notre progression, n'y allez pas sans en avoir avisé votre voisin, et surtout, s'il y a le moindre danger, si vous avez le moindre doute sur quoi que ce soit, actionnez la corde.»

Il regarda en particulier le groupe de scientifiques qui étaient présents. La majorité n'avait aucune compétence en combat.

Maelström sortit une corde avec un certain poids et vint demander à chacune des personnes présentes de la tenir.

«Cela peut paraître enfantin, mais j'aimerai pour votre sécurité et celle de votre voisin qui sera devant ou derrière vous que vous teniez cette corde et que vous tiriez dessus si vous souhaitez que le groupe s'arrête. Comme vous l'avez perçu dès notre arrivée, nous avions beaucoup de mal à nous entendre...sans parler des lunettes que nous devons porter pour ne pas se laisser hypnotiser par quoi que ce soit. Ce territoire ne veut pas de nous. Alors nous allons faire en sorte que ce "nous" soit soudé et puisse communiquer de cette façon-ci.»

Il se tourna vers Ellendrine: «Nous en avons parlé lors du voyage et j'ai conscience que vous allez vouloir profiter de notre escapade pour étudier les cénotaphes vu l'intérêt que vous m'avez manifesté envers elles. Je ne m'y opposerai pas. Tant que cela ne met en danger personne de cette troupe et encore moins vous-même.» Il se sentait responsable de chacun d'entre vous sans exception et c'était sa façon de le mentionner.

«J'aimerai que ceux ayant des compétences martiales se répartissent parmi ceux n'en ayant pas. Ryker, Nostell, pouvez-vous prendre le devant ou l'arrière de ce cordage. Maelström j'aimerai que tu sois au centre et je me posterai en seconde position, ayant un semblant de carte en ma possession.»

Il présumait qu'Ellendrine se porterait derrière lui, et que les deux gardes qui étaient venus avec eux d'Epistopoli se répartiraient leur place entre les scientifique en fin de fil. Quand à Duscisio, vraisemblablement, il te laissait te placer où tu en avais l'envie.

À peine aviez-vous fini d'échanger, que le bruit assourdissant revint à vos oreilles...



Spoiler:


Mer 24 Avr - 10:46

La journée commençait pourtant bien. Un soleil radieux, une belle partie de chasse et un bon repas pour tout le monde. Oui, Ablette, le pégase, bien qu’herbivore, partageait volontiers ces moments avec les autres carnivores. En effet, Œil-De-Nuit, l’esprit du loup matérialisé d’Artémis, et Vilain, invocation Yearrk, aimaient par-dessus tout la bonne viande. L’ermite ne s’ennuyait pas dans sa forêt avec cette bonne compagnie. Sa forêt pouvait être exagéré, mais il s’y sentait réellement comme chez lui. Chaque hectare lui était connu et presque rien ne lui échappait. Les réactions des oiseaux l’alertaient immédiatement d’une intrusion. De même que les balades solitaires de son loup lui permettaient aussi de ressentir bien des choses à distance. Ses sens, eux aussi aiguisés, ne laissaient que de peu place aux intrus.

Depuis les évènements de la tour d’Yfe, auxquels il avait tristement assisté, Artémis s’était davantage reculé dans sa forêt. Par compassion pour un groupe d’aventuriers, il avait accepté d’intégrer leur groupe pour les protéger, mais surtout pour achever le travail réalisé aux côtés de son ami Tormog. Ce dernier, à son tour, avait aussi disparu sans donner de nouvelle. Le vagabond ne l’a jamais retrouvé. Il pouvait être mort ou simplement en voyage, on ne le savait pas. En tous les cas, l’homme aux cheveux d’albâtre avait retrouvé un semblant de tranquillité, ne s’occupant que de ses animaux et renouant les liens avec la forêt qu’il avait trop longtemps quitté. Côtoyant trop longtemps des personnes civilisées, Artémis en avait presque oublié la vraie vie. Celle où l’Homme retrouvait ses racines sauvages et vivait en harmonie avec la nature.

Alors qu’il travaillait certains détails dans le maniement de son sihil, le duo de canidés apparut à toute vitesse, tournant frénétiquement autour de leur maître. Œil-De-Nuit s’arrêta et retourna dans son cocon, à l’intérieur même d’Artémis qui récolta en même temps toutes les données de son loup. Il vit dans les souvenirs un majestueux loup blanc, véloce et habile, se déplaçait avec vitesse et agilité dans cette dense et sombre végétation. Mais les deux prédateurs étaient revenus pour une raison bien spécifique et l’épéiste le comprit assez rapidement. Des odeurs parvinrent à lui. Des bruits de pas. Des bribes de discussions. Il revint sur les odeurs et certaines lui rappelèrent des individus. Plutôt des alliés. Ces personnes ne semblaient être menaçantes mais cherchaient tout de même quelque chose.

Le Yearrk retourna dans son totem. Ablette, le pégase, attendait les ordres, prête à s’envoler à tout instant. Il rengaina sa lame et caressa l’encolure de la magnifique jument au pelage noir. « Vole, mon amie. Ne nous lâche pas d’une semelle. Au signal, pique sur nous sans réfléchir. », fit-il en la laissant ensuite prendre sa course d’élan avant de disparaître vers les cieux éclairés. Le Change-Peau se changea ensuite en un magnifique loup blanc, puis s’en alla à la poursuite des intrus. De nombreux dangers régnaient dans cette forêt. Artémis vivait avec eux, les combattait pour survivre et savait s’en dissimuler. Pour des novices, c’était quasi mission impossible de survivre sur la durée. Plus les heures s’écoulaient et plus leurs chances de survivre s’amenuisaient. Un être-humain s’épuisait, avait besoin de restaurer. Tant de moments que les prédateurs attendaient avec impatience pour se jeter sur elles.

Le Portebrume, cet homme qui se déplaçait comme un majestueux animal, qui traquait ses cibles et pouvait les abattre de ses lames, ne représentait-il pas la plus grande menace pour ces nouveaux arrivants ? Il avala la distance en une bonne demi-heure, puis décida de ralentir pour observer ses cibles quelques instants. Il reconnut Ryker. Inutile de s’approcher sans quoi le patrouilleur pourrait le détecter. Artémis reconnaissait largement les compétences de son partenaire d’aventures. Il reconnut ensuite Ellendrine, Farouk et Nostell, avec qui il avait récemment participé à une expédition. Foutus gobelins, se dit-il intérieurement aux souvenirs qu’évoquaient cette mission. Mais cela ne lui indiquait pas ce que faisaient ces personnes ici. D’autres individus qui ne lui évoquèrent rien se trouvaient également en leur compagnie. Le rôle de Ryker était évident : protéger le groupe. Ellendrine, comme à son habitude, devait certainement superviser l’opération, même si les inconnus semblaient aussi avoir leur mot à dire. Quant à Nostell, le vagabond connaissait ses aptitudes et elle serait également utile, voire indispensable au cours des affrontements à venir. Car oui, à n’en pas douter, des affrontements auront lieu.

Pour l’heure, toujours sous sa forme animale, Artémis préféra ne pas s’interposer et suivre le groupe à une certaine distance. Les suivre uniquement aux sons et aux odeurs.
Résumé:
Mer 24 Avr - 19:19


Coeur d'Urh


S'enfoncer dans les bois maudits

Artémis, Seraphah, Nostell, Ryker




Duscisio reprenait des couleurs depuis qu’il avait mis pieds à terre. A par le botaniste de la troupe, Norman Ventdieu, qui était de loin le personnage le plus timide d’entre tous, chacun pouvait sentir l’appréhension grimper en écoutant l’élémentaire végétal égrainer les menaces perfides de la forêt. Identifier la gueule d’un monstre pour s’en éloigner était une chose. Mais comment fuir ce qui pouvait être partout et que l’on ne verrait certainement pas ? Pendant que vous échangiez des regards soucieux, le botaniste était tout en curiosité maladroite envers le jeune trent et Duscisio.

Norman Vendieu :
[Requête] Coeur d'Urh Ldua

Ellendrine fit-elle la sourde oreille à l’évocation du Jardin par le patrouilleur ? Ou son audition ne lui permettait pas d’entendre par-dessus le vacarme des ciccadines? A défaut de maléfices, l’essaim semait déjà une forme de désorganisation sonore au sein de la troupe. L’archéologue ne put que constater combien le Mort-Gris était bien équipé pour les protéger, entre son yeark et ses yeux dévoilant les ombres.

Elle allait répondre à Ryker, quand Seraphah prit la parole pour dévoiler ses plans pour traverser la forêt.
-"Vous faites bien de me rappeler à la prudence. Je tends à m'égarer face à une tentation historique."

Les camarades étaient pour certains dubitatifs en découvrant l’allure de leurs lunettes de protection. Ellendrine trouvait pour sa part qu’elles avaient de la griffe et peu firent la fine bouche en repensant au danger encouru.

Farouk, Nostell et Mäelstrom rôdaient de tous leurs sens aux abords du vaisseau pour s’assurer que tout était sous contrôle. Le groupe ne s’était même pas encore enfoncé dans le domaine de l’Arbre-Dieu qu’il était déjà sous bonne garde. Car en sus des protestations souveraines des ciccadines, dont beaucoup les disaient gardiennes du royaume des Esprits, un invité silencieux le couvait de son regard de loup…

La mignonne petite pousse de Trent que portait Seraphah pouvait laisser penser à un début de voyage enchanteur. La créature se montrerait peut-être des plus utiles, qui sait ? Mais ne vous y trompez pas, vous vous apprêtiez à entrer dans une sombre féérie.

Premier effet surnaturel, le chant des ciccadines s’étouffa. Il ne disparut pas, il perdit simplement de sa puissance, comme un ballon qui se serait dégonflé. La voix de Seraphah porta avec majesté dans cette bulle de paix. Hélas, le son représenté par les stridulations n’était qu’un inconfort mettant à l’épreuve l’ouïe des voyageurs. Il était capable de vous avoir à l’usure par la fatigue. Mais le véritable danger consistait en cette attaque télépathique de masse qui grattait votre boîte crânienne pour y semer le doute et la nervosité. Peut-être certains d’entre vous commençaient-ils à manifester de premiers signes d’agitation ?

Comme c’était le cas pour le Docteur Norman Ventdieu, qui se tordait les doigts d’anxiété. Seuls Duscisio et Seraphah étaient totalement épargnés par le courroux de l’essaim. Ils étaient probablement graciés en tant qu’émanation des éléments naturels. Les plus entraînés parmi vous, comme Maëlstrom, Ryker et Farouk font front sans sourciller, malgré le désagréable sentiment d’avoir un caillou dans la chaussure.

La forêt de l’Arbre-Dieu vous salue.

Pendant que tous sont à palabrer, Artemis observe de loin, maître des lieux. Mais il est des êtres qui se disputent la suprématie dans cette sombre forêt. Peut-être qu’il est temps de le rappeler aux Loup Blanc… Tout est calme de ton côté, mais tes tripes se nouent. Juste un présage. Une sensation de danger diffuse dans l’air.

Seraphah a l’air bien décidé à encadrer la sécurité de chacun. Si certains ont l’air dubitatifs face à sa consigne de la cordée, tous finissent par obtempérer. Ryker ouvre le bal en avant, suivi de Seraphah, Ellendrine et des scientifiques et Duscisio qui sont au milieu avec Maëlstrom. Nostell ferme la file. Les onze individus forment une chenille unie. La forêt sera-t-elle dupe de pareil camouflage ? Ne manquerait-il pas un douzième membre au cortège pour honorer les Esprits ?

L’expédition pénètre la forêt, avec l’étrange sensation de franchir une porte invisible ouvrant sur un autre monde d’ombres et de silence. Les ciccadines ne vous ont pas laissées. Vous marchez avec un but précis sous la direction du maître des Flammes. Votre cohésion vous aide sans doute à tenir l’oppression incessante de l’essaim sur vos consciences. Imaginez un peu la perdition d’un être déboussolé qui ne sait plus trouver le chemin de la sortie et qui est assailli par ces cris. Quand la nourriture vient à manquer et que les prédateurs rôdent autour… Malgré quelques échanges pertinents, les conversations s’essoufflent d’elles-mêmes. Elle deviennent sporadiques à mesure qu’une certaine paranoïa rampe dans vos veines.

Spoiler:

Ellendrine s’accroche à sa résilience, tout en jetant des regards nerveux dans toutes les directions. Farouk est malheureusement confus et ses habiletés en partie détériorées… Une moitié des scientifiques pince les lèvres avec résolution, l'autre devient beaucoup plus émotive. A un moment, vous croyez même discerner un sanglot.

A mesure que vous vous enfoncez sous la canopée, vous réalisez combien les arbres sont gigantesques. On tend à l’oublier en voyant de loin le maître des cieux. L’Arbre-Dieu les rapetisse par sa grandeur. Pourtant, vous voyez autour de vous des troncs que vous ne pourriez pas ceindre, même en vous donnant la main tout autour d’eux. Pour beaucoup, ils sont âgés de plusieurs siècles. Ces aînés vous humilient, faisant de vous de simples fourmis entre leurs racines aériennes et leurs écorces partiellement décrochées.

On comprend pourquoi il est si facile de s’imaginer des présences et des visages en apercevant les motifs noueux dans les arbres. La nuit finit par tomber après deux heures de marche. Comme si elle venait vous surprendre. Ou peut-être les feuillages sont-ils si denses que le soleil ne perce plus les frondaisons. C’est l’automne tardif, pourtant…

Enfin, les ciccadines se taisent. Soulagement ! Ces insectes n’aiment pas chanter la nuit. La bordure du bois n’est pas encore très éloignée. On retrouve la présence d’une faune bucolique et familière. Quelques biches. On entrevoit entre les buisson le profil d'un cerf n'ayant pas encore perdu ses andouillers.

Alors que vous songiez au meilleur endroit pour établir votre camp, Norman Ventdieu s’écrie à l’attention de Ryker :
-« Nélumbo ! »

Les délicats calices lactés percent la bruyère à une quinzaine de mètres en avant. Il vous aura fallu l’œil exercé du botaniste pour éviter le pire. A présent sur vos gardes, il vous faut contourner la plante aux inhalations toxiques. Adieu votre site de campement idéal. En contournant avec précaution, quelqu’un croit en deviner un autre. Et un autre un peu plus loin. On est loin de parler d’un parterre. Mais avec ne serait-ce qu’un spécimen au deux cent mètres, vous êtes en terrain miné…

Vous détenez sans doute des solutions pour passer la nuit en sécurité en attendant que les fleurs se replient au lever du jour. Mais quelqu’un, ou quelque chose n’entend pas vous laisser à cette quiétude.

C’est d’abord Artemis qui perçoit une ombre fuyante derrière lui en fendant les bruyères. Un souffle fugitif passe de l’autre côté. Est-ce un claquement de sabot qu’il vient de détecter ? En tout cas une odeur coriace s’impose fortement à son nez. Avant de disparaître, comme si ses sens lui jouaient des tours.

Il ne faut pas très longtemps au groupe pour remarquer ce tourbillon fuyant avec vélocité autour de lui dans les bosquets. Vous remarquez trop tard que la corde vient d’être fauchée en plusieurs endroits entre vous. Depuis les tapis de buissons épineux, des mains tirent sur un morceau de corde, entraînant à leur suite le mythologue et la géologue, dont vous avez oublié les noms…

Leurs hurlements raisonnent à vos oreilles alors qu’ils sont traînés à vive allure sur le sol dans le sillage de la créature. Que faire ? Cela vaut-il le coup de leur courir après à l’aveuglette tout en étant attachés par trois ou quatre ? Sont-ils encore sauvables ?
Jeu 25 Avr - 14:35



Forêt de l'Arbre-dieu / Entre les arbres

Demephor 1901



Sur le peu à comprendre, les lunettes fournies par Ellendrine doivent être mises. Si l'on oublie la dégaine des quelques membres qui sont plus ou moins ravis de les porter pour leur design et leur fonctionnalité, Duscisio se fait récalcitrant à les mettre. Est-ce vraiment utile pour un élémentaire de les porter ? S’il veut se fondre dans la masse, ce n’est pas en les ignorant qu’il se fera discret. Comble de la chose, ce n’est pas non plus en les portant qu’il sera discret non plus. La monture en alliage surmontée de verre de couleur se pose sur un semblant de nez et accroché à ses oreilles avant d’être cachée par ses cheveux qui donnent l’impression de bouger tout seul pour les camoufler ardemment. Tout le monde est d’accord avec le fait qu’elle ne soit pas très agréable à porter, même la stroigoi qui n’a pas prononcé un mot montre des signes désinvoltes.
Davantage attiré par le petit Trent de Seraphah dont il observe avec amusement les traits de caractère de son papa spirituel. Il n’affiche tout de même qu’un petit sourire à l’idée qu’il puisse y avoir contribué, ne serait-ce qu’un peu à l’aide d’une certaine mixture donnée lors de leur dernière rencontre. Déjà habillé à l’image de l’élémentaire, il s’accorde parfaitement.

Une fois que tout le monde ait mis pied à terre, Duscisio se sentit largement plus à l’aise maintenant que la machine volante s’éloigne même de quelques mètres. Cela sera parfait quand il quittera les lieux pour le débarrasser de cette charge électrostatique qui le perturbe comme le serait la Brume elle-même. Certains membres du groupe s’occupaient déjà de sonder les alentours. Les perturbations de l’aéronef qui s’estompe vont également permettre à l’élémentaire argenté de mieux sentir son environnement. Bien que cela sera plus facile au contact du premier arbre qu’il pourra approcher, il y a une ambiance dans l’air qui montre bien que tout n’est pas aussi amical que les ciccadines à son encontre.
Seraphah prend les devants en se distinguant par une stratégie de survie en ce milieu hostile. Autre la corde qui les relit les uns aux autres, une très fine ronce s’y entremêle. Une connexion qui a plus l’air d’un amusement que d’une utilité en y observant une minuscule rose blanche poussée de temps en temps le long de celle-ci. À croire que Duscisio aime autant se propager qu’une mousse câline en manque d’affection. Autre sa petite prise de parole, il ne prononcera pas un seul mot de toute la journée. Sa concentration se trouve principalement à son entourage et à la sensation que la nature lui procure. Si le chant de ciccadines prend la tête de beaucoup de personnes, elle n’en a pour lui aucun effet particulier et se soulage même de les entendre chanter pour leur montrer que la forêt est pleine de vie. Comparant cela à une balade non loin de Douce-rive pour sa récolte régulière de plantes diverses, le charme de la cueillette n’a malheureusement pas sa place ici. Même Ellendrine doit se résoudre un moment donné à abandonner l’idée d’étudier les cénotaphes, même s’il a l’accord de Seraphah. Duscisio pourrait rouspéter pour faire la même chose avec la flore, mais cela se résumerait à s’arrêter trop souvent et donc ralentir leur progression. Lui qui était placé au milieu de tous, cela serait fortement gênant pour tout le monde de le voir tirer la corde à tout bout de champ pour une plante commune. Peut-être que le botaniste qui le regarde curieusement pourrait le comprendre.

À mesure que le groupe s’avance dans la forêt, Duscisio se rend compte que la plupart des arbres sont plus vieux que lui ou que Seraphah pour certains d’entre eux. Ils restent tout de même bien jeunes par rapport au majestueux arbre-dieu qui se fait un peu oublié en raison de la taille des hommes et des femmes. Chacun d’entre eux peut être comparé à des insectes dans une pelouse. Heureusement pour eux, aucun géant pour les écraser au détriment d’une balade dans ce magnifique jardin. Tout le monde n’est pas aussi serein. Certains d’entre eux présentent des signes inquiétants, résultat du chant qui assourdit leurs oreilles.
Au bout de deux heures, la nuit commence et le chant s’atténue jusqu’à disparaître. Si le lieu de leur première nuit approche, une alerte est hurlée par le botaniste Norman Ventdieu. Une Nélumbo. Il fut plus rapide et plus alerte que Duscisio.

— Vous avez l’œil. Quel dommage que nous ne soyons pas arrivés avant, celle-ci vient tout juste d’éclore. Dit-il dans le plus grand des calmes.

Malheureusement pour tous, ce n’est pas une ni deux fleurs que l’on aperçoit, mais toute une famille qui a éclos plus tôt dans la saison. Une belle opportunité d’avoir au moins une graine de Firiana s’estompe pour enrichir la collection de l’herboriste. Ce n’est pas la seule chose qui attire l’attention. Il y a une rupture de lien. Rappelez-vous des ronces qui ont poussé le long de la corde. Elles aussi ont été coupées. La réaction de la Rose blanche moins tardive que les hommes simplement attachés, regarde en direction des différents membres du groupe jusqu’à que l’un entre eux finisse par être emporté par quelque chose. Leur hurlement alerte tout le monde et Duscisio est le premier à agir. Rappelez-vous des roses qui ont poussé par endroit. Quelques-unes d’entre elle explose en de très nombreuses ronces qui essaient de s’accrocher à tout ce qu’elles peuvent.
La main tendue vers eux, montrant bien qu’il est à l’œuvre, Duscisio utilise ses propres forces en tentant de les retenir et de les garder à portée de vue. Si les ronces sont arrachées de force, cela suffit à les retenir. Seulement, il n’aura que peu de temps avant que toutes les tiges ne cèdent et que ces quelques personnes ne disparaissent dans la nature. Il n’y a que quelques secondes avant que la force de la créature ne prenne le dessus pour les emporter définitivement dans la forêt.

— Ne les poursuivez pas. Averti l’élémentaire qui se met soudainement sur la défensive.

Plutôt que de revenir plus longtemps sur le kidnappeur, Duscisio se concentre sur le reste du groupe avec lequel il essaie de retrouver un nouveau lien en remplaçant la corde par ses propres ronces. Ce n’est pas très agréable, mais elle sera un peu plus solide et plus sensible que de simples fils tressés. En plus de cela, il s’expose un peu plus en se chargeant d’une partie de la défense. Autour d’eux, un anneau de ronce les entoure comme première mesure. Cela n’est pas très dissuasif du premier regard et ne sont là que pour servir de périmètre d’alerte. Quelques pétales de roses tombent de sa chevelure.

— Une idée de ce que c’est ? Je n'ai pas eu le temps de voir…

Duscisio trop concentré sur son environnement à l’instant d’après, demande un regard plus affûté. Ce qui est plus sage de sa part pendant qu’il prend part à ce qu’une autre créature du même genre ne recommence.

Résumé:



Dernière édition par Duscisio Balibe le Mer 8 Mai - 21:28, édité 1 fois
Ven 26 Avr - 12:10
Cela faisait vraiment beaucoup de monde pour la petite expédition. Des spécialistes dans tous les sens et le Patrouilleur avait naturellement pris le pas pour devancer la troupe. Il ne pouvait se défaire de cette impression qu’ils étaient surveillés, ce qui était somme toute chose normale dans ces lieux. Il accepta la corde, proposition qu’il jugea pleine de bon sens. Certes, cela entraverait les mouvements mais cela permettrait de limiter les accidents inaperçus face à la faune locale. Seraphah confirmait là son expérience des grandes explorations, bien que Ryker fut plutôt dans l’équipe qui prônait la liberté de mouvement. C’était à destination des moins alertes d’entre eux : il n’en doutait pas. Il échangea plusieurs fois avec l’élémentaire durant leur trajet, profita de sa maîtrise ambiante des sons pour s’échapper de la pression mentale des Ciccadines. Noeils, le Yearrk, vagabondait devant eux et s’échappait dans les fourrés pour suivre les quelques odeurs laissées sur ordre du Patrouilleur tandis que son Duddo ne le quittait pas. Il voleta autour des quelques membres les plus craintifs durant leur marche mais ne trouva pas grand-chose pour se sustenter.

- Gardez tout de même un œil sur la flore, il y a certaines espèces ici que je n’ai jamais vu nulle part … confia le Patrouilleur à ses pairs lors d’une pause. A moins que votre … Trent … Aela ? Enfin, qu’il ait quelques talents cachés …

Il avait déjà parcouru ces lieux autrefois mais n’était pas assez fou pour en avoir fait son domaine favori. Il éviter d’user de ses lames pour se tailler un chemin et comptait sur les sentes arborées pour avancer dans cette végétation qui devenait de plus en plus dense. Il conserva la mise sur son cristal de lumière et préféra éviter de se rendre sourd à l’aide de l’écholocation qui lui aurait permis de mieux appréhender les possibles rencontres. A chaque cristal son utilité et sa période du nycthémère. Les Ciccadines se tairaient sous peu car même sous l’épaisse frondaison, le soleil se devinait de plus en plus timide.

Ryker échangea ses cristaux à l’instant du dernier chant et ouvrit ses oreilles à une myriades de son qu’il tenta de trier. Il confirma l’abondante faune et relégua le Yearrk à son totem maintenant qu’il pouvait prendre le relais. Un son étouffé alerta les esgourdes du Patrouilleur, un pas feutré au loin. Non, deux … il fronça les sourcils, tenta d’isoler les sons mais c’était chose complexe dans cet environnement. Il hésite à lancer son totem sur la piste pour vérifier que ce ne fut pas un prédateur mais chassa rapidement cette idée de sa tête. Il devait se concentrer sur le groupe pour éviter qu’ils ne soient surpris par l’avant. Il garda cette information en tête, croyant bien avoir identifier deux canidés, donc l’un des deux particulièrement imposant. Un couple ? Etrange dans cette zone, surtout en l’absence de meute plus importante. Peut-être était-ce autre chose, qu’il se trompait. C’était tout à fait possible.

- Je crois que cet endroit ferait un parfait …
- Nélumbo !

Le Patrouilleur se stoppa net et plissa les yeux avant d’activer son cristal de lumière et de générer un faisceau à partir de sa paume. Il éclaira aux alentours et révéla plusieurs de ces plantes toxiques. Il grommela dans sa barbe. Adieu leur camp et la possibilité de trouver un refuge pour leur première nuit. Ces plantes étaient bien trop dangereuses et il n’était pas tout à fait serein dans une pareille flore. Il s’appuya sur le botaniste pour prendre la suite des décisions, ainsi que sur l’étrange Duscisio qui semblait être très … tactile avec les plantes. Il l’avait observé de loin et commençait à cerner les avantages de sa nature intrinsèque. Un élémentaire, il en aurait mis sa main à couper vu ce qu’il avait fait avec les ronces sur la corde.

Puis la nuit s’avança et ils décidèrent de continuer lorsque le chaos s’invita dans leur petite fête. Occupé à distinguer les fleurs, Ryker ne perçut pas l’arrivée soudaine d’un danger en queue de file. Un tourbillon qui le prit par surprise et ne révéla son désastre que sous les cris épleurés des victimes. Il utilisa sa lumière pour révéler la corde tranchée et une sorte d’ombre qui s’emmaillotta dans les ronces créées par l’élémentaire. Il augmenta l’intensité de son rayon pour l’identifier, sans succès.

- Ne pas les poursuivre ? maugréa-t-il tout en s’affairant à défaire le nœud de sa corde. On a besoin d’eux et c’est pour ça que j’ai été recruté.

Sans compter qu’il ne laisserait personne mourir sous ses yeux s’il pouvait l’empêcher. D’un geste il relâcha son Yearrk et lui ordonna de suivre la piste laissé par la créature, par-dessus le nid de ronces qu’était en train de créer Duscisio. Il activa dégaina son épée longue et prit quelques pas d’élan pour sauter par-dessus les ronces. Il roula à terre et usa de son ouïe pour repérer la trace à suivre. Là, son Yearrk qui remontait la piste.

- Restez protégés. Je reviens. Ce n’est pas mon premier balai dans cette forêt. Partez sans moi si je ne suis pas revenu au lever du Soleil. Duddo saura me conduire jusqu’à vous, vu l’état dans lequel vous êtes.

Son ordre claqua dans le silence et il se mit en marche au pas de course. Leur panique, l’odorat du Yearrk et son audition. Oui, il saurait les retrouver si besoin. Les traces laissées par son Yearrk étaient faciles à suivre mais il activa son cristal d’écholocation pour se repérer au son proféré par son invocation tout en alternant avec le cristal de lumière pour éviter les écueils de la forêt. Il ne pouvait se permettre d’allumer une torche sous peine de provoquer l’ire de la forêt. Ainsi, une sorte d’étrange clignotement avança dans la forêt et disparu rapidement dans les fourrés. Les cris des deux humains n’étaient, eux non plus, pas difficiles à suivre, mais on n’était jamais à l’abri d’une illusion et le flair du Yearrk assurerait sa remontée de piste. Le Patrouilleur était aux aguets et avançait malgré tout avec précaution pour éviter, lui aussi, d’être pris par surprise. Ils auraient mieux dû se répartir les rôles : la chose avait ciblé deux cibles moins … dotées. Cela témoignait d’une certaine intelligence.

Au bout de quelques minutes, il parvint dans une sorte de clairière devant laquelle son invocation semblait être perdue. Elle reniflait devant et grognait comme si la piste s’était stabilisée là. Le Patrouilleur s’arrêta devant l’espace clairsemé et dégaina son épée tout en se baissant. Il posa sa main sur l’encolure drue de Noeils et activa son cristal d’écholocation. Là, il les percevait. Non loin, à quelques mètres, des sons étranges. Il n’y avait plus qu’à passer à l’action. Il inspira profondément, ceignit son épée. Il était prêt à faire usage de force si nécessaire.

résumé:
Ven 26 Avr - 13:44

Cœur d'Urh

Un repos abrogé en compagnie d'Artémis, Seraphah, Duscisio, Ryker et Ellendrine


L'utilisation des cristaux et des totems ponctuait ce début d'aventure en large comité. Nostell se concentrait sur leur environnement plutôt que sur les actions de ses collègues, lesquels savaient probablement ce qu'ils faisaient. Ils n'avaient pas, pour la plupart, gagné sa confiance mais la mercenaire avait foi en son employeuse qui s'était portée garante du professionnalisme de chacune de ses recrues.
Si jamais ça coince, nous ne tarderons pas à le remarquer.
L'idée de relier tout le monde par le biais d'une corde appartenait au dénommé Séraphah Von Ardent. Cet homme, brave autant dans ses gestes que dans son apparence, lui avait proposé un verre d'eau à bord du dirigeable. Comme à cette occasion, la strigoi n'avait émis aucune protestation, consciente que cette stratégie allait dans le sens du groupe entier. A l'instar de la position qu'on lui avait choisie, à savoir en queue de file, afin de veiller sur les arrières de la procession.

- Bien.

Ryker, lui, était passé devant. Il paraissait confiant en ses capacités. Nostell ne doutait déjà pas de son sérieux. Pour le moment, il s'était montré fiable.
S'efforçant d'ignorer le chant intempestif de ces maudits insectes, l'ex-assassine, la corde en main, suivait l'équipe dont le regard portait dans une direction préalablement choisie par l'homme à la crinière de feu.

L'introduction dans la forêt n'était pas de tout repos. Pour Nostell, en l'occurrence, la marche en elle-même ne revêtait aucun problème. Malheureusement, il en allait autrement vis-à-vis du chant des Ciccadines. Ces sales bestioles nuisaient à sa concentration, presque au point de la rendre nerveuse. C'était une lutte permanente pour ne pas se retrouver à nager en plein délire. Une lutte pour ne pas avoir à tirer sur cette corde au risque de déranger la progression de tous.
Détestable sensation d'insécurité.
Au milieu de cette oppressante végétation, ils étaient beaucoup à partager son impression. Les scientifiques, par exemple, peinaient à conserver le silence. Certains d'entre-eux, victimes d'une lourde appréhension, tremblaient comme des feuilles. Deux heures de marche : véritable épreuve d'endurance durant laquelle sanglots, halètements et autre joyeusetés sonores alourdissaient l'ambiance. Pourtant, malgré son inconfort, la strigoi arrivait mieux à supporter son mal-être que la majorité du groupe. Contrairement à bon nombre des érudits qui en faisaient partie, Nostell avait été confrontée à la mort depuis son plus jeune âge ; elle ne pouvait point ignorer le danger - illusoire ou non -  que représentaient cette immense forêt et ses sournois habitants.
Serre les dents. Reste en alerte. Mets de côté les sons parasites.
Elle devait se le répéter toutes les cinq minutes. Telle une litanie, voire une incantation, pour ne pas perdre le nord...
En outre, il lui arrivait très fréquemment de jeter des coups d'œil en cascade par-dessus son épaule. Ne lui avait-on pas confié la tâche si délicate de surveiller leurs arrières ? Il lui était proprement impossible de l'oublier !
Nostell se cramponnait fermement à cette idée, à sa raison de se tenir ici, parmi les autres...

En l'approche de la nuit, le soleil avait bien entamé sa déclinaison. Les Ciccadines s'étaient tues. Des animaux, plus silencieux, les relayaient de par leur furtive présence. La mercenaire n'accusa aucun sursaut au moment d'en repérer certains. Elle manqua toutefois faire un bond en entendant le botaniste hurler le nom d'une plante vraisemblablement dangereuse.
Ironiquement, l'absence de bruit avait poussé la mercenaire à baisser sa garde...
Un grand classique. Heureusement, il ne nous a pas été fatal.
Il n'était donc plus question de passer la nuit à proximité de ces plantes.
En fait, le corps expéditionnaire n'eut même pas le loisir d'en trouver un autre ; quelque chose s'agitait nerveusement dans la sylve. Maintenant que les Ciccadines l'avaient laissée tranquille, la strigoi la remarqua. Oh, ça oui... elle la sentit. Certes un brin trop tard, car l'ombre mouvante responsable de sa méfiance avait déjà trouvé le moyen de sectionner la corde à maints endroits avant de s'emparer de deux individus en les tirant dans les buissons. Et ce malgré les précautions - végétales et magiques - de l'homme à la chevelure d'albâtre ; ses ronces ayant cédé à la puissance du ou des agresseurs.
Ledit défenseur leur demanda prestement de ne pas engager de poursuite. L'avis contraire de Ryker donna lieu à un débat.
Pas le temps de bavasser.
Les enlèvements étaient encore bien trop frais pour ne pas y réagir.
Avant que Duscisio ne constitue une nouvelle corde, Nostell lâcha ce qu'il restait de la sienne en dégainant lame dans une main et pistolet dans l'autre. Elle bondit lestement par-dessus la deuxième défense de l'élémentaire - un anneau de ronces qui entourait l'équipe - avant de lancer derrière la consigne de Ryker :

- Consolidez la défense. Nos ennemis n'iront pas bien loin.

Puis, enveloppée dans sa cape d'invisibilité, la courageuse mercenaire disparut de leur champ de vision.
Rapide et furtive, Nostell ne se laissa point distancer par le Patrouilleur qui, elle le savait en gardant aussi un œil les traces, suivait la bonne piste. Elle était prête à le seconder en cas d'attaque en traître - sans doute qu'il l'ignorait puisqu'il ne pouvait pas non plus la voir, tout comme le(s) kidnappeur(s).

Lorsqu'il s'arrêta dans une clairière en compagnie de son invocation, la strigoi cessa tout mouvement, plus silencieuse qu'une ombre. Elle ne comptait pas intervenir tout de suite. Après tout, c'était aussi l'occasion de voir de quoi il était réellement capable. Et comme l'ex-assassine ne disposait encore d'aucun visuel sur les victimes...
Ne pas confondre vitesse et précipitation.
La Mort était sur le point de s'abattre en ces lieux enténébrés. Sur qui, précisément ?
Cette sinistre information restait à établir.

Résumé:
Mar 30 Avr - 14:35

Tout était calme. Ils passèrent plus ou moins indemnes le premier barrage des ciccadines. Le vagabond se rappela ses premières années, difficiles, au cours desquelles le chant des insectoïdes avaient plus d’une fois troublé son esprit. Combien de touristes ou aventuriers non-aguerris avaient succombé à cette sournoise mélodie ? Bien trop. Elles représentaient un danger certain pour les novices. Heureusement, elles n’étaient plus aussi nombreuses qu’autrefois, Epistopoli et d’autres s’étant employés à réduire drastiquement leur nombre. Toutefois, Mais à part cet élément enquiquinant, tout était calme.



Du moins, c’était le cas jusqu’au moment où un élément des plus contraignants vint troubler cette tranquillité. Une ombre effrayante, accompagnée d’une aura absolument terrifiante, passa juste devant l’homme aux cheveux d’albâtre. Cet unique moment d’échange lui donna une seule certitude : ils ne survivront pas à une telle monstruosité. Il disparut et seuls des sabots purent être identifiés. Des années qu’ils vivaient au sein de cette forêt, même s’il évitait volontairement d’approcher l’Arbre-Dieu, et rarement il eut l’occasion de rencontrer un monstre d’une telle férocité. Rapidement, après une habile manœuvre, la bête prit tout le groupe de surprise et s’empara de deux scientifiques.



« Les idiots. », pesta discrètement le Loup Blanc, avant qu’il ne les entraîna dans le sol sous des hurlements retentissants. L’élémentaire de plantes construit rapidement un périmètre de sécurité, fait de ronces, afin de protéger le reste du groupe. Habile, pensa le vagabond. Lui aussi équipé d’un Yearrk, Ryker partit sans plus attendre à la poursuite du monstre, rapidement suivit de Nostell. La priorité était évidemment de tenter de secourir les personnes emportées par la chose. Son comparse patrouilleur avait pris la bonne décision. Il aurait été préférable que l’archère restât assurer les arrières des autres, mais un soutien à longue-distance ne sera probablement pas de trop. Artémis décida de les suivre, toujours à distance. Cependant, seule l’odeur permettait de suivre Nostell, car elle n’était plus visible à l’œil nu.



Le patrouilleur fut donc le premier à arriver sur les lieux. Une clairière déserte. Une véritable accalmie régnait dans les alentours. Pourtant, l’ouïe et l’odorat du Change-Peau lui confirmait la présence de l’ennemi, quelque part, au fond de ces terres. La présence perturbée du Yearrk le prouvait. Ryker, lui, se tenait prêt au combat. Et le combat vint à lui rapidement. Des sabots surgirent en premier. Tout alla si vite. Difficile de percevoir les mouvements. D'un geste vif, la lame de l’épéiste sembla trancher quelque chose, peut-être un membre, relâchant les deux otages qui coururent, sans le savoir, en direction de Nostell. La bête replongea dans les profondeurs des ténèbres. De nouveau le retour de l’accalmie. Si le patrouilleur restait vigilant, Artémis savait que sa cible ne se trouvait plus ici. Malgré la grande tension,



Il était temps pour le vagabond de faire son apparition. Sous forme humaine, il apparut aux côtés de son vieil ami. Un coup d’œil en direction de la femme invisible, il la sentait. « Celui que tu cherches n’est plus ici, Ryker. », dit-il en lui tapotant l’épaule. « Très beau mouvement, tout à l’heure. Chaque fois que nous sommes séparés, tu reviens plus fort, patrouilleur. ». Sur ces mots, le Portebrume invita son comparse à la suivre en direction du reste de l’équipe. « Faisons vite. J’espère sincèrement que ce prédateur n’est pas allé s’en prendre au reste de la troupe. ». En effet, l’attitude de ce monstre est étrange. Il aurait tout à fait pu se battre davantage, peut-être massacrer Ryker, pour finalement récupérer ses proies. Au lieu de ça, il avait simplement pris la fuite. Que cherchait-il ?



Ils pressèrent le pas. Au bout d’un certain temps, qui parut durer une éternité, ils finirent par retrouver le campement. La protection de l’élémentaire de plantes semblait être restée intacte. Rassuré, Artémis retrouva la colère qu’il contenait depuis le début. Comment diable avaient-ils osé s’introduire en ce lieu sacré ? La surprise se lit dans les yeux de l’ensemble des personnes se trouvant face à lui. Si Ellendrine ressentit probablement un soulagement, les autres eurent probablement une forme de crainte en voyant cette apparence robuste, féroce et fort peu chaleureuse. En même temps, à l’heure actuelle, il ne souhaitait nullement être chaleureux. Ils s’étaient tous introduits ici sans grande préparation. Ils n’étaient peut-être pas dans la Brume, mais le coin de l’Arbre-Dieu était lui aussi connu pour sa dangerosité.



« Bande de sombre inconscients ! », cracha l’homme aux cheveux d’albâtre. « Qu’espériez-vous trouver ? Un havre de paix ? C’est une zone de guerre, ici ! Je ne m’y aventure pas moi-même. Sauf grande nécessité. Vous avez déjà eu la chance d’échapper au chant des ciccadines. ». Il toisa du regard chacun des membres de cette unité de recherche. Des chercheurs, des savants, qui ne se rendaient pas réellement compte du danger. Ils connaissaient les espèces, leur férocité, mais on ne se rendait des choses qu’une fois qu’on y été confronté. Les deux miraculés en tremblaient encore. L’élémentaire de plantes, manifestement aguerri, semblait contrôler la situation. Restait cet homme aux cheveux de feu. Il puait l’autorité. Pour autant, ne le connaissant pas, Artémis préféra se tourner vers Ellendrine : « Et toi ! Ça ne t’a pas suffi la dernière fois !? Il faut encore que tu t’empêtres dans des bourbiers ! »



Il ferma les yeux et expira progressivement l’air pour se calmer. Maintenant qu’ils étaient ici, il était inutile de rebrousser chemin. Les prédateurs les avaient déjà repérés et ne laisseraient pas partir aussi facilement. Autant avancer. « Et maintenant, c’est quoi la suite ? Tous les prédateurs du coin savent que nous sommes ici. ». Si Ellendrine avait dépêché autant de moyens, c’était que l’enjeu en valait probablement la chandelle. Elle visait certainement l’Arbre-Dieu et la révélation des résultats obtenus seraient sans aucun doute de la plus haute importance.
Résumé:
Mer 1 Mai - 1:22


Coeur d'Urh


Conquête Sacrée

Artémis, Ellendrine, Nostell, Ryker






Le coeur dur. Voilà ce qu'il n'avait jamais cessé d'entendre quand cette expédition avait été mise en place. Est-ce que c'est la réalité? Est-ce qu'Urh était un endroit épris de sévérité? Sans aucun sentiment? Il suffisait de fréquenter les politiques de ce monde pour le croire...Ce qui comptaient en premier lieu étaient les machineries. L'humain était secondaire. Autant à Opale, ceux qui provenaient de la brume comme lui n'étaient que des cobayes sans âmes ni racines. Autant à Epistopoli l'homme pouvait rapidement devenir un éventails à la chair de métal, les prothèses devenant plus performantes que les corps les portant.

Alors oui, être ici tous ensemble pour tenter de sauver ce monde de sa mort lui donnait la sensation que c'était une grande mission. Et même s'il n'en paraissait rien, tous les scientifiques connaissaient les risques. Il aurait aimé mieux les préparer, mais le temps manquait. Alors ils tenaient une corde et advienne que pourra. Le nombre pouvait paraître impressionnant vu de l'extérieur, mais l'élémentaire savait que certains pouvaient mourir, tout comme il le pouvait aussi. À force de vivre dans des endroits aseptisés, on pouvait croire qu'on était vacciné contre l'unique chose qui nous attendait réellement. Que ce soit naturellement ou accidentellement.

Il apprécia qu'Ellendrine se rendisse compte de son côté effrontée qui pouvait surgir face à ses sujets d'études. Et même si Duscisio ne pipa mot, il connaissait la passion de l'élémentaire envers les plantes et ici il y avait beaucoup de variétés présentes nulle part ailleurs. C'était loin d'être sa spécialité, mais en tant que médecin il lui arrivait de se renseigner. Tandis que tout le monde avançait en tenant ou s'accrochant à la corde comme il le remarquera plus tard, il gardait une attention sur son bras droit, Maelström. Ce dernier avait pour ordre de l'alerter, mais il n'en eu pas l'occasion. Comme beaucoup il avait sentit que quelque chose rôdait, mais sans parvenir à l'identifier et surtout en ayant la surprise de la rapidité de l'action.

Pourtant, cela faisait quelque temps que sous le couvert de la nuit et du silence, chacun s'était relâché. Seraphah n'avait pas connu ce parasitage, mais il avait perçu comme chacun en fut affecté. Il gardait en réserve des fioles qui pourraient être utiles si certains perdaient la tête. Les échanges avec Ryker furent agréables, l'élémentaire le reprenant sur le nom du trent Aelan, mentionnant que ce dernier avait une façon de s'exprimer toute à lui...Comme d'aller se cacher en ressentant un danger.

Trop tard. Trop tard pour tout le monde. Seraphah apprécia toutefois le prise de décision de Ryker suivit de Nostell. Maelström voulut les suivre, mais l'élémentaire l'intima de rester avec le reste du groupe. À tout moment, le danger pouvait revenir vers eux. On avait besoin de combattant comme lui. À l'attention de Duscisio: «Non, pas eu le temps de voir ce que cela était. Merci pour votre initiative à protéger le groupe..» Il savait que lui comme Maelström pourrait repousser l'ennemi, ils étaient sur leurs gardes, bien que Seraphah se permit de rassurer les scientifiques restés présents. Peut-être qu'avancer avec les plus démunis au milieu serait une meilleure option pour la suite.

Les minutes s'égrenaient avec lenteur. Aelan restait blottit dans sa poche arrière. Bien sûr que le danger était omniprésent, surtout maintenant que la nuit était présente. Mais que pouvaient-ils faire d'autre qu'avancer pour trouver refuge loin de plantes hallucinogènes ou pire encore?

Plus aucun cris. Le silence pouvait paraître écrasant mais il ne fit rien pour le briser. Au moins leur attention pouvait être à leur environnement. Enfin, ils réapparurent tous. En voyant l'homme et la femme complètement tremblant, des feuilles et herbes dans leurs cheveux, Seraphah sut qu'il irait prendre soin d'eux. Mais pour l'heure, son regard toisa celui de l'homme dont il ne connaissait nullement le nom. Ryker semblait confiant avec ce dernier c'est ce qui lui permit de mieux l'appréhender malgré ses premières paroles à leur encontre. Il l'observa, le temps qu'il apostrophe Ellendrine et qu'il vint demander la suite des opérations.

Il s'avança vers Artemis, pas du tout soucieux de son apparence. Ce genre de choses ça allait et venait dans une vie. «À qui ai-je l'honneur?» Son regard ambré sonda tes prunelles enflammées. Il n'y avait ici aucune agressivité, à dire vrai, tu notais qu'il y avait un réel élan sympathique à ainsi te questionner.  Il poursuivit: «Je suis Seraphah Von Arendt et avec madame Brigthwidge ici présente, ainsi que tous les autres membres de cette expédition, nous sommes conscients du danger et du prix à payer pour parvenir jusqu'à l'arbre-dieu. Malgré les apparences, la mission est plus importante qu'elle n'y parait...Et au vue de vos paroles, vous connaissez l'endroit et êtes prêt à nous accompagner...Pour quelle raison?»

Tout le monde en ce monde avait des agendas cachés. Des raisons qui étaient éloignées, malheureusement, de la simple humanité.

«De façon prosaïque, nous aimerions que la suite soit de trouver un endroit où nous reposer pour cette nuit. Même si vous ne vous engagez pas sur ces chemins, peut-être pourriez vous nous aiguiller?»

C'est à ce moment-là que Norman Vendieu et Maelström - qui s'étaient éclipsés un bref instant - s'avancèrent. «Juste derrière ces arbres là, nous avons trouvé une clairière sans trace d'après Vendieu de la moindre espèce dangereuse pour nous. De mon côté, je trouve l'endroit pratique pour monter notre camp.» Entendre pour se sentir suffisamment en sécurité. «Reste à savoir si cela est sécuritaire par rapport à la bête qui nous a attaqué ou s'il vaudrait mieux s'éloigner davantage.»

«Avez-vous pu l'identifier?» demanda alors Seraphah à Ryker et Nostell.

En écoutant la réponse il se dirigea vers les deux survivants, sortant de son sac deux seringues. Les scientifiques tendirent leurs bras et ils reçurent sans broncher un liquide qui sembla les apaiser quasi instantanément. Cela se perçut sur les traits de leurs visages qui se détendirent immédiatement. Ils remercièrent le médecin, avant que ce dernier ne glisse à Ellendrine: «Un antalgique mineur visant à réduire la sensibilité nerveuse...et aidant à retrouver contenance surtout.»

Alors qu'il venait à peine de ranger ses seringues, il assista à une scène inattendue. Une créature qu'il put reconnaitre en raison de ses bois et sa grandeur malgré l'obscurité ambiante, fit une tentative pour accrocher Maelström que personne ne pouvait prévenir en raison de la rapidité de la scène.

Ce dernier, peut-être en raison de son ouïe, peut-être en raison de sa vigilance, se retourna au moment où la créature lui sautait littéralement dessus. L'effroi ne le frappa pas, n'ayant nullement le temps d'analyser la scène et porté par une volonté de survie tenace, sa nebula n'étant sans aucun doute pas en reste. C'est ainsi que dans un mouvement réflexe, il tendit ses bras vers le monstre, non point pour l'étreindre, mais en un geste de propulsion. L'onde de choc atteint la créature qui se retrouva à poursuivre sa trajectoire, non pas vers sa proie, mais par dessus tout le groupe, allant percuter deux troncs d'arbres. Le choc de l'impact amena des oiseaux à quitter leurs branchages du soir vers un endroit plus tranquille.



Spoiler:


Dim 5 Mai - 6:42


Coeur d'Urh


S'enfoncer dans les bois maudits

Artémis, Seraphah, Nostell, Ryker




Portrait de famille:

Duscisio a tenté un sauvetage d’urgence, mais les ronces n’ont pas suffi. Retranchés derrière son roncier, le groupe a fini par se scinder sous l’impulsion des plus courageux poursuivants : la lame noire Ryker et la vaillante Nostell qui s’en remet à une cape magique pour disparaître aux yeux de la nuit.

Tout le groupe est sur les dents face aux bruissements dans la pénombre. Après tant de mouvement, les feuillages continuent de s’ébrouer. Tous dos à dos, vous vous demandez quelle est la meilleure stratégie à adopter. Ellendrine braque un projecteur sur les frondaisons et balaye le sol, alors que Farouk pointe sa hallebarde en position défensive. Les quatre soldats Epistotes – quoi, attendez, il y a des soldats Epistotes ? Oui, votre narrateur ne les a pas oublié. C’est sans doute votre esprit qui vous joue des tours, victimes de ces farceuses de ciccadines. Envoyés du sapiarque Seraphah, ils font office de bleusaille loin de leur territoire urbain. Tout à leur professionnalisme, ils n’ont cependant rien vu venir, pas eu le temps de moufter et sont sans doute sur le point de faire dans leur pantalon. Comme vous tous, soyons honnête.

Tout la forêt semble éveillée au curieux spectacle que vous offrez. Quelques becs claquent de manière distante contre le tronc des arbre-creux. La tension est à couper au couteau. Il ne se passe rien. Pourtant, votre cœur s’affole et votre gorge se serre. A tout moment, tout pourrait basculer. Et s’il y avait d’autres attaques ?

Le felistaak de Maëlstrom rôde -quoi, lui aussi avait été gommé de votre esprit ?! Il feule en contournant le périmètre intérieur des ronces, comme pour marquer son territoire et dissuader toute intrusion dans son terrier. Pour ceux tapis dans le silence, il faudra garder ses nerfs à fleur de peau. C’est d’autant plus difficile que le sentiment de panique devient vite communicatif au sein d’un large groupe. Les minutes seront longues, à se perdre en conjectures sur le sort de vos acolytes.

Plus loin dans la clairière, le patrouilleur, la strigoi et l’homme sauvage croyaient sans doute voir advenir une confrontation. C’est le binôme de scientifiques qui les attend. Un peu amochés. Mais point de trace de la bête. Tout juste le patrouilleur eut-il temps de croiser le fer avec l’un de ses bois. Sa disparition fut aussi rapide que mystérieuse. La créature se déplaçait par un procédé inconnu dans le sol. Elle avait du abandonner son butin. Coriaces prédateurs que vous êtes ! Ou bien était-elle beaucoup plus maligne, déployant une stratégie de diversion des meilleurs guerriers du groupe pour améliorer ses chances de réussir une attaque en arrière…

La géologue avait les yeux écarquillés ne parvenaient pas à se défaire de son arme de fortune. De ses bras menus, elle secouait le corps inerte du physicien :
-« Professeur Bartès ! Edmond ! Réveillez-vous ouh ouhhh… » hurlait-elle en proie à l’hystérie.
Le moustachu maigrelet finit par remuer, avant de se dresser dans un sursaut. Du sang coulait de son front. Tous les deux étaient pas mal écorchés et couverts de boue et de brindilles.
-« Jing Lua ! Vous m’avez sauvé, saperlipopette ! »

Il lui agrippa les épaules, comme pour matérialiser leur survie respective…

Les buissons s’écartèrent dans un instant transi où tous s’attendaient au pire. Voyant surgir la silhouette austère du Loup Blanc, un sourire se dessina sur les lèvres d’Ellendrine, avant de recevoir une volée de bois vert de sa part. Sur le coup, l’archéologue pris une inspiration hachée : elle s’apprêtait à lui voler dans les plumes. Mais Seraphah la devança. Et c’était peut-être mieux ainsi. Tout en nuances, il n’était peut-être pas diplomate pour rien.

-« Ravie de vous revoir, vieil escogriffe... Les bourbiers semblent être ma vocation… mais surveillez votre langage, je ne suis pas une bonne femme. Vous avez sans doute toutes les raisons du monde de nous houspiller. Le blâme en vaut la chandelle, car à l’heure où nous parlons, l’Enclave devient peu à peu une passoire à Brume. Si nous ne faisons rien, les Sept Familles n’auront rien de moins désespéré à tenter qu’une muraille de balises autour de la ville d’Opale pour ne pas être entièrement englouties… Vous n’êtes peut-être pas resté pour les nouvelles, mais les racines de l’Arbre-Dieu sont littéralement ce qui permet notre vie à tous sur Urh. »

Elle observa Seraphah apaiser de manière très experte ses deux coéquipiers, tout en étant soulagée d’apprendre qu’on pouvait espérer se concentrer sur le campement. La bête ne semblait plus faire partie du paysage.

Le felistaak fut encore le plus rapide à comprendre ce qui se passait. Les lèvres retroussés, le diamant sur son front brilla alors qu’il communiquait les perceptions de la bête qui s’élançait en traître dans le dos de Maëlstrom. La tentative de Seraphah ne suffirait pas à le sauver, mais cette alerte et ses réflexes lui évitèrent le pire. Une simple estafilade à l’avant-bras.

La bouche grande ouverte, tout le groupe sentit ses cheveux frôlés par ce boulet de canon, dont certains purent reconnaître l’espèce :
-« Un bukavac ! »hurla Smith Harrisson.

Les soldats Epistotes resserrèrent leur formation, tandis que le bukavac secouait la tête en se remettant péniblement sur ses pattes. Un soldat tenta de tirer mais il ne récolta que la rage de l’animal qui le mordit à l’épaule et secoua la tête avant de lancer sa charpie sur ses collègues. Le dernier soldat debout parvint à blesser le bukavac d’une balle à l’épaule, mais le prédateur le trancha en deux de ses longues griffes pointues.

Malgré sa férocité, il ne faisait pas le poids face à tout le groupe coalisé. C’est pourquoi il avait tenté de les attirer vers la clairière dépourvue de nélumbos, hors de son territoire. Un cri juvénile retentit entre les racines d’un arbre, dans le dos du bukavac.

-« Une mère et son bébé ! C’est une rareté jamais observée ! Jusqu’à présent, nous n’étions même pas sûr qu’ils puissent procréer, certains pensaient que c’étaient des élémentaire de terre. » s’emballait l’écologue.

Une mère ferait tout pour son enfant. Les hominidés étaient si anthropocentrés. Ils ne voyaient pas leur terrible invasion en ces terres préservées de l’œil des habitants de la forêt. L’Arbre-Dieu veillait l’une des dernières forêts primordiales du sous-continent. Les ciccadines en étaient les gardiennes dans le règne animal, les nélumbos dans le règne végétal, chacune régnant sur une moitié du nycthémère.

L’humble créature se croyait à l’abri. Elle avait tenté d’attirer les Urhois loin de son bébé, pensant qu’ils suivraient les leurs. Ces perfides semblaient en avoir après sa progéniture. Elle n’avait pas d’autre choix que d’attaquer. Dans une charge funeste, le bukavac abaissa la tête pour embrocher le plus de gens possibles à travers les ronces.
C’est alors que l’archéologue se jeta en avant - à la surprise de tous - poussant un cri primal.

La charge du bukavac dévia. La mère se replia vers son bébé, abasourdie par l’impulsion du domptage.
-« Pars ! Pars avec ton enfant. » lui cria-t-elle.

D’une manière bien étrange, l’incident semblait clos. Tout en méfiance, le bukavac attrapa le jeune spécimen dans sa gueule, avant de reculer lentement dans les buissons.

-« Seraphah… voyez ce que vous pouvez faire pour ce pauvre homme. » dit-elle en désignant l’homme qui avait été sauvagement mordu à l’épaule. Les plaies n’étaient pas nettes et l’hémorragie affolante.

-"PiIitTTtiiééé..." Il s’agissait plus d’offrir une fin digne au soldat, à moins que son rapatriement immédiat ne devienne l’unique priorité de l’expédition.

« Il est temps de monter un campement de fortune et de manger, même s’il est très tard… » conclut Ellendrine. Aussi cruel que cela soit, personne n’avait envie d’argumenter pour continuer à marche forcée.

Après l’anneau extérieur protégeant l’intégrité de la forêt de l’Arbre-Dieu, il leur faudrait au lever du soleil s’enfoncer vers l’anneau intermédiaire, un corps centrale beaucoup plus sombre et moins bien connu…

Spoiler:

LA SUITE:

Dim 5 Mai - 15:25



Forêt de l'Arbre-dieu / Campement

Demephor 1901



La première chose que l’on peut observer sur l’élémentaire – pour le peu qu’on s’y intéresse – c’est son calme à toute épreuve. Ne serait-ce pas simplement un manque d’empathie ? Il n’est pas attristé à l’idée de perdre une ou deux personnes dans cette forêt qui se présente hostile dès leur arrivée.
Peu importe le temps qu’il vit après d’eux, la réaction d’un homme le surprendra toujours. Même au péril de leur vie, un humain ne peut s'empêcher d'aller au secours d’un autre. Ryker s’élança à la poursuite des deux autres humains, suivi de la jeune femme. Elle se limitera à lui donner un conseil, si ce n’est pas un ordre, d’augmenter la défense. Or, le réflexe de Duscisio est la survie, il privilégie donc le groupe à un individu isolé à l’avenir incertain. Si l’élémentaire se sent comme chez lui, ce n’est pas le cas de tout le monde. La forêt n’a pas prouvé non plus qu’il ne le prendrait pas pour cible, alors il s’inclut dans la défense du groupe. Il est naturel qu’il consolidera cette défense de ronces quitte à paraître pour une plante invasive. Une fois les deux hors de son champ de vision, les quelques tiges et fleurs qui délimitent un large périmètre se densifient à une vitesse impressionnante. Le felistaak de Maëlstrom se présente même comme étant un gardien d’un territoire qu’il serait risqué d’envahir.

L’attente est aux nouvelles. Chacun regarde dans une direction pour savoir si le danger ne pourrait pas venir d’ailleurs. L’apothicaire se défend de préciser qu’il sentira le moindre intrus dépassant la barrière végétale qu’il a déployée. S’il n’y a aucun ennemi, un nouveau visage se montre. Sa présence prétend légèrement à arranger un peu plus sa défense jusqu’à ce qu'il soit reconnu comme l’un des leurs. L’homme ne se fait pas prier de leur donner une leçon dans une rage folle. Si le groupe est visé, il se réduit à agresser verbalement Ellendrine qu’il a l’air de connaître suffisamment bien. Seraphah se présente à lui et parle pour tout le groupe avant que la cartographe ne complète les informations sur leur présence ici. C’est là que Duscisio entend une information intéressante. Il y a quelque temps dans les montagnes d’argent, la jeune femme a énoncé que les racines de l’arbre-dieu avaient été coupé par une organisation, donc elle cherche le moindre ragot pouvant avancer son enquête. C’est ce qui amène Duscisio ici pour connaître l’état de santé de l’arbre-monde. S’il en croit ce qu’il entend, le géant de bois filtre moins bien la brume qui risquerait d’envahir le territoire humain. Sans que cela soit confirmé, l’élémentaire s’en doutait un peu. Il est possible de comprendre que son ignorance sur Urh soit liée au fait qu’il vit loin de toute nouvelle ou qu’il n’a simplement pas retenu l’information si celle-ci lui a été communiquée. Pourtant, celle-ci est importante, si ce n’est vitale. Comment il a pu passer à côté de ça ?

Ils n'eurent pas longtemps avant qu’une nouvelle initiative de leur attaquant ne soit prise. Si tout le monde avait un peu relâché sa vigilance, la rapidité de l’animal ne permet pas à l’élémentaire d’agir dans les premiers instants. Un bukavac. S’il est extrêmement rare d’en croiser, bien que cela ne soit pas la première pour tout le monde, vu qu’il a été identifié, c’est un moment à immortaliser. Par contre, cela reste surprenant que la créature dont la peau ressemble fortement à de l’écorce reste sur la défensive. On dit beaucoup de choses sur eux, mais pas qu’il laisse ses cibles en vie bien longtemps. Seulement, l’homme réagit toujours de manière primitive, quelle que soit la technologie de leur arme.
En tendant bien l’oreille, il n’y en a pas qu’un. Encore une fois confirmé par l’écologue, il y a un bébé dans le creux d’un arbre. Par contre, de là à croire qu’il s’agisse d’un élémentaire de terre, cela est bien au-delà de l’absurde.

- Il n’y a vraiment que les humains pour rester sur l’apparence…

Le commentaire de l’élémentaire est justifié. S’il n’avait pas toutes ses ronces dans les cheveux, on pourrait continuer de le prendre pour un humain. C’est également avec Seraphah qui est également un élémentaire d’une autre source qui lui a accordé un peu plus d’importance à son apparence alors que Duscisio garde une proximité flagrante avec la flore.
Néanmoins, l’écologue pourra ajouter cette information dans leur encyclopédie. Le bukavac utilise donc sa peau comme un camouflage. Par la brume que ce camouflage est réussi, par contre le petit derrière n’a pas encore ce camouflage. Sa peau laiteuse n’est pas suffisamment faite pour pouvoir se fondre dans le paysage. Il est beau de voir que la faune s’adapte aussi à son environnement en grandissant pour apprendre à survivre.
En lieu et place de la défense de son petit, l’animal passe donc à l’attaque à travers les ronces pour les éloigner de sa progéniture. Duscisio n’a aucune raison de blesser la créature à cette nouvelle. Il se gardera alors d’essayer de la blesser. C’est Ellendrine qui bougera la première. Le cri bestial qui lui ordonna de partir avec son petit. Duscisio allège la barrière de ronce pour la laisser partir dans les buissons afin de clore cette histoire.

Malheureusement pour lui, l’un des hommes a tout de même été gravement blessé et un autre a été coupé en deux pour avoir blessé la créature. C’est Seraphah qui s’en chargera. Duscisio est concentré sur la direction prise par la mère Bukavac et son petit tout en allégeant sa barrière de ronce jusqu’à ce qu'elle disparaisse. Le campement est monté dans la clairière trouvée par Maëlstorm et Norman alors qu’un blessé doit être traité. Ce n’est pas à Duscisio de le faire. Aussi sinistre que cela puisse être, son avis n’a pas à être pris en compte et c’est mieux pour lui qu’il garde le silence.
Au lieu de ça, il prend le pas et fait le tour de la zone sur laquelle il procède à une étrange manœuvre tout autour du groupe. Le voilà que d’un geste ample de son bras, il lâche un grand nombre de graines. Les quelques ronces qui poussent serviront de sécurité pour le reste de la nuit. Il répétera son geste plusieurs fois tout autour du groupe qui se gardera de monter les tentes dans la nuit noire. L’élémentaire ne semble pas inquiété par le danger environnant. À vrai dire, on a plus l’impression qu’il cherche à faire disparaître sa présence et s’éloigne du groupe pour s’adosser à un arbre. Il ne met que quelques instants à propager discrètement quelques racines après avoir enlevé ses chaussures. Chaque rose dans ses cheveux ne se referme pas et quelques ronces fusionnent plus ou moins avec l’arbre auquel il s’est pris affection. Ellendrine connaît bien cette technique puisqu’il l’a utilisée dans les monts d’argent. Encore faut-il le voir. Contrairement à la mandragore avec laquelle les roses blanches démontrent une forte propagation, ici seules les ronces les plus discrètes. Elles se sont propagées sur l'écorce avant qu’il ne donne l’impression de s’être "endormi" contre l’arbre, à l’écart de tous.

On ne le verra bouger que le lendemain.
Dès qu’il est réveillé, les quelques tiges qui sortent de son corps sont coupées et fondent dans le paysage. Si les roses blanches montrent à nouveau leur éclat, Duscisio a eu quelques informations de la fusion bâclée avec l’arbre centenaire qui lui a servi de matelas. Pour le moment, il ne partagera rien, puisque les bribes qui lui ont été partagées sont très peu nombreuses pour en tirer des conclusions. Il va falloir répéter la méthode à plusieurs endroits au fur et à mesure qu’ils progressent dans la forêt pour connaître l’état actuel de celle-ci et de sentir la moindre influence de l’arbre-dieu sur l’environnement. Par contre, il est le premier à regarder la flore autour de lui. Ce n’est pas le seul, la différence étant que le scientifique un peu trop zélé s’éloigne du groupe juste au moment où l’apothicaire le voit entrer dans la forêt. Il le suit. Non pas pour savoir ce qu’il fait, mais pour le ramener. Même si la curiosité prend le dessus, il faut savoir se retenir d’aller n’importe où sans défense. S’il reste quelques minutes sans prononcer un mot ni se montrer, le fait de s’éloigner un peu trop le pousse à s’interposer en lui adressant la parole. Pris par surprise, Norman sursaute.

— Bordel ! Vous m’avez fait peur !
Si ça n’était pas moi, cela serait l’une des créatures de la forêt… Vous êtes en train de vous éloigner du groupe. Suivez-moi sans attendre…


Duscisio montre un visage impassible, avec une pointe de colère sur l’insouciance de l’écologue. On ne voyait plus la clairière à présent et leur séparation pourrait très bien attirer une autre créature dans les environs. Si l’élémentaire s’accorde à le défendre malgré tout, il n’est en rien ravi de pouvoir le faire. Le seul espoir était qu’ils retrouvent leur chemin sans se perdre. C’est là qu’il coupe l’une des roses se trouvant dans ses cheveux. La tige est courte, mais il la donne à l’humain comme une garantie.

— Gardez-la avec vous.

Sans lui donner plus de détail, il attend de savoir où il compte la mettre avant de prendre le chemin du retour pour retrouver le groupe. Moins idiot que lui, il a pensé à prendre des repères pendant les quelques minutes de sa marche dangereuse. Cela dit, ils ne sont pas non plus sûrs que rien ne les attaquera.

Résumé:



Dernière édition par Duscisio Balibe le Mer 8 Mai - 21:26, édité 1 fois
Lun 6 Mai - 15:38

Maître de Jeu


Le fracas régulier d’hélices. Le vrombissement assourdissant d’un aéronef qui fit frémir la frondaison des arbres et secoua les feuilles en pleine nuit. Alors que vous étiez concentrés sur ce qui vous épiait dans la nuit, la soudaineté vous fit tous sursauter. L’aéronef avait glissé en silence dans la nuit jusqu’à rallumer ses moteurs lorsqu’ils vous avaient survolé. Ses projecteurs avaient illuminé la forêt pour aller se perdre bien plus loin. La faune et la flore mises en alerte hurla sa stupeur mais il était déjà trop tard : le transport était passé et était allé s’enfoncer dans la forêt bien plus loin. Vers le sud-ouest. Aussi soudainement qu’il était arrivé, l’aéronef stoppa ses moteurs et ses lumières et continua à glisser sur les vents. Puis il les ralluma au loin. C’était un vol trop précis pour être laissé au hasard. Comme s’il cherchait quelque chose, ou quelqu’un. A moins que ce ne fut un endroit ?

Les heures s’égrenèrent sans que rien ne se passe, comme si cet impromptu avait drainé toute l’attention de la forêt : la nuit se déroula sans encombre supplémentaires. C’était à la fois un soulagement et une source d’inquiétude. Les affres de la veille pesaient encore avec force sur vous. Ce ne fut qu’après avoir repris la marche que l’ambiance commença à changer. Vous étiez sous tension, c’était évident, mais les langues se déliaient atour de la nuit, autour des dangers de ce qui vous attendait. Mais vous vous attendiez à tout sauf à ça. Sur le chemin de celui qui menait votre troupe, une silhouette surgit de nulle part. Son poitrail était marqué d’un Nascent qu’il venait de désactiver et il tenait une main levée. A part cela, l’individu était revêtu d’une tenue de cuir opaque avec un casque qui cachait sa peau et son identité. Cependant, le symbole qui ornait son épaule gauche était connu de tous : le Magistère.

- Bonjour à vous. Je suis l’agent Exerus. Je viens vous prêter assistance : Opale a fait livrer des biens pour permettre le succès de votre expédition. s'annonça celui qui semblait être un Tartare.

Sa voix était déformée par son masque et sonnait métallique. Impossible de déterminer sa race ou son sexe. De même, le Tartare portait un arc dans son dos : chose assez inhabituelle chez eux pour être notée. Il marqua un temps d’arrêt et bloqua sur Artemis. Il n’était pas difficile de comprendre qu’il ne s’attendait pas à le voir ici, qu’il n’était pas sur la liste de ceux qui devaient mener cette expédition.

- Si vous le permettez, je vous escorterai. Si vous ne le souhaitez pas, laissez-moi au moins vous guider jusqu’à notre camp pour vous ravitailler. Nous nous sommes installés au niveau du premier amas de Cénotaphes, c’est à environ une demi-journée de marche.


Un nouveau temps de silence. Ses bottes étaient elles aussi décorées de nascent, ainsi que plusieurs pièces de son équipement. L’agent Exerus n’était pas un Tartare de première main, si le fait qu’il vous ait retrouvé seul dans une forêt hostile ne suffisait pas à vous le suggérer.


Ryker

Tout s’était joué très vite, mais avec l’aide inattendue d’Artemis, ils avaient pu sauver les deux pauvres scientifiques. Il avait été rejoint par l’autre escorte de la troupe qu’il avait perçu sans la voir. Il ne prit pas le temps de conjecturer sur cette capacité mais la trouva bien utile. Il salua son frère de Brume d’une franche poigne de main et, pour la première fois depuis longtemps, offrit un véritable sourire. Le Patrouilleur entreprit de prendre l’un des deux sous sa garde et l’aida à se relever pour affronter la distance. Il garda tout de même son épée à portée de main et se reposa sur les capacités d’Artemis pour les conduire afin d’économiser son énergie drainée par les cristaux. Il était endurant mais les usages répétés n’étaient pas conseillés. Même pour de tous petits actes : tout pouvoir avait un prix. Sa nebula l’avait déjà maintes fois prouvé. Il comprenait la colère d’Artemis mais son rôle dans la troupe n’était pas d’être celui de faire part de son avis. Il avait de plus en plus l’impression d’être l’âme damnée de Panoptès. Il détestait cela.

Les voix s’élevèrent mais le Patrouilleur ne s’y laissa pas tromper. Quelque chose rôdait et ce n’était pas fini. Il aida le scientifique à se poser mais se releva à peine trop tard pour empêcher l’attaque sur Seraphah qui parvint à la contrer avec une aisance déconcertante. Il grogna et abandonna le miraculé pour dégainer sa dague et se rua entre les membres de l’expédition et ce qu’il avait deviné être un Bukavac. Il en avait assez de croiser des légendes à chaque exploration. Il frappa les lames entre elles pour attirer l’attention de la créature et illumina la zone à l’aide de ses yeux devenus deux perles de lumière. L’image eut de quoi surprendre et choquer mais elle eut l’effet escompté. Pas assez car des gardes se ruèrent à l’assaut de la créature interloquée qui ne se priva pas de les assaisonner à l’aide de ses griffes. Le Patrouilleur hurla de dépit et fut secoué par la puissance du pouvoir d’Ellendrine qui le secoua lui aussi. Il ne comprit pas ce qui venait de se passer mais vit la créature partir avec une version d’elle miniature. Il n’avait pas eu le temps de tout voir avec la troupe qu’il venait de ramener mais il fut soulagé. Affronter pareille créature, bon sang …

Il se redressa et constata les dommages avec dépit. Les choses commençaient toujours ainsi. Il expira pour chasser les dizaines d’expériences désastreuses et traumatiques qui vinrent s’imposer à sa psyché, ce qui valu à Duddo de revenir le coller. Il s’avança d’un pas décidé vers le soldat qui se vidait de son sang. Considéra un instant son cristal mais secoua la tête de dépit. Il ne laissa pas le temps à d’autres personnes de s’en préoccuper et s’abaissa au-dessus de lui.

- Quel est ton nom, mon grand ?
- J… Jean. Argh … je … je vais encore m’en sortir, hein ? Me … me laissez …
- Je ne te laisserai pas. Je serai avec toi jusqu’au bout.

D’un geste précis, le Patrouilleur enfonça sa dague dans la carotide du soldat et la sectionna. Il le tua sans frémir, abrégea ses souffrances et une larme coula le long du visage du pauvre garde. Il hoqueta puis son regard se ternit. Ryker lui ferma les yeux et adressa une courte prière à Uhr. Il n’était pas croyant mais c’était devenu une habitude. Puis il entreprit de récupérer les effets du mort. Ce n’était pas de la cruauté, c’était du pragmatisme. Il ignora les regards choqués de certains d’entre eux puis se releva et s’approcha du second qui avait été mordu.

- Mon cristal n’aurait pu l’aider lui. Mais peut-être que celui-ci peut aider Grégoire. déclara-t-il à Séraphah en lui tendant le cristal qui ceignait sa ceinture tout en faisant un signe de tête pour indiquer le soldat blessé. Il connaissait leurs noms, mais ne garantissait pas de ne pas se mélanger au fur et à mesure de l’aventure.

Un cristal de guérison. Cela demandait un certain entraînement pour l’utiliser et le comprendre. Mais cela suffirait peut-être, avec l’aide d’autres suivis ? Puis il s’affaira à discuter avec Artemis de la suite. Il lui expliqua les fondements de l’expédition et qu’elle faisait directement suite à ce qui s’était passé à la tour, mais surtout à Opale. Il lui apprit qu’il avait cherché à trouver le cristal pendant ces quelques semaines mais sans succès. Bref, les deux hommes échangèrent leurs vies durant ces derniers temps sans que cela ne les mène plus loin. Il était étrange de remarquer que le seul qui semblait s’entendre bien avec le sauvageon était cette espèce de Patrouilleur un peu porté sur les épées. Mais ils semblaient faits du même bois.

Ryker releva l’un des gardes qui contenait ses larmes suite à la mort de Jean de son tour de garde. Il s’assura que tout le monde soit installé et ait de quoi manger, ne sachant comment occuper son esprit pour rester efficace. Il était ainsi : il fallait l’empêcher de tourner en rond. Depuis sa mésaventure avec le Liéchi, il craignait de le voir revenir et en avait gardé quelques séquelles. Tout comme ses pensées ne cessaient d’être sombres et meurtrières. Mais ça, il en avait l’habitude. Des années à ramasser des cadavres dans la Brume, ça ne laissait pas indemne. Triste lot que celui des Morts Gris. Après son tour, il lui fallut du temps pour s’endormir, surtout lorsque l’imposant aéronef réveilla tout le monde, mais le réveil vint le cueillir. Ce misérable le laissa avec sa fatigue. Il bougonna en se levant. Il avait l’habitude, ces derniers temps il se sentait las en permanence. Ce poids sur ses épaules ne partirait plus à présent. Mais de temps en temps, celui de Duddo, plus littéral, le remplaçait. C’était … confortable.

- Je peux toujours ouvrir la troupe si vous le souhaitez. J’utiliserai mes cristaux pour rester alerte. Ce n’est pas la première fois que je paye le tribut d’un usage prolongé. proposa le Patrouilleur en joignant la parole au geste.

Cependant, cette fois, il n’attrapa pas la corde. Il resterait alerte et aurait besoin d’agir avec davantage de vitesse que la veille. Ce fut ainsi, qu’en claquant un moustique sur na nuque, qu’il prit le début de la marche. Rôdé aux milieux hostiles, Ryker s’emmaillotta dans sa cape et parvint à se protéger de ces derniers. Il n’était pas à son galop d’essai : sa vie se résumait aux routes et aventures en milieu hostile. Il commençait à se dire qu’il avait peut-être un don pour ça. Il activa par intermittence son cristal, conscient de ne pas être totalement remis de la veille. Les sons étaient inutiles tant il y avait de créatures à la ronde et il désirait, pour cette journée, garder son totem en cas de besoin urgent. Ce serait un marathon. Ainsi, lorsque l’ombre d’une créature apparut devant lui, son premier réflexe fut de dégainer et ce fut une lame qui s’arrêta en cours route lorsqu’il découvrit que ce qui venait de le surprendre n’était autre qu’un … agent du Magistère. Ryker serra les dents.

- Même au fond d’une jungle, on arrive encore à vous trouver. J’ai connu des strigoïs moins invasifs … murmura-t-il bien que le mouvement de tête de l’intrus lui fit comprendre qu’il avait été entendu.

Le Patrouilleur lui offrit une moue désabusée puis haussa les épaules. Il se tourna vers le reste du groupe et interrogea Seraphah du regard, ainsi qu’Ellendrine, puis revint vers l’Agent Exerus.

- Heu … Bonjour et merci. Je dois en déduire que c’était vous cette nuit, c’est ça ? reprit-il bien que son merci soit des plus froids. Donc maintenant toute la faune doit converger sur votre position et vous proposez qu’on se rende là-bas ? Vous croyez qu’on a atterrit aussi loin pour quoi ? Foutus opalins … lâcha-t-il, son ton de plus en plus tranchant au fur et à mesure de la discussion.

Tiens, étrange ça. Il n’était pas du genre à s’emporter. Peut-être en lien avec le dernier spécimen d’Opale qu’il ait eu l’occasion de côtoyer : Jeremiah.

- Heu, pardon. Les nerfs, la fatigue. Tout ça. Enfin vous comprenez, vous êtes soldat ou un truc du genre. Je vais peut-être laisser les responsables de l’expédition répondre … se reprit-il, bien qu’il ait cette désagréable sensation que ses paroles aient pu être altérées par il ne savait quoi.

Il se sentait comme libéré. Duddo était lové contre lui et dodelinait de la tête. Le petit dragon-colibri semblait lui aussi perplexe. Pas chez le Tartare, non, mais il était intrigué par la forêt.

Résumé:
Mer 8 Mai - 13:57

Cœur d'Urh

Diversion ? en compagnie d'Artémis, Seraphah, Duscisio, Ryker et Ellendrine


Leur mystérieux assaillant ne s'était pas attardé dans les environs. Pas plus qu'il ne s'était acharné sur les deux scientifiques qu'il avait enlevés. Alors que l'échange de Ryker avec la bête fut aussi bref que rapide, la mercenaire tomba sur le duo amoché. Elle se matérialisa sous leurs yeux apeurés et fit tout son possible pour les calmer. Avec son sang-froid légendaire, elle n'eut à élever la voix sur aucun des deux. C'était comme si la bergère avait retrouvé ses moutons.
Pas de victime dans un état déplorable. Quelques égratignures tout au plus. Cette première attaque semble, à première vue, dépourvue de sens...
Bergère qui n'était pas toute seule avec le Patrouilleur : Artémis, connaissance d'une précédente quête, avait fait son apparition. L'homme aux longs cheveux blanc était également un ami de Ryker. Nostell ne manqua pas de saluer le rôder et c'est ensemble, sous bonne escorte, que le trio rapatria les érudits auprès du groupe principal.

Si rien ne leur était encore arrivé, la venue du loup blanc mit un sacré coup de pied dans la fourmilière ! Étonnamment, il fut le premier à s'emporter, à y aller de ses réprimandes, comme un père leur ferait avec des enfants pas sages. La mercenaire les laissa s'engueuler, puis se fendre en explications sensées, pour finir par se calmer après avoir, plutôt rapidement, trouvé ce qui ressemblait fort à un terrain d'entente.
Et pendant ce temps, notre monstre court toujours.
Séraphah posa la question à laquelle Nostell s'attendait. Elle secoua la tête sans pouvoir lui en dire davantage. Le monstre restait une énigme à ses yeux comme auprès de ceux de Ryker, qui s'était pourtant brièvement opposé à lui.
La vitesse de cette créature dépasse l'entendement humain.
Raison pour laquelle la strigoi n'avait pas relâché sa vigilance.
Une très bonne chose car leur attaquant, un bukavac comme l'avait nommé un scientifique dans la précipitation, refit son apparition avec une énergie renouvelée.
Tout alla très vite !
Dans la mêlée, les soldats Epistotes répondirent à son agressivité par la leur ; la moitié d'entre-eux s'en mordit les doigts jusqu'au sang. La strigoi dégaina son arme à feu en se rangeant promptement du côté de son employeuse, dont la priorité de protection lui revenait plus qu'à aucun autre. Ironiquement, au milieu de tout ce sanglant bordel, ce fut l'archéologue qui trouva la solution au problème, la réponse à cette énigme sur le comportement étrange du bukavac ; une mère qui ne souhaitait qu'une seule chose : protéger son petit.
De sa voix emplie de pouvoir, Lady Brightwidge força le monstre et sa progéniture à battre en retraite. Une victoire par forfait, en somme, mais qui laissait aux "gagnants" un goût amer en bouche.
L'un des soldats était mort tranché en deux tandis que son collègue, mordu en profondeur au niveau de l'épaule, se trouvait à l'article de la mort.
En considérant son état alarmant, Nostell secoua la tête.
L'homme était condamné, elle le savait...
Face à la fureur protectrice de cette bête, n'importe qui aurait pu en payer le prix fort.
Ryker fut le plus prompte à décider de son sort. La gorge transpercée par une dague, le soldat mourut de sa main. Un autre, blessé pendant l'assaut, eut cependant droit à sa clémence. Celui-là valait bien la peine que l'on utilisasse un cristal de guérison sur lui.

- Le meilleur choix à faire, commenta simplement la mercenaire.

Plus tard vint l'heure de dresser le camp. Nostell aida autant que cela lui était possible, filant un coup de main à droite et à gauche sans jamais trop s'éloigner de son employeuse. Fidèle à elle-même, elle restait toujours alerte, même si ses yeux ne remuaient point en tous sens. Loin d'être envahissante, elle mesurait chacun de ses mouvements, prévisualisait le moindre de ses déplacements, en faisant bien attention à ce que rien ne compromette sa mission. Elle était une survivante, comme tout le monde, et savait que ce statut empêcherait bien des membres de l'expédition de dormir la nuit...
Tout le monde n'a pas la même résilience.
La sienne n'avait rien à envier à quiconque.
Avant de se réserver un tour de garde, la mercenaire, que l'odeur et la vue de tout ce sang avait passablement excitée, calma ses bas instincts en consommant, à l'abri des regards, un substitut de sa conception. Sa gourde en était remplie mais la strigoi ne la vida point. Elle avait appris à se contenir et, en l'absence d'un virulent facteur telle que la Brume, Nostell n'était pas femme à se laisser facilement appâter.

La mercenaire dormait un œil ouvert. Elle avait trouvé un coin où s'étendre un peu tout en conservant une vue d'ensemble sur le groupe entier. Cette nuit-là, les moustiques et autres nuisibles ne vinrent pas la déranger longtemps. Intransigeante, la strigoi avait su faire plus d'un exemple avec la pointe d'une dague. Après quoi, ce fut le silence complet. Ou presque si l'on omettait le vol assourdissant de cet aéronef, qui n'était pas celui de l'archéologue et de sa troupe.
Son apparition souleva une question simple dans l'esprit de la mercenaire :
Que vient-il faire ici ?
L'engin avait réveillé tout le monde, et peut-être bien motivé certains à se préparer un petit peu plus tôt que prévu.

Cette fois-ci, pour ce second départ, le Patrouilleur évoluait en tête de groupe. Il disait avoir les moyens de ses ambitions. Nostell, qui le croyait sur parole, avait conservé sa place à l'arrière, sa cape lui conférant une protection plus que bienvenue contre les insectes du coin. Le reste de la faune, bien que bruyante, bénéficiait de toute son attention car elle représentait le danger le plus concret de ces contrées sauvages.
Au beau milieu de la marche, ils tombèrent pourtant sur un spécimen inattendu. Un bipède issu de la civilisation opalienne. Homme ou femme, l'agent Exerus, dans sa combinaison d'un blanc de nacre, s'était présenté à eux sous des dehors pacifiques. Il appartenait sans doute possible à cet aéronef qui s'était posé, des heures plus tôt, quelque part dans la forêt...
Son groupe, disait-il, était disposé à ravitailler le leur en cas de détour d'une demi-journée de marche vers leur campement.
Avant de s'en remettre à la décision d'Ellendrine et Séraphah, Ryker, qui avait été bien entendu le premier à réagir face à la supposée menace, avait tiré son épée au clair. Un réflexe partagé par la mercenaire dont les dix doigts étaient serrés aussi bien autour de la crosse de son pistolet que du manche de sa dague sombre.

- Peut-on seulement lui faire confiance ?

Et si, au lieu de les aider à remplir leur mission, cet envoyé avait pour objectif de leur mettre des bâtons dans les roues ?
Malgré son équipement et son professionnalisme apparent, Nostell n'avait aucun raison de lui accorder autant de crédit qu'aux autres membres de son expédition.
Qui sait ? Un rien peut dissimuler un complot. Et dans cette forêt, d'une étincelle peut naître un incendie de grande ampleur.
La strigoi était curieuse de voir la réaction de son employeuse, qui pourrait éventuellement l'éclairer sur la fonction première de cet agent Exerus.

Résumé:
Jeu 9 Mai - 12:35

Surveillez votre langage… Ce n’est pas elle qui vient de sauver in extremis deux scientifiques prêts à être déchiquetés par une horrible bête, pensa le vagabond en restant silencieux face à la réponse d’Ellendrine. Seraphah et Ellendrine expliquèrent donc à grognon l’intérêt de cette excursion. Il préféra ne rien ajouter d’autres. Qu’est-ce que cela changerait ? On ne l’écouterait plus et ils continueraient tous la poursuite de cette mission. Ce qui inquiétait Artémis était la faible protection pour protéger les civils. Les soldats epistotes n’étaient préparés au danger que l’on pouvait rencontrer en ces lieux. Ryker ne pouvait pas gérer tout seul. Nostell pourrait effectivement l’épauler, mais ce n’était pas suffisant. L’Elementaire de plantes, Duscisio, était un bon support de protection. Quant à Seraphah, il demeurait l’inconnue dans l’équation. Et malgré les divergences d’opinion, Ellendrine n’était du genre à attendre un homme pour venir la secourir. Elle savait se débrouiller de manière autonome.

Et la tragédie arriva. Le Bukavac réapparut plus énervé que jamais. Un cri juvénile permit au vagabond de mettre la situation au clair, mais c’était déjà trop tard. Les soldats epistotes furent neutralisés, dont un pour qui les prochaines minutes seraient probablement les dernières. Ryker bougea le premier. Artémis, lui, préféra réfléchir à la démarche à suivre face à cette bête mythologique qui ne cherchait qu’à protéger sa progéniture. Le choc que ressentit l’écologue fit sourire le Loup Blanc. En effet, seuls ceux qui vivaient auprès de ces monstres légendaires, ces dangers du quotidien, pouvaient connaître certaines vérités. Mais cela ne résoudrait pas le problème actuel. Heureusement, comme bien souvent, demoiselle Brightwidge possédait un atout dans sa manche : un cristal de domptage. Grâce à celui-ci, elle put freiner la dernière offensive de Bukavac et lui ordonna de s’en aller avec son rejeton. Pragmatique, juste, elle possédait une capacité forte utile dans un environnement aussi hostile et peuplé de bêtes légendaires. Et surtout dangereuses.

Hélas, comme précédemment évoqué, l’un allait mourir et Ryker se chargea du sale boulot. En peu de temps, il était passé du patrouilleur standard au grand potentiel, au parfait soldat de la Guilde, obéissant au doigt et à l’œil de Panoptès. Le vagabond, complètement indépendant, ne jugeait pas pour autant son camarade. Il y avait des avantages à intégrer une telle organisation, un confort, en échange d’une grande soumission envers l’Organisation, l’Alliance. Comme l’avait dit le Portebrume, la forêt était dangereuse et cette simple confusion avec le Bukavac l’avait illustré. Un soldat mort, un autre grièvement blessé, le dernier certainement traumatisé en constatant que sa vie ne valait rien. Les motifs de cette expédition étaient louables, essentiels à la survie de l’espèce, mais des sacrifices étaient nécessaires et les deux têtes pensantes semblaient l’avoir déjà compris. Ce n’était malheureusement pas le cas de tous. Les moustiques n’étaient rien, par exemple. Mais ils gênaient les touristes. Emmitouflé dans sa cape, à l’instar de Ryker, ils papotèrent et tentèrent de se reposer.

Mais alors que la situation s’était plus ou moins apaisée, que chacun se nourrissait ou se reposait, un bruit fort désagréable, des lumières aveuglantes, vinrent troubler ce moment d’accalmie. Un aéronef passa au-dessus du petit campement et se posa à quelques lieux d’ici. Pas bon signe, pensa le vagabond en observant la technologie volante se diriger vers l’Arbre-Dieu. Rapidement, ils se tinrent tous prêts au départ. Artémis prit les devants avec Ryker, affrontant courageusement le danger. Et Artémis était ici chez lui. Ce ne fut qu’après quelques heures que l’odorat du Change-Peau vint subitement lui gratter les narines. Un individu s’approchait. Il n’eut pas le temps de prévenir les autres, l’agent – qui se présenta – au nom d’Exerus se pointa aussitôt face à eux. Ce dernier bloqua sur Artémis, comme surpris de le voir, mais lui aussi toisa l’individu d’un regard méfiant. Un tartare. Un fier soldat du Magistère. Des assassins, des monstres froids, équipés de Nascents parmi les plus puissants. Entre le Bukavac et un agent expérimenté du Tartare, Artémis ne savait lequel des deux préférait-il affronter.

« Pourquoi le Magistère doit-il toujours fourrer son nez dans les affaires des autres ? », murmura le vagabond de manière suffisamment audible pour être entendu par l’agent. Il était évident que le Magistère avait eu vent de cette expédition et souhaite naturellement aider le groupe à la mener à son terme, dans son propre intérêt. Pour l’heure, selon Artémis, il n’était pas nécessaire de se montrer hostile envers cet Exerus et de gentiment le suivre. C’était à Ellendrine et Seraphah de prendre la décision ou non de le suivre. Il eut envie de se retourner vers eux, mais son instinct lui dictait de ne pas quitter cet homme masqué des yeux. Cette mission n’avait pas pour but d’être secrète, ni même de récolter des données pour son seul compte, alors voyager avec un combattant aussi habile remplaçait largement les pertes subies. Il pourra faire son rapport au Magistère mais cela importera peu aux têtes pensantes. La composition du groupe démontrait bien que l’alliance de toutes les nations était nécessaire pour tenter de résoudre ce mystère.

« En ce qui me concerne, même si cette idée me donne la nausée, je suis d’avis de suivre l’agent Exerus et d’accepter son aide. », fit l’homme aux cheveux d’albâtre, calmement. Puis sa voix devint subitement plus froide, meurtrière. « Et s’il tente de nous nuire, je m’engage personnellement à en faire du pâté pour le Bukavac croisé tout à l’heure. Ce ne sera pas le premier Tartare que je réduis au silence. N’y voyez pas une menace, agent Exerus, seulement une mise au point. ». La messe était dite. Taiseux de nature, Artémis n’était pas du genre à balancer des paroles en l’air. Il ne craignait aucune répercussion et agissait selon la dictée ses instincts. Et s’il devait mourir selon ses principes, il mourra sans regret.

Résumé:
Lun 13 Mai - 14:34


Coeur d'Urh


Conquête Sacrée

Artémis, Ellendrine, Nostell, Ryker






Bukavac. Les réflexes de Maelström venait encore de lui sauver la peau, s'en sortant avec une blessure légère sur le bras, bien vite nettoyé avant de poser le camps. Chacun avait pu montrer ses qualités de combattants, ainsi qu'à la surprise de Seraphah, Madame Brightwidge elle-même. Tout le monde fut heureux de voir la bête mythique se retirer avec son petit, et commencer à monter le campement.

Seraphah accepta le cristal de guérison proposé par Ryker. Il porta une main à l'épaule de ce dernier, le remerciant autant par le geste que le regard, avant d'aller briefer le scientifique sur l'utilisation de ce pouvoir. Il était primordial de préserver la vie d'autant de personnes possible, surtout un soldat, vu qu'ils n'étaient qu'au prémices de leur escapade. Suite à cela, il prit le temps d'aller rassurer les autres membres du groupe afin de prendre la température de chacun. Avoir une personne qui serait aux abords de la panique pourrait être particulièrement dangereux pour tous ceux qui l'entouraient.

Les échanges furent bref avec le nouveau venu Artémis. Seraphah se fit une brève idée de ce dernier: présent mais discret. Même si ses paroles pouvaient paraître très tranchées comme la façon qu'il eu de s'exprimer à l'attention d'Ellendrine. Mais pour le diplomate, cela lui montrait que ce n'était pas un homme à s'enquiquiner des affaires du monde, même s'il apprendrait le lendemain qu'il n'était pas naïf ou exclu pour autant de ce qui se jouait politiquement.

Duscisio aussi fut l'un de ceux qui marqua l'attention de l'élémentaire qui prenait un soin certain à observer ses compagnons. Même s'il le fit en discrétion, il remarqua comme il prenait soin de tous ceux du campement en venant délimiter ce dernier par son pouvoir en lien au végétal, permettant au passage au mimétisme de Seraphah de s'en inspirer...au cas où.

Maelström échangea quelques mots avec Nostell. L'aramilan, assassin à certaines de ses heures, semblait apprécier la présence de la garde du corps d'Ellendrine. Il fallait dire qu'ils venaient tous les deux du même coin de pays, et cela amenait les langues à se délier quelque peu, même s'ils étaient tous les deux très efficaces dans leurs actions.

Chacun se montra volontaire pour un tour de garde. Seraphah se proposa également, même s'il resta éveillé toute la nuit, ne se faisant alors pas réveillé par l'aéronef qui passa au-dessus d'eux en pleine nuit noire. Il passa le reste de la nuit en se demandant de qui il pouvait bien être. Il sentait qu'une rencontre leur pendait sous le nez. Mais cela n'était pas le poids des scientifiques et botanistes qui se devaient de dormir absolument. Contrairement à lui et à Duscisio qui n'étaient pas importunés par les ciccadines.

Tandis que le soleil se levait permettant à tous de découvrir la flore environnante, Maelström vint près de Seraphah l'air totalement comateux. Il lui fit part du désastre de sa nuit, ce qui amena l'élémentaire à lui demander de rester proche de lui pendant cette nouvelle journée. Ce n'était pas la première fois que le Porte-Brume faisait ainsi nuit blanche dans le cadre d'une mission, mais dans cette partie du monde, le danger était palpable. Au moins Valerio, son felistaak, se mettait aux abords de Maelström afin de prévenir d'un danger imminent. Quant à Aelan, il semblait enchanté de son voyage, sortant plus que la tête, des petits bruissements de feuilles précisant qu'il était joyeux de découvrir les lieux.

Après que tout un chacun ait vaqué à des occupations diverses et variées, la route fut reprise. Il apprécia l'initiative de Ryker de reprendre la tête, et de son côté il n'imposa pas la corde à nouveau, demandant au contraire à chacun d'être responsable de son voisin et donc de garder les yeux ouverts. Seraphah possédait un plan qui pouvait paraître approximatif, mais il suffisait de lever la tête dans les moments de doute, pour aller vers l'arbre-dieu.

Alors que les discussions commençaient à s'élever et que la marche commençait à avoir fière allure, sauf pour les malchanceux qui ont été la cible des moustiques, une rencontre les arrêta net. Ryker fut le plus prompt à répondre à l'homme - le tartare d'après son apparence - tandis que les autres allaient chacun de leurs contestations que ce soit pour répondre favorablement ou négativement à sa proposition. Au moins, la vacarme de la nuit trouvait son explication.

Seraphah s'avança afin de mieux contempler l'Agent d'Opale ici présent. Et il ne put se demander si ses intentions étaient aussi louables qu'il y paraissait. Après tout, comment les avait-il trouvé? Comment même était-il au courant qu'ils se trouvaient tous ici? Et puis, pourquoi cet arc? Ce n'était pas le genre d'arme que le Magistère et ses sbires privilégiaient. «Bonjour Agent Exerus. Avant de pouvoir vous répondre quant à vos propositions d'escorte ou de ravitaillement, j'aimerai savoir...Que savez-vous de notre expédition pour savoir exactement de quoi nous aurions besoin pour sa réussite? Et vu que nos identités ne semblent pas vous préoccuper, je présume que vous savez qui je suis ainsi que la majorité des personnes ici présentes...à moins que?»

Il n'était pas aveugle. Mais il n'allait pas faire un choix simplement sur un coup de tête. Toutes ces personnes qui étaient présentes avaient confiance en lui. Son but était au maximum de les protéger et encore plus des dangers du Magistère. Ce dernier n'était pas connu pour faire dans l'humanitaire, et au vue de cet agent, ils avaient tout l'attirail pour faire leur propre expédition. Alors quoi? Était-ce les cerveaux qui leur manquaient?

"J'en sais assez pour les fonctions qui m'incombent, soit pas assez pour vous répondre en détail. J'en suis désolé, mais ma responsable pourra assurément répondre à vos questions. Nous pensons que l'Arbre-Dieu détient la réponse du salut de notre nation et de son peuple. Le Magistère, en la personne de ma responsable, a préféré vous prêter main fort en dépit des inimitiés pouvant exister : en effet, nous savons qui vous êtes. Mais ce n'est pas important. Après tout : vous êtes ici pour aider les citoyens d'Opale. Qui serions-nous si ne vous prêtions pas main forte ?" Sa voix reste déformée et assez monocorde, bien que son langage corporel t'informe qu'il a l'air préoccupé par le sort de votre expédition.

La réponse fut entendu à sa juste hauteur. Vu le boucan de la nuit dernière, il se doutait bien qu'il s'agissait de la plus haute instance du Magistère qui était intervenu. À priori, même si la présence d'un tel être était désagréable, il pourrait être une ressource. À partir du moment où ils restaient libres de leurs mouvements.

«Bien. Faites le chemin avec nous. Nous allons dans cette direction.» Seraphah pointa du doigt le chemin que vous étiez entrain de suivre. «Il y a de fortes chances que nous croisions votre campement je suppose?» Suite à cet échange, chacun put reprendre la route. Il entendait les chuchotements dans l'assemblée, mais se concentra sur Ryker et Ellendrine, les plus proches de lui: «Opale a autant d'intérêt que nous à cette expédition. Toutefois, ne nous laissons pas distraire ou encore impressionner. Si quelque chose vous interpelle, croyez en votre instinct.»



Spoiler:


Mar 14 Mai - 20:52


Coeur d'Urh


S'enfoncer dans les bois maudits

Artémis, Seraphah, Nostell, Ryker




Portrait de famille:

Compte tenu des quelques menues mésaventures, l’expédition tient bon. Un soldat de tombé. Un autre miraculé. Quelques égratignures, un reste de migraine dues au ciccadines ou d’effarouchement liés à ces yeux que vous imaginez vous fixer depuis l’obscurité après le retrait du bukavac.

Les brebis égarées sont bien gardées et ramenées dans le cheptel sous l’œil vigilant de l’élémentaire de plantes. Mais Norman est-il le seul à ressentir cette compulsion aventureuse face à tant d’étrangeté. Est-ce une preuve d’imprudence ? Ou bien, cet appel silencieux de la forêt qui vous parle. Par le langage des racines et des champignons, spores et mucilages envahissent doucement les poumons, colonisent les peaux. Peut-être que Norman n’est que le premier à oublier la raison de tant de précautions, jusqu’à la raison de sa venue, pour répondre à ce que certains appellent le chant des Drys.

La forêt n’est qu’invitation à renouer avec la relation à votre environnement. Cette leçon est interrompue lorsqu’un nouvel outrage tonitruant de modernité fait irruption dans le ciel nocturne. Les rares personnes qui étaient parvenues à dormir à poings fermés, telle Ellendrine, décollent du sol sous la surprise. La nuit fut forcément écourtée au minimum syndical. Après la traversée de l’aéronef, chacun pouvait anticiper une rencontrer au réveil. Personne ne devait avoir intérêt à leur échec dans les hautes cités. Les doubler ? … serait prétentieux. Inutile ? Au moins les nélumbos étaient en train de se refermer.

Forte d’une équanimité apparente, Ellendrine replia doctement son tapis de nuit et brossa ses cheveux avant de faire sa toilette à l’eau claire près d’un ruisseau. Un peu cernée, elle restait parmi les chanceuses. Habituée à traverser les régions sauvages, elle s’était enduite d’huile de carapa pour décourager les nuisibles.

Farouk ne pouvait pas en dire autant. Comme la plupart des soldats et scientifiques. A l’exception d’un soldat et de Xi Jing Lua, tous s’étaient retournés sans cesse pour tenter de repousser le vrombissement pernicieux des moustiques. Certains ne pouvaient réprimer la crise de démangeaisons et se grattaient. D’autres arboraient de l’érythème fascial… la journée commençait bien.

-«… je vous dis de regarder ces mesures… » entonnait Edmond Bartès, dont l’enthousiasme raisonnait comme une bouffée délirante dans cet engrenage d’épuisement. « L’activité électrique du sol est anormale. Les influx semblent avoir une forme de régularité… comme un code ! ». Le chercheur s’agrippait à ses outils de prélèvement pour terminer à la hâte de prendre des échantillons de mycorhise et de radicule avec des mottes de terre. La géologue et le botaniste ne pouvaient qu'être d'accord avec lui.

Nul besoin de se presser. Bientôt, chacun d’entre vous ne rêverait que de s’éloigner au plus vite de cet enfer vert. De toute cette angoisse se repaissait le Duddo qui papillonnait de ci-de-là entre les survivants. Grégoire et Jing Lua étaient ses préférés. Mais Farouk n’était finalement pas en reste. Le groupe vit arriver une silhouette presque mystique. Encapuchonnée et vêtu d’un masque à reflet, l’archer fut vite identifié à son écusson reconnaissable entre tous : le Magistère.

Les réactions semblaient assez chahuteuses dans le groupe aux annonces de l’agent Exerus. L’archéologue restait pour sa part tout en retenue, comme si son expression impassible tentait de reproduire l’anonymat qu’offrait le casque miroir à l’archer. Seul un sourcil légèrement arqué trahissait sa perplexité. Un pâle sourire de politesse étirait les commissures de ses lèvres, quand son intelligence était sensible aux pièges éventuels ainsi qu’à la cohésion émotionnelle des membre de l’expédition. Elle laissa la poussière retomber.

Le nascent était flagrant. A coup sûr, cet agent d’élite en détenait d’autres. Pas de quoi imposer sa suprématie sur leur groupe. Mais assez pour nuire. La question qui la préoccupait le plus était que… elle n’était pas sûr que l’agent Exerus soit humain. Qu’était-il alors ?

-"Peut-on seulement lui faire confiance ?
-« Je ne crois pas qu’il soit sage d’accorder sa confiance à un Tartare, Nostell. Ils n’ont pas réellement de libre-arbitre tant leur obéissance aux lois du Magistère est absolue… » énonça l'aristocrate sans ciller devant le masque d’argent.
« Mais le Magistère n’a sans doute aucun intérêt à saboter une opération qui pourrait secourir Opale. N’est-ce pas, agent Exerus ? » Quoi qu'il en soit, Ellendrine avait confiance en Nostell et Faroukpour contrer Exerus en cas de coup bas.

Ellendrine jugea inutile de souligner son rang dans la noblesse opalienne pour affermir sa sécurité. Autour d’elle, elle constatait derrière la confusion une forme d’assentiment pour suivre l’envoyé du Magistère. Dans un premier temps.

Seraphah prit la peine de creuser les motivations du Magistère et décida au nom du groupe ce qu’il y avait lieu de décider. Bien qu’elle soit d’accord, Ellendrine était quelque peu froissée de ne pas avoir été concertée, mais n’en laissa rien paraître.
L’expédition se remit en marche.

-« A dire vrai, je suis plutôt ravie que nous marchions vers les cénotaphes. » déclara-t-elle à qui voulait l’entendre, pour briser le silence absolu des lieux. Plus ils s’enfonçaient, plus la forêt devenaient sombre et fabuleuse. Les bruits se taisaient, comme si la faune se raréfiait. Mais, on les voyait, elle en était convaincu. C’est ici que les légendes commençaient autour de mystère à jamais épais. Disparitions et folies pavaient les sentiers tortueux barrés par les racines géantes qu’ils devaient contourner, quand il n’était simplement pas possible de les escalader.

En messe-basse à Ryker et Seraphah, elle rétorqua :
« Je ne pense pas qu’ils puissent s’en prendre à nous physiquement, si personne ne tente rien d’inconsidéré… ils pourraient même nous être d’une grande   aide… par contre, je me méfie de la version de la vérité qu’ils voudraient que nous retenions… la forêt n’est pas totalement vierge des tentatives de civilisation opalienne… je crois que c’était il y a sept ans… le gouvernement a tenté de défricher et de creuser une grande route… avant de tout abandonner. Quelle trouvaille ont-ils faite alors ? Quel mal ont-ils pu commettre… il se peut qu’ils tentent de nous canaliser pour nous faire passer volontairement à côté d’un ou deux détails clefs… Je compte sur nous pour être plus malins. »

Dans un ralentissement choisi, elle laissa quelques personnes la dépasser pour se retrouver à la hauteur d’Artémis, Nostell et Farouk avant de glisser à leur intention.
-« En cas d’ambiguïté, soyez prêts à prendre le maquis pour être nos yeux et nos oreilles. »
Elle savaient qu’ils étaient les plus aptes à se fondre dans le décor avec discrétion.

Il s’en fallut de quelques heures avant de parvenir aux abords du camp du Magistère. On devinait déjà le profil fringuant de l’aéronef qui écrasait presque les frondaisons de certains vénérables en débordant de la clairière. Après les calamités de la veille, cette randonnée sylvestre paraissait presque sans incidents. Presque.

Alors qu'ils devisent, un marcheur manque à l'appel. Il a suffit d'un regard dérobé, d'un déficit d'attention. Dans le silence, rétractant sa présence et se faisant racines, Edmond Bartès s'est laissé dépasser, s'est fondu derrière un tronc. Valerio n'a pas manqué de remarquer son énergie incohérente et de la reporter à Maëlstrom immédiatement. Quant à d'autres, ils peuvent peut-être encore percevoir sa présence qui s'éloignent à pas feutrés dans la végétation en murmurant:
-"Pas de bras... ni de jambes... ni d'yeux... ni d'oreilles... ... pas de bouche... il danse, dans la terre..."

Tentera-t-on - pourra-t-on - le rattraper? Non loin de la colonne de l'expédition, les restes déjà brisés de ses verres polarisants sont retrouvés. Les plus connaisseurs sauront identifier le roucoulement mi-farceur mi-mécontent du nagora en défense de son territoire...


Mais Ellendrine était joie. De loin, elle avait cru entrapercevoir le profil effilé d’un cénotaphe. L’édifice noirci se dressait depuis la terre comme une aiguille imposante voulant crever le ciel.
Lun 20 Mai - 12:25



Forêt de l'Arbre-dieu / En compagnie du Magister

Demephor 1901



Alors que les quelques minutes passées à errer dans la forêt s’attardent, Norman regagne la clairière en premier. Duscisio le suit d’un pas tranquille sans avoir la moindre idée du danger qui ne semble pas l’incomber. Cela dit, sa prudence augmente quand une silhouette inconnue a rejoint le groupe avant lui. Duscisio n’est pas encore sorti de la forêt que celui-ci parle derrière un masque qui déforme sa voix. S’il est là dans le bon déroulement de l’expédition, cela ne laisse pas Duscisio dans l’indifférence à vouloir en savoir plus sur ce fameux geste. Sa tenue évoquant le magister, l’élémentaire reste silencieux, observe et écoute, tout en cherchant à effacer sa présence près d’un arbre.
Ryker qui est le premier à répondre froidement à cause de l’agitation de cette nuit. La présence des moustiques et de leur passage cette nuit ne semble pas lui avoir plu… Cela étant qu’il laissera plutôt la responsable répondre à sa place.
Cette nuit a dérangé bien du monde. Duscisio lui-même ne senti leur présence que par le biais des feuilles de l’arbre auquel il était connecté. Il n’y prêta aucune attention à ce moment-là.
Néanmoins, la strigoi ne pipa mot qu’à la fin, alors qu’Ellendrine répond au degré de confiance que l’on peut accorder à cet inconnu. Peu importe comment elle s’y prend, Duscisio n’a pas encore envie de l’aborder. Aussi belle soit-elle pour son âge, de peur de se prendre un coup de poignard pour une raison déplacée dont l’élémentaire a le secret de l’innocence.
Le vieux rôdeur est du même avis que son prédécesseur. Moins silencieux, il exprime pleinement le dégoût d’avoir affaire avec le Magister. À défaut d’une méfiance partager, le groupe avait toujours la protection sommaire de l’élémentaire. L’anneau de ronce qui les entourait est toujours actif et l’apothicaire pouvait l’utiliser à n’importe quel moment si le Magister s’avérait finalement hostile tant qu’il se trouve dans ce périmètre. Pour le moment, rien ne semble penser à ce sens.


Diplomate, c’est à Seraphah d’agir en leur demandant simplement ce qu’ils savent de cette expédition et des personnes présentes. Le soldat du Magister ne s’affirme qu’en prétextant que sa responsable sera plus à même de répondre avec toute la satisfaction nécessaire. Néanmoins, sa réponse ne satisfait pas un seul être ici. La formule utilisée n’est pas la bonne. L’arbre-Dieu détient la réponse du salut de leur nation, dit-il… Duscisio en tant qu’électron parfaitement libre, venu par simple curiosité, lance un regard noir à l’agent du Magister. Prendre l’arbre-Dieu comme possession légitime ne lui plaît point.

— L’arbre du monde est peut-être sur votre territoire, mais elle n’est point en votre possession, homme du Magister. Dit Duscisio sortant de sa cachette, qui espère bien attirer son attention, en prenant une voix grave. Ni vous, ni personne d’autre. Ne pensez pas qu’il agisse uniquement pour votre peuple, comme vous semblez le croire.

En répondant ainsi, il laisse croire qu’il en sait bien plus qu’il ne laisse paraître. Bien que très jeune, l’élémentaire sylvestre qui est potentiellement déjà venu ici pour n’avoir rien fait de spécial ni se sentir en danger en ses lieux. Un peu comme s’il était partout chez lui tant que l’homme n’y a pas installé machine, brique de pierre ou électricité pour envahir les lieux comme n’importe quel parasite.
Il ne s’agit pas de connaissance, mais de point de vue. Aussi bien puisse-t-il aimer l’espèce humaine, il y a certains critères qui le répugnent. Exploiter l’arbre-dieu fait partie de l’un de ses critères.


Si la cartographe a échangé quelques messes basses avec Ryker et Seraphah et quelques ordres de prudence avec Nostell et Farouk, Duscisio est le plus hostile du groupe et a aimé leur faire savoir. Ravie de pouvoir s’approcher des cénotaphes, cela restera une couverture pour les approcher du point de vue de l’élémentaire.
Pendant le trajet, l’apothicaire profite du silence et de l’attention du groupe pour partager une rose blanche chacun. Il commence par Seraphah qu’il connaît depuis longtemps, puis Ellendrine et Maelstrom en précisant qu’il s’agit d’une sécurité supplémentaire. Farouk ne fait pas exception non plus, suivi de Ryker. Pour ce qui est de Nostell, il s’arme d’un peu plus de courage à l’idée d’approcher une belle plante. Loin de douter qu’elle puisse se faire discrète, garder un œil sur la totalité du groupe est le but premier de ce partage anodin. Comme il l’a fait avec Norman, le botaniste, pour garder une présence sur lui quand il s’est éloigné du groupe avant l’aube. L’élémentaire sort d’une certaine timidité envers la jeune femme en lui tendant l’une de ses roses blanches.

— Tenez, jolie demoiselle. Dit-il avec un large sourire. Elle attirera bien plus le regard que ses affreuses lunettes.


Simple outil de décoration ou seul moyen qu’il ait de pouvoir garder un œil sur tout le monde, Duscisio s’accorde à attendre que chaque rose donnée soit fixée très visiblement sur chacun des membres du groupe. Même s’il s’attarde un peu plus sur la jeune femme, il retourne à sa fonction secondaire et continue avec les membres restants. Même s’ils sont jugés moins importants, il s'ensuit avec les scientifiques, en commençant par Xi Jing Lua. C’est en voulant passer vers les deux autres que quelqu'un semble manquer à l’appel. Il n’est pas le premier à le remarquer puisque Valerio, un felistaak, suivi de Maelstrom, sont les premiers à bouger en conséquence.
Duscisio le cherche des yeux. Bien plus enclin à le trouver au vu qu’il a ses sens partout où il se connecte. La racine sortant de ses chevilles n’a pas le temps de s’accorder avec le moindre végétal qu’il aperçoit l’un des scientifiques suivre un chemin qui n’est pas le leur. Avant d’entendre un étrange roucoulement qu’il a du mal à reconnaître avant de le sentir.


— Nagora !
Hurle-t-il soudainement en pointant du doigt la créature au loin, puis le scientifique, dont les lunettes, ne se trouvent plus sur son nez.

Maintenant qu’il savait où se trouve le disparu, Duscisio se permet d’utiliser quelques plantes grimpantes pour saisir de loin sans précision la cheville du malheureux pour tenter de le stopper dans sa course. Par acquit de consciences, il participera à rattraper la victime, Edmond qui se débat sans force en continuant de murmurer la même chose. S’il est un peu brut en continuant de se servir de la végétation pour le saucissonner à l’aide de fragiles plantes, qu’il combine finalement avec ses propres ronces et quelques baffes pour le réveiller.

Résumé: