Light
Dark
Bas/Haut

[REQUÊTE] Maltraitance à la chaîne

[REQUÊTE] Maltraitance à la chaîne Brandw10
Mer 20 Déc - 21:54



Maltraitance à la chaîne

FT. Poppy Cox



Spoiler:

Même un jeune homme déboussolé pouvait se rendre compte que son immersion soudaine dans l’univers de Seraphah donnait le tournis. Après la chute d’Ekiel et son emménagement définitif au Marquis, il ne restait plus grand-chose pour le raccrocher à son ancienne vie. Pas que ce soit mal, hein, il avait troqué la misère contre le confort.

Son principal problème est que Maëlstrom et Seraphah allaient le laisser sur le carreau pour partir batifoler à l’aventure loin d’Epistopoli. Comment leur en vouloir. C’est vrai qu’il ne leur serait pas bien utile. Maëlstrom lui avait fait comprendre qu’il était vain d’essayer de modifier les plans de l’élémentaire une fois que celui-ci s’était mis une idée en tête… à moins, à moins… de dépasser toutes ses espérances. En mettant la main sur un cristal pour lui démontrer sa débrouillardise. C’était son rêve de partir.

Mais comment pouvait-il faire cela ? Il ne connaissait même pas l’existence des cristaux de pouvoir l’année dernière. A défaut d’une idée miraculeuse, il pouvait toujours commérer avec ses anciens collègues des bas-quartier. Caudron était l’une des seules qu’il aimait à peu près dans l’atelier de réparation de prothèses, Duran & Duran Fils.

Keshâ franchit la porte de l’atelier en début de soirée, après avoir pris le temps de vérifier à travers le lettrage de la vitrine que ses pires ennemis étaient absents de l’équipe de nuit. Il leur serait sans doute méconnaissable dans ses nouveaux habits, deux mois après les avoir quittés pour devenir apprenti espion d’un ministre en fuite. Il était encore celui qui se faisait tringler par le fils du boss il y a peu en arrière-boutique pour survivre face aux brutes qui voulaient l’égorger.

Un autre les aurait nargués, à vanter son ascension et son titre de néo-citoyen. Mais il était toujours un garçon des rues peu sûr de lui sous ce vernis de petite bourgeoisie.

Il fit teinter la clochette et ne put cacher sa déception en constatant que sa vieille «amie » n’était pas là. Par contre, il reconnut le profil d’un visage apprécié, chaussé de loupes binoculaires et courbée sur des circuits imprimés sur le comptoir de l’entrée. Poppy les passaient minutieusement en revue en les attrapant minutieusement avec une pince à bec recourbé les uns à la suite des autres. Il se demandait ce qu’elle pourrait bien lui raconter.

Elle n’était pas là depuis très longtemps, mais c’était encore une des rares personnalités aimables des environs.

-« Bonjour Poppy… Tu me reconnais ? C’est Keshâ. » s’annonça-t-il, en lui laissant le temps de relever les yeux de son ouvrage et d’essayer de le remettre.

« Ca fait un moment que je ne suis pas venu dans le quartier. Je me demandais un peu quelles étaient les nouvelles ? Je vois qu’on a bien refait la vitrine… » observa-t-il.

Pouvait-elle déceler cet air coupable sous sa mine neutre. Il avait suturé un portebrume en fuite face au terrible gang des Attila, qui avait ravagé pas mal de devantures pour essayer de retrouver Raphaël. Encore un dont il n’avait plus jamais eu de nouvelles. Keshâ se retourna vers Poppy pour poser son doux regard lavande sur ses traits.