Light
Dark
Bas/Haut

Ratamontade [PV Ratamahatta]

Ratamontade [PV Ratamahatta] Brandw10
Jeu 27 Juin - 16:46



Ratamontade

FT. Ratamahatta



-« Bien, Messieurs… »
Râclements de chaises autour de la grande table ovale en acajou. Chacun des hommes en costume se radosse dans son immense dossier de cuir plissé en prenant appui sur ses accoudoirs.
-« Vous n’avez pas reçu d’ordre du jour pour cette réunion imprévue. Je vais mettre fin aux angoisses de certains, et donner raison à celles des autres. Si nous ne vous avons rien dit, c'est que l’enjeu est de taille. Nous ne pouvons nous permettre aucune erreur…. »

Les fronts plissés avec sérieux écoutaient chaque mot de l’orateur, un homme entre-deux âges avec une certaine prestance, quoi que vieillissant.

-« Quand je dis que l’Alliance a notre très Savante ville dans le collimateur depuis les attentats d’Opale, je ne vous apprends rien. Opale est comme un tigre en boîte prêt à sauter sur l’occasion de nous faire du tord. Malgré leur situation délicate avec la Brume, les Sept familles et le Magistère ne perdront pas une occasion de nous rouler dessus pour prendre la place de leader d’Urh. La première marche de leur plan est de nous discréditer… »

Murmures d’assentiments dans la salle. Jusque là, personne de fâché, tout le monde est d’accord.
-« Ce traître de Régent nous a mis dans une situation indéfendable. Pour ôter à Opale son hochet des mains, nous avons décidé de mener une opération mains-propres sans précédent ! »
Certains fessiers commencent à se réajuster avec malaise dans leur assise.

« Cela fait trop longtemps que nous tolérons certains miasmes au sein de notre cité, sous prétexte qu’ils s’épanouissent dans la basse-ville, comme zone de non-droit. Mais il est temps de rétablir notre autorité sur l’ensemble de la cité. Nous avons déjà commencé à nous en prendre à certaines activités criminelles, comme le trafic d’organes, qui avait parfois lieu au sein de nos usines. On ne peut pas prétendre avoir interrompu le trafic, mais les gangsters sont inquiétés. Nous devons continuer à donner le sentiment aux prolos que nous sommes de leur côté. Nous ne pouvons pas courir le risque qu’Opale nourrisse un ressentiment tel qu’il donne lieu à une guerre civile. Laissons cela à notre voisine, Xandrie.»

Tout le monde écoutait le monologue de l’ancien, dans cette audience de puissants mystérieux. Ils se doutaient bien que quelque chose de plus fracassant les attendait. Car tous étaient déjà plus ou moins au courant de ces idées générales. La vertu, la Science, l’unité, le Régent nous a dupé, blabla…

« Mais des accusations bien plus lourdes pèsent sur nous. Collusion avec l’ennemi suprême, le Mandebrume et le XIIIème Cercle… ne prétendez pas ! Il y a une kabbale! Certains parmi nous font commerce avec le XIIIème Cercle ou ferment les yeux au nom de petits arrangements… Tout cela… c’est terminé. Et maintenant… Officiers… »

Surgis tels des ombres incolores, des commissaires de police triés sur le volet pour leur mutisme et leur loyauté envers l’orateur entrèrent et refermèrent les double-portes à clefs derrière eux. Quelques éclats de voix scandalisés s’insurgèrent. On osait les traiter ainsi. De quoi étaient-ils accusés au juste ?

-« Silence !... Une opération est en cours en ce moment même pour éradiquer la Cour des Miracles dans la Basse-Ville . Je garantis qu’il n’y aura aucune fuite permettant de les avertir, puisque personne, pas même moi, ne quittera cette salle avant la fin de l’intervention… des rafraîchissement, des cigares ainsi qu’un repas gastronomique musical seront proposés pour votre confort en temps voulu. »

Les puissants hésitaient à se montrer réfractaires. Cela sentait trop la purge. Et à raison. Transpirant abondamment, certains virent arriver leur pire cauchemar.

Un officier anonyme déposa une mallette de cuir noir aux coin renforcés de métal argenté sur la table lustrée. L’ancien la fit pivoter vers lui et défit les crochets pour l’ouvrir et dévoiler un cristal de jeremjévite de taille considérable.

-« Pour ceux qui se le demanderaient encore, il s’agit d’un cristal vivifié de polygraphie. Personne ne posera de question sur votre mariage ou votre déclaration d’impôt… En revanche attendez-vous à répondre à « Êtes-vous loyal à Epistopoli ? Êtes-vous membre du XIIIème siècle ? Faites-vous un commerce avec un membre affilié au XIIIème Cercle ou à leurs intérêts ? Projetez-vous de participer ou de soutenir un attentat contre Epistopoli ou ses ressortissants ? »

Silence de mort. Dans l’assemblée d’une vingtaine d’hommes, il en existait plusieurs qui se savaient finis. La présence en surnombre d’officiers de police équipés pour certains de cristaux offensifs et défensifs ne permettaient même pas d’espérer s’échapper…

~~~~~~~~~

Sur une placette piteuse, au milieu de laquelle se dressait péniblement une statue décapitée, une silhouette voutée s’abritait sous une couverture. La mise en scène ne devait rien au hasard. Ni le lieu ni le protagoniste n’avaient été choisi inoccemment. R. avait des vices et des marottes bien connues. Lorsqu’un projet « artistique » le prenait aux tripes, il ne pouvait plus ruminer en paix avant de l’avoir accouché.

Son « Violon » tant convoité lui était servi sur un plateau d’argent. Maladif, l’air amaigri et déprimé, quoi de plus normal lorsque l’on mord la main qui vous nourrit. La disgrâce est rapide pour les orgueilleux qui ont cru en une ascension rapide et sans conditions. A trop vouloir toucher le soleil, on finit brûler et à mordre la poussière.

Ainsi, le pauvre Keshâ’rem avait déchu. Il en était réduit à faire la mendicité. Ses quelques anciens camarades le méprisaient pour avoir gâché une telle opportunité. Et pour avoir cédé à l’Esquisse. L’oisillon tombé du nid chantait, chantait, chantait, des arias mélancoliques, pour tenter d’amadouer passants et gredins et récolter quelques piécettes pour sa subsistance. Même les plus froids s’arrêtaient un instant par curiosité pour identifier l’origine de la mélodie avant de poursuivre leur chemin. Quelques rares silhouette jettent un astra d'argent dans un béret déposé sur la marche en contrebas de la statue.

Profite Keshâ’rem, avant que ta voix ne soit à jamais éraillée et que la mort ne voile tes yeux en retour à ton ingratitude. Toi qui as rejeté le GENIE de ton sauveur. Son timbre suave se déroulait comme le chant envoûtant des sirènes...

Il comptait sur le son de sa voix pour flotter jusqu’aux petites oreilles de la Cour des Miracles en un rien de temps. La tentation devait être trop forte de lui tomber dessus pour Ratamahatta. Ne serait-ce que parce qu’il avait embarqué croco-poulet avec lui. La création ratée de Vilaine avait péri dans le caniveau, après avoir été rejeté pour sa difformité par sa famille et s’être shooté à l’Esquisse. C’était l’une des motivations de l’orphelin pour signer un pacte faustien avec la police Epistote.

Régler son compte à ces ordures de mutants. Et à tous les acolytes du Mandebrume. Il se retrouvait là un peu par défaut, ni policier, ni militaire. Un va-tout puissant, qui s’était montré à plusieurs reprises loyal aux intérêts de la cité. Pourvu de capacités surprenantes. Dans le pire des cas, une perte acceptable, car il n’était pas des leurs. Un bon chien obéissant et naïf.
Sam 6 Juil - 11:46
Mon gramophone inonde l'atelier d'un délicieux rap technoïde mélancolique.
Les statues se tournent vers le nouvel arrivant, lui adressant une volée de radieux sourires.
Gabriel répond à cet accueil par un regard inquisiteur. Ses violents petits yeux méchants attaquent le papa de ces oeuvres.
Ô Gabriel ! Cesse de me mirer ainsi ou tu vas provoquer un accident malencontreux dans mon slip.

- Ratamahatta ! Je vois que tu prépares ton départ.
- Bonjour, Gaby ! Je prépare rien du tout,
- Ta gueule, bourrique, j'étais sarcastique.
- j'écoute les murmures de mes capillaires bouillants, sais-tu que j'ai de plus en plus d'hémorragies cérébrales ? Lorsqu'un filet de sang bleu sort de mes naseaux, j'y ajoute un grain de magie et de folie puis le réinjecte directement dans ma machine à créer
- Ta gueule. Ta cervelle est trop trouée pour que tu t'en rendes compte, mais les flics peuvent débarquer à tout moment pour te coller une balle dans la tête.
- Tu me sous-estimes Gaby si tu me crois incapable de revenir des limbes lorsqu'on m'y envoie, je suis déjà mort une dizaine de fois rien qu'hier et ça m'a à peine chatouillé,
si aucun des chronophages du cinquième plan n'a réussi à me sceller, sois certain qu'aucun poulet epistote n'y parviendra non plus,


L'argile, mêlé au myste, devient de la Sève, cette séduisante matière vaporeuse mi-physique mi-imaginaire, qui répond à tous les caprices de ton esprit, comme un animal bien dressé
Je plie ma colonne vertébrale en arc de cercle, jusqu'à l'entendre me supplier d'arrêter ; puis je badigonne mon torse de Sève, comme si mon ventre était un portail menant sur une galaxie lointaine, il se met à luire de mille feux. Ne pouvant supporter le spectacle, mes statues ferment les yeux et se prostrent dans un craquement sourd,
Mon gramophone tousse et s'étouffe dans son vomi.

- T'as pris quoi ?
- Fèves d'Anastase, 12 grammes. Torrent d'Amour, 600 microgrammes. Esquisse, 15 milligrammes. Jack bleu... je ne sais plus ? Trois cartons ?
- Des doses de cheval.
- Un cocktail de champion
- Je pensais pouvoir compter sur toi pour le surveiller, Vilaine ?


Vilaine est allongée sur une toile, persuadée que celle-ci est vivante et qu'elle la nourrit d'un énorme câlin chaleureux. Note que c'est quelque chose qui pourrait arriver pour de vrai, ici ; mais non là c'est faux, Vilaine est simplement déchirée, elle secoue ses petites pattes velues devant elle et se frotte à ma peinture comme si elle la baisait ou je sais pas quoi : j'adore cet esprit "romance hardcore" qu'elle apporte à mon atelier, excellente suggestion Vilaine,

- Excellente suggestion, Vilaine
- M-Merci... ?
- Bon, ça suffit.


Gabriel se téléporte devant moi. D'une poignée musculeuse, il me saisit par une esgourde et me fracasse le museau contre le plancher. Ça me ferait extrêmement mal si je n'avais pas le système nerveux noyé !
Il attend pas que je me relève et me traîne sur le sol, sous le regard effaré de mes oeuvres.

- Je t'exfiltre d'Episto aujourd'hui. Pas négociable. Les fiestas, les drogues, les orgies, c'est fini. Fais tes valises, du vrai boulot t'attend.
- Mes petits lutins viennent avec moi, c'est pas négociable ! Tu le sais, la famille c'est sacré
- Si ça leur chante, qu'ils nous suivent. C'est ton cul qui m'intéresse, pas ceux de tes potes.
- Mon cul a un succès fou ces temps-ci


***

Il m'a laissé me relever entretemps ! Ben il m'aurait pas traîné sur trois cent mètres à travers la base penses-tu, c'aurait été idiot d'abimer le minois de la plus belle Bête du Cercle. J'ai réalisé un petit stop dans ma pièce de cérémonie dans laquelle j'avais besoin de récupérer deux trois bricoles : mon sceptre Cocu , ma poudre d'escampette, ainsi que mes encens entropiques. On va voyager léger, on refera notre vie ailleurs, on est un citoyen du monde qui n'a besoin de rien d'autre dans ses valises que ses copinous.

J'ai pris le temps de bien notifier à chacun qui je voulais garder à mes côtés et qui resterait ici pour veiller sur mes affaires en attendant mon retour ! Selon Gaby y aura pas de retour, moi je crois qu'un jour Episto viendra me supplier, agenouillée, de revenir étaler sur ses murs ma semence bienfaitrice, je l'ai rendue dépendante.

Accompagné d'un troupeau de fidèles troubadours, à la fois forts en bagarre et en arts, je rejoins Gaby qui patiente dans le salon, assis sur le canap à mirer dans le vide de ses deux gros yeux à moitié décomposés. Vilaine aussi est là, groggy mais souriante, trépignant d'impatience, excitée à l'idée de partir en voyage - même si je suis pas sûr qu'elle ait toutes les clés de compréhension pour savoir ce qu'on va aller foutre dans ce gros anus moite et fumant qu'est Xandrie.

- Cette ville m'a vue accoucher d'oeuvres et de projets merveilleux ; j'y laisse quelques tripes, les amis, je vous l'avoue
Voyez Xandrie comme une parenthèse - un joli poème annexe au grand récit que je rédigeais ici
- Comment on transformera les gens là-bas R ?
s'inquiète Vilaine. Merde, et mes travaux en cours ? Je laisse tout ici ?
- Le Cercle s'occupera de déplacer mon matériel, et...


Je mate Gaby. Je lui adresse un énorme sourire. Mon sourire grandit, fend mes oreilles, grimpe jusqu'au plafond.

- ... le Cercle suivra nos activités de plus près aussi

Le Cercle veut s'assurer que personne -y compris moi-même- ne me fera du mal. C'est très très aimable de leur part mais leur tendance à me coller commence à me taper sur le système tu sais ? Ces dernières semaines, ils m'envoyaient tous les jours un sbire pour me demander quand est-ce que je comptais m'envoler, pour me conseiller de moins me défoncer, et pour m'ordonner de me sortir les doigts du cul, mais t'es pas ma mère Cercle tu crois quoi ?! Que R n'est pas suffisamment adapté au monde réel pour assurer sa propre subsistance en dehors de son cocon d'Amour epistote ?

- Est-ce que je peux amener mes esclaves en viande de porc ?, les mandibules de Vilaine remuent innocemment.
- Bien sûr tu n'auras qu'à les tasser sur le toit de la limousine
- Non. Gaby rétorque, Ce sera suffisamment difficile comme ça d'exfiltrer votre cirque ambulant. Pas de viande de porc sur le toit. Et ce n'est pas une limousine mais un fourgon blindé.

- R ! R ! Keshou ! Je l'ai retrouvé !

Attends, quoi ?

- Qui me parle ?
- Moi ! Là ! Là !

C'est Ninja, petit homme-rat moustachu. Il furetait discretos pour nous dans les rues, en recherche de nouvelles rumeurs croustillantes.
Attends quoi ?

- Keshou ?
- Retrouvé !

Je mets une bonne dizaine de secondes à digérer l'annonce. Durant ce laps de temps, de la joie se propage sur chaque visage de l'assistance. Sauf sur celui de Gaby le rabat-joie.

- ... Le violon ? On a retrouvé mon violon ?
- Oui ! C'est devenu une épave. Il se défonce en mendiant pour pouvoir se défoncer encore plus.
- Il profite de la vie ! Ravissant !


Gabriel... Me regarde pas comme ça, oh la la ! Ce dégoût que je perçois dans tes grosses pupilles zombies !

- C'est mon dernier projet ici, Gabriel. Je te le promets. C'est capital que je l'achève, pour le bien-être de ma petite famille
- T'es sérieux ?
- Je pars pas sans mon violon


Mes menaces ne fonctionneront jamais sur toi, Gabriel ! Mais je suis hors de TOUT contrôle quand on me cause de Keshou. Lorsque j'ai perdu sa trace j'ai été putain de TRISTE pendant TROIS JOURS durant en pensant à cette fantastique voix qui ne chantera plus jamais pour moi, à ses majestueuses cordes vocales qui ne figureront jamais dans ma collection de viande sublime.

Mais ! Il est de retour ! l'occasion se présente de l'amener avec moi à Xandrie ! Alors va te faire enculer Gaby. Si tu me refuses mon Keshou, je vais être ronchon pendant toute la route et me cogner la boule partout contre les murs du fourgon.

- Bon, tu as deux heures, le temps que je règle les derniers détails. Pas d'entourloupe. Mes ordres sont de t'exfiltrer, même si je dois te péter les jambes pour le faire.
- Merci Gaby, tu as toujours été le psychopompe le plus gentil et compréhensif de notre communauté,
BEC !


Bec, la femme-perroquet toute de mauve vêtue, piaille de stupeur.

- Keshou. Tous les moyens sont permis, tant que tu n'abîmes pas sa voix
Tu mobilises qui tu veux sous tes ordres. Sers toi dans la réserve de flingues et de cristaux. C'est toi la patronne
Mais t'as UNE. HEURE. pour me ramener KESHOU.
UNE HEURE.


Elle re-piaille hystériquement puis se carapate en battant des ailes.
Elle pointe de ses doigts emplumés plusieurs gros bras mutants et tous se mettent en branle. Ça galope dans les couloirs comme si leurs vies en dépendaient - oui c'est un peu le cas finalement !

Quant à Gaby, il s'est téléporté, pouf. Il a disparu, ce farceur. Il me laisse seul dans le grand salon, en tête à tête avec mes songes.
J'ai encore du mal à réaliser que je vais partir d'Episto tu sais ? Avant même d'avoir pu la faire mienne, avant même d'avoir pu la transformer en un gîte chaleureux pour tous les aficionados du Mystère.

Episto était mon amante abusive et je la quitte avant d'avoir réussi à la changer ! Douce et cruelle Episto, tu n'as jamais compris tout le Bien que je te voulais...

Oh ! Ça m'arrache des larmes, ça y est, je n'aurai jamais eu l'occasion de finir ce que j'ai commencé ici !! Saloperie ! Des cascades de fluides lacrymaux rougeoyants se déversent hors de mes petits yeux équins. Accuse moi d'être trop sensible ben oui je plaide coupable ! j'ai un coeur tendre et sucré, avide de douceur et de sens. Je m'affale dans le canapé miteux du salon et démarre une énorme séance de chialade.
Surpris, l'un des gardes mutants qui patrouillait dans le salon se rapproche timidement de moi, et me tapote l'épaule. Quel gros nounours !
... Je veux dire que c'est littéralement un mutant nounours, avec un sourire immense qui réconforte les petits comme les grands. Je m'engage avec lui dans un intense câlin libérateur, serrant fort son bide, fort fort fort à lui en faire imploser les tripes.

Amener Keshou avec moi me réconforte ! Je lui pardonne de m'avoir fui. C'est difficile d'accepter la présence d'un Dieu bienfaiteur prêt à t'offrir un monde, tu te demandes quel est le prix d'une telle générosité ?
Tu te demandes, "une fois que tu m'auras absorbé dans ton étreinte, serai-je encore moi-même ?",
et je te réponds, "Non, Keshou, tu seras mon violon, tu me régaleras de tes vocalises nostalgiques et tu me téléporteras dans les rues fantasmées de ma folle jeunesse..."

Ben oui j'ai hâte de jouer de toi, Keshou...