Light
Dark
Bas/Haut

Ne pose pas de question

Ne pose pas de question Brandw10
Lun 11 Déc - 12:09

Préparation

Ft. Kailan


Il y a quelque temps dans un bar malfamé d’Epistopoli…

Présente dans la cité pour une mission classique de maraudeur, la grande guilde des mercenaires xandriens dont elle était une vétérante, Violette sirotait tranquillement un verre d’alcool. Enfin… Tranquillement c’était un grand mot, à ses yeux l’alcool epistote restait une insulte à la chose et elle n’était contrainte à le boire que par ses addictions qui avaient besoin d’être comblé quitte à consommer quelque chose d’insupportable qui faisait plus souffrir qu’autre chose.

Entre deux insultes envers les vignerons épistotes, une personne sans prévenir se posa à sa table. Sans vraiment bouger, la portebrume leva les yeux, lâchant tout simplement un simple :

C’est pour ?

Sans répondre, l’homme déposa silencieusement à la table, un écusson représentant un serpent rouge. Il s’agissait donc d’un membre de la fosse. A la vue de cet emblème, Violette soupira un instant. Lorsque le cartel venait la voir de manière aussi impromptue c’était rarement pour prendre de ses nouvelles, cela signifiait qu’elle allait encore devoir se taper une merde urgente dont elle n’avait personnellement rien à foutre.

La xandrienne s’accouda alors un peu plus à la table pour se pencher.

J’pense que t’es pas là pour me parler d’mon augmentation. T’veux quoi ?

Tu t’en doutes, on a un petit problème et t’es la seule qualifiée et dispo pour le régler ici.

Expirant un grand coup, Violette regarda ailleurs tout en reculant pour s’adosser puis s’affaler sur le dossier de sa chaise.

‘tain. Ca fait chier. Y’se passe quoi encore ?

Y a eu une descente à l’usine du timo pour des merdes classiques de ce pays. Ils ont eu le temps de se débarrasser des preuves sur une certaine affaire où on était impliqué. Mais y a un automate qu’à réussi à se tirer ou survivre à la destruction j’sais pas. Faut le choper ou le détruire, on peut pas s’permettre que ses données soient fouillées.

Violette restait silencieuse, elle n’avait pas envie de poser plus de questions que ça sur cette affaire. La curiosité était un vilain défaut, encore plus dans le monde du crime. Parfois pour sa propre survie, il valait mieux se contenter d’être un simple pantin parfaitement conscient de l’être qu’un contestataire indépendant qui voulait faire ses propres choix en libre conscience.

D’accord.

Laissant un bref silence.

Et faut chercher où ta merde ?

Il a survécu à la destruction donc il doit être vers la casse j’imagine. Y a des gangs qui gèrent le business là-bas. Des groupes classiques, ils sont pas assez gros pour avoir besoin de forcer la main donc y aller discrètement devrait suffir, faut juste pas attirer l’attention de gens qui pourraient nous tenir tête ici.

Il tendait un papier à Violette.

Va passer une transaction la bas et profite en pour fouiner comme tu sais le faire.

D’ac…

La casse donc… Elle n’était encore jamais vraiment allée dans ce genre d’endroit. Les décharges publiques ça n’attirait pas vraiment le commun des mortels, surtout que dans une classe comme celle d’épisto, devait y avoir des saloperies niveaux toxicité.

Quoi qu’il en soit, il y avait une mission à faire. Officiellement auprès des ferrailleurs pour une commande d’armement non fichés par les entreprises d’armements épistotes, en réalité pour autre chose…

Le gang épistote avait un bar, le point de rencontre classique entre vendeur et client dans une zone contrôlée et ouverte à la fois. Ainsi, Violette s’y rendit.. elle n’avait pas de plan, comme d’habitude elle improviserait sur le tas.
Mar 12 Déc - 23:46

Ne pose pas de question

Ft. Violette



Le bar était calme en ce moment. Enfin, il avait son activité habituelle, avec les clients habituels, ceux qui venaient boire les boissons proposées, et ceux qui venaient pour d'autres types de transactions. Quand Kailan n'arpentait pas les rues epistotes ou ne partait pas dans les grandes routes, elle se trouvait dans cet établissement à la limite du miteux, quelque part dans les bas fonds, à écouter ceux qui étaient plus expérimentés et qui la formaient, dans le gang des ferrailleurs.

Elle n'était pas née de la dernière pluie en matière d'activités illégales, mais elle ne pouvait pas prétendre tout connaître du milieu. Kai savait que toute leçon serait bénéfique, même si ce n'était que des rappels. Alors elle tendait l'oreille et ouvrait l'œil pour apprendre à agir comme ses pairs. La réputation du gang des ferrailleurs était faite dans les bas-fonds d'Epistopoli, et même au-delà. Si Kailan désirait réaliser ses rêves, alors elle devait en profiter avec la formation dispensée par le gang.

Elle était négligemment assise sur une table, face à une des rares non alcoolisée mais toutes aussi écœurantes que celles qui énivraient les clients, quand l'un de ses formateurs s'approcha et prit place à côté d'elle.

— Il est temps que tu agisses par toi-même, maintenant, Kai. Je t'ai montré le minimum qu'il y a à savoir. Tu vas prendre ma place pour la prochaine transaction.

— C'est quoi, l'plan ?

— La routine. Un client qui a passé commande, il ne va pas tarder.

L'homme lui tendit un papier qu'elle saisit et lut. Il y avait le détail de la commande, à savoir des armes, et rien que des armes. Elle aurait pu se dire que ce client avait la gâchette facile, mais la quantité laissait plutôt croire que la commande n'était pas que pour une unique personne.

Le temps tourna encore, puis ça devint intéressant.

Kailan remarqua une femme aux cheveux argents, qu'elle n'avait jamais vu. Il était possible qu'elle fut ce client tant attendu, mais s'avancer trop vite en besognes serait une erreur de débutant, de l'amateurisme de bac à sable. Même un gamin qui débute dans le business n'aurait pas été aussi stupide. Au bout de quelques minutes, Kai se leva de sa table pour ensuite prendre place nonchalamment sur une chaise à la table de l'inconnue. Elle se servit du dos de sa chaise comme accoudoir pour son bras.

—  J'te préviens, les boissons servies ici, c'est d'la pisse de yearrk. Si tu veux boire une vraie boisson, faut chercher ailleurs.

Elle allait faire quoi, la lady ? Fuir le bar avant de s'empoisonner ou rester ? Elle avait une tête à aller faire du tourisme dans la haute ville et à s'être perdue dans les bas quartiers – à moins qu'elle fusse un de ces touristes en quête de sensations fortes – mais quelque chose disait à Kai de se méfier des apparences.

Mer 20 Déc - 11:12

Suis au courant

Ft. Kailan


Prostrée à sa table, l'œil peu motivé en regardant sa boisson alcoolisée, Violette tentait alors de trouver mentalement les forces de la finir.

Fait chier putain…

Quel pays de merde franchement. Cet endroit était vraiment l’incarnation de tout ce qui se faisait ailleurs en moins bien, que ce soit vis à vis d’Opale et Xandrie. Ainsi, la portebrume ne comprenait même pas comment on pouvait rester vivre ici. Cette nation n’avait rien pour elle, si ce n’était l’argent que bien peu avait réellement.

Tandis qu’elle était, une fois n’est pas coutume, plongée dans ses divagations intérieures, une nouvelle revenue se ramena devant elle, prenant tranquillement une chaise comme si de rien n’était avant de se poser à sa table. La xandrienne n’en était pas particulièrement offusquée, elle-même faisait de même et de plus, cela l’arrangeait que la dite bande vienne à elle plutôt que l’inverse. Elle n’avait pas envie de perdre du temps à devoir les chercher elle-même, d’une part parce qu’elle avait la flemme, de l’autre parce que venant d’une véritable corporation du crime, elle n’avait que peu de considération pour les groupes qui n’avaient pas la puissance des oligarques du crime xandrien.

Bon, il y avait une chance que la jeune fille en face d’elle ne soit qu’une ivrogne un peu trop social mais elle avait l’air trop direct et sûr d’elle pour cela.

A son petit commentaire sur l’alcool des lieux, Violette décocha un léger sourire avant de répondre d’un air amusé.

Ah ouais ?

Elle soupira longuement.

Si j’étais là pour consommer des choses plaisante pour mes papilles, j’pense que j’aurais pas franchi la frontière tout simplement. L’art culinaire et la binouze, ça a jamais été vraiment votre truc nan ?

Il n’y avait pas que l’alcool qui était parfaitement détestable dans ce pays de merde.

Cela dit, la maraudeuse jusqu’ici avachie et accoudée à la table, se redressa sortant de sa poche une cigarette et un briquet, prenant une bonne bouffée d’un produit inconnu avant de continuer.

Sinon… Que me vaut cette arrivée à cette tablée ?

Violette souriait à nouveau du coin des lèvres.

J’doute que t’es uniquement ici pour cracher dans le dos de ton tavernier.
Dim 31 Déc - 22:50

Ne pose pas de question

Ft. Violette




Elle la sentait bien, l'albinos. Elle ne passait pas par quatre chemins, répondant franchement à Kailan au sujet d’Epistopoli. Kai rit légèrement à sa réplique. Epistopoli ne brillait que pour ses inventions et sa technologie, et encore, pour ceux qui vivaient dans la Haute Ville. Le reste de la capitale n'était qu'un amas d'ordures en putréfaction, une décharge à ciel ouvert pour les ouvriers et les autres résidants des bas-fonds. Difficile de défendre la cité dans laquelle elle habitait, surtout en étant parmi les parias.


— Tu marques un point, sourit-elle.


Kailan suivit du coin de l'œil les gestes de son interlocutrice, qui ne fit pas grand-chose pour cacher l'étrange produit qu'elle allait fumer. Cette femme n'était pas le genre fréquentable, et cela tombait bien pour Kailan : elle non plus ne l'était pas. Certaine d'avoir trouvé la cliente recherchée, Kailan réajusta sa posture sur sa chaise, adoptant une attitude plus sérieuse tout en demeurant détendue. Elle appuya son coude sur la table et posa la joue sur son poing.


— J'aime bien ce bar, mais j'y traîne surtout pour les affaires pour être honnête.


Kai suivait du regard les gestes de l'albinos, tentant de jauger le genre d'individu qu'elle était. Cette femme ne semblait pas vouloir perdre son temps dans ce bar, les négoces seraient certainement rapides, et Kailan n'aurait plus qu'à procéder à la distribution de cette lourde marchandise.


— Si c’est pas la gastronomie épistote qu'tu veux, j'ai peut-être c'que t'es venue chercher.


Cette dame n'avait plus qu'à se dévoiler à son tour, et elles iraient enfin droit dans le vif du sujet.

Lun 8 Jan - 9:58

Suis au courant

Ft. Kailan


Violette n’était pas du genre à tergiverser ou à cacher ses intentions derrière les dorures verbales dont pouvait faire preuve certains. Elle était en mesure de le faire quand la situation s’y prêtait, néanmoins personnalité faisant c’était loin d’être le choix par défaut.

Il n’y avait aucun hasard à ses yeux quand une personne venait se ramener devant elle, peu importe ce qu’elle pouvait bien dire derrière. Nulle coïncidence en ce monde, que des rapports de causalité.

De ce que disait la demoiselle qui lui faisait face, elle devait faire partie de ceux qui géraient ce petit territoire et la décharge qui était dessus. Parfait, ça lui évitait de devoir chercher elle-même ses types si aujourd’hui ils avaient décidé de se terrer. Au moins un avantage que la xandrienne pouvait attribuer à sa nébula était le fait qu’elle lui permettait d’être paresseuse et de se bouger le moins possible. Chose qui était loin de lui déplaire, encore plus pour un sujet dont elle n’avait à titre personnel rien à foutre.

Malgré tout, derrière sa nonchalance et son menfoutisme habituel, quelque chose turlupinait la portebrume : l’âge de son interlocutrice. Jeune, elle lui semblait trop jeune. Elle devait à tout casser avoir une dizaine d'années de moins qu’elle. Ainsi à ses yeux ce n’était rien d’autre qu’une gamine qui venait de sortir de l’enfance. Cela en était presque triste pour elle que de voir que les epistotes envoyaient si facilement les gosses au charbon.

Léger voile d’empathie que la criminelle était loin de montrer, question d’ego et de principe. Elle n’était pas du genre à se comporter de manière sympathique et elle n’avait pas l’intention de l’être.

Tant mieux.

Se penchant légèrement pour s’accouder tranquillement sur le table avant de laisser reposer son menton sur le dos de sa main droite, elle continuait.

J’cherche quelque chose en effet. J’ai besoin… de pièces d'électroniques d’automate pour un projet perso. J’ai la flemme d’expliquer ce que c’est et puis de toute manière c’est trop compliqué. Donc j’ai juste besoin de savoir où est ce que ça peut se trouver en bonne quantité.

En réalité c’était surtout qu’elle n’y connaissait pas grand-chose à l'électronique. C’était une pouilleuse des bas-fonds des bidonvilles xandriens où on se chauffait encore au bois et au pétrole. Autant dire que si elle commençait à parler de circuit avec quelqu’un qui s’y connaissait, son incompétence crasse allait se voir.

Mer 31 Jan - 21:38

Ne pose pas de question

Ft. Violette


Cela devenait enfin sérieux. Kailan garda son apparence faussement détendue, bien qu’au fond de son esprit, la pression de bien faire pour prouver sa valeur auprès des ferrailleurs prenait forme. Ainsi que de la place dans ses pensées. La femme aux cheveux d’argent se pencha sur la table, accoudée dessus, expliquant ce qu’elle désirait. Pas de doute, il s’agissait bien de sa cliente. Malgré une demande floue de sa part, et bien, le client restait roi, même s’il y avait des limites qu’il ne fallait pas dépasser, même dans un commerce illégal. Kailan sourit :

— Ça tombe bien, de l'électronique, on en a plein les bras, ça va nous faire du bien de nous en décharger. J’suppose que t’aimerais voir la marchandise.

Sans attendre sa réponse, Kailan se redressa, puis tourna la tête en replaçant la chaise à sa place, en direction du comptoir où se situait encore son mentor. D’un signe de tête, il comprit. Kailan savait qu’elle ne pourrait pas réaliser une transaction entièrement seule à ce stade, n’ayant pas l’expérience nécessaire au sein des ferrailleurs. Des ombres allaient les suivre et surveiller la vente, au cas où quelque chose tournerait mal.

— On s’casse d’ici, dit-elle en ouvrant la porte du bar.

Elle s’engagea d’un pas nonchalant le long de cette rue qu’elle connaissait par coeur, sans se soucier que la cliente la suive ou pas. Elle croisa quelques visages familiers qu’elle salua au passage, puis tourna la tête vers la cliente :

— T’es un genre d’ingénieur, c’est ça ?

Elle faisait la conversation pour passer le temps, pour la durée du trajet, qui prendrait quelques bonnes minutes à pied. On lui avait dit que certains clients aimaient bien qu’on s’intéressait à eux, même si Kailan s’en tapait un peu, de faire la discussion avec des gens qu’elle ne croiserait que ponctuellement, le temps d’une transaction.

Mar 6 Fév - 11:46

Suis au courant

Ft. Kailan


Elle ne savait pas exactement ce qu’elle cherchait, mais elle le cherchait. Elle avait donc lancé une bouteille en la mer en tentant sans trop en dire de décrire ce qu’elle voulait à la petite brigande. Fort heureusement, chance faisant, classique pour un portebrume de fortune direz vous, il semblait que la xandrienne avait pioché la bonne carte du premier coup. Tant mieux, cela lui évitait de devoir chercher inutilement pour quelque chose dont elle n’en avait fondamentalement rien à foutre.

Mieux encore, la jeune femme lui proposait même d’aller directement inspecter les potentiels marchandises, ce qui ne faisait que confirmer son appartenance à cette petite bande de malfrat des bas fonds epistote.

Ouais c’est mieux.

Elle souriait légèrement. C’était presque mauvais signe quand on la connaissait de la voir sourire.

Ce serait con de prendre un truc sans en inspecter tout d’abord la qualité..

Quitte à jouer la marchande ou la femme d’affaire autant le faire jusqu’au bout même si c’était fatiguant. Être criminel et maraudeuse n’était après tout pas incompatible avec le fait d’avoir un minimum de professionnalisme. Et puis mieux valait mettre un peu la pression aux vendeurs, ça les rendaient plus docile à mesure que les astras se rapprochaient de leurs poches. L’argent ça changeait les homme après tout…

La demoiselle se leva alors subitement faisait un signe à ce qui était sans doute ses complices ou ses protecteurs avant de l’inviter à la suivre. Rien d’étonnant jusque là, le crime était le crime, il fallait toujours prendre des mesures de sécurité par méconnaissance des intentions des parties tiers. Elle-même avait ses propres cartes au cas où ça tournait mal même si elle n’avait pas un support équivalent à celui de son interlocutrice. Quelque chose de volontaire toutefois car en tant que portebrume et au vu de la nature de la nébula, les alliés étaient plus des poids que des aides pour elle, ceci indépendamment de leur propre pouvoir.

Elle se leva alors à son tour avant de s’étirer, avachi ici depuis déjà trop longtemps.

D’accord d’accord…

Elle suivit alors l’épistote, le trajet étant un temps silencieux avant que celle-ci n’ouvre une nouvelle discussion sur les compétences et le métier de Violette. Compliqué de répondre, il y avait un risque qu’elle puisse s’y connaitre en mécanique. Elle se devait de rester évasive.

Ingénieur… on peut dire ça d’une certaine manière. J’assiste plus que je fais. Vous vous doutez qu’un ingénieur, vu son statut, ne daignerait pas descendre de lui-même dans les quartiers d’Episto’.

Dim 25 Fév - 16:33

Ne pose pas de question

Ft. Violette


La cliente obtempéra et lui emboîta le pas à l’extérieur du bar. Kailan prenait soin de ne pas marcher trop vite pour que la femme puisse la suivre, ni trop lentement, sinon cela donnerait l’impression à la cliente qu’elle était trop laxiste. Elle devait montrer qu’elle avait du temps pour la cliente, mais pas trop non plus, histoire de pouvoir lui mettre un peu la pression lorsque viendra la question des prix. Et tout en avançant, elle écoutait la dame, qui était plutôt l’assistante d’un, ou d’une ingénieur, mais peu importait à Kailan, tant qu’elle alignait les astras à la fin de cette transaction. Et puis, elle se savait surveillée par son mentor et d’autres membres du gang, au cas où cela tournerait mal. Mais elle ne doutait pas qu’elle se devait aussi de prouver sa valeur. Cela pesait sur ses épaules, si bien qu’elle entendit à peine la fin de la réponse de son interlocutrice.

La cliente. Elle devait aussi se concentrer sur la cliente. Elle sourit en entendant la fin de sa dernière phrase.

— J’sais pas comment c’est, chez vous, mais à Episto’, presque tout le monde a touché une pièce une fois dans sa vie. Y’a ceux qui sauront jamais rien faire de leurs dix doigts, et ceux qui sont des génies. Et parmi les génies, y’en a qui n’sont pas dans le légal et qui préfèrent bosser seuls. Et bien, j’peux te dire, on a eu des gens très spéciaux qui sont venus à nos portes.

Les bas fonds cachaient quelques génies de la mécanique que les autorités ne devraient jamais rencontrer… Kailan sourit face à la naïveté de sa cliente, ou du moins ce qu’il en restait, vue là où elle avait mis les pieds et ce qu’elle s'apprêtait à faire, elle n’était sûrement pas une sainte d’Aramila. Et il en était de même pour Kai, qui n’aimait pas tellement les saints et les autres moralisateurs à la con. Ceux-là, on les trouvait plutôt dans la Haute Ville.

La petite promenade ne fut vraiment pas longue, puisqu’elles s’engageaient finalement dans la casse. La partie logistique avait déjà préparé ce qui était susceptible d’intéresser la cliente, aussi ne fut-elle pas étonnée de voir que de belles pièces attendaient sagement leur venue.

— Tu peux regarder, toucher. Par contre, ça va pas dans la poche,  dit-elle avec un sourire, une phrase mêlant plaisanterie et avertissement masqué.

Elle croisa les bras en suivant du regard la femme aux cheveux d’argent, la laissant regarder et selectionner les produits qu’elle souhaitait.

Dim 10 Mar - 18:34

Suis au courant

Ft. Kailan


Violette restait silencieuse, le regard sur l’environnement pendant que la jeune femme lui expliquait le fonctionnement de cette cité mécanique tant portée sur la technologie au point que tout ses membres devaient s’y connaître. Elle ne le disait pas à haute voix mais tout ce qui pensait la portebrume suite à ses explications c’était : Tout ça pour ça ?

Développement aussi fortement les talents de chacun pour en arriver à une ville aussi désordonnée, pestilentielle et malfamée c’était quand même un sacré exploit. Tout cela alors qu’Opale avait montré qu’il était parfaitement possible de combiner science et stabilité, tout ça pour finir avec une société encore plus difficile et complexe que ne pouvait l’être celle de Xandrie minée depuis des années pour un Etat qui s’effondrait de jour en jour.

Pourquoi tant d’echec ? Etait ce volontaire ? Probablement. Les Epistotes étaient connus pour leur individualisme, ils ne devaient sans aucun doute exprimer aucune solidarité les uns pour les autres, une indifférence face à la honte et la souffrance de leurs camarades. Loin de Xandrie et sa logique clanique où l’indifférence ne s’effectuait que vers ce qui était extérieur à son clan ou sa guilde.

Je vois. J’imagine que vous devez vraiment aimer ce quartier pour rester ici avec vos talents.

Elle disait cela avec un regard plein de révulsion envers l’environnement sale et noircit par la crasse des fumées des usines.

En dehors d’Episto’ et d’Opale, la majorité du continent se chauffe encore au bois ou au charbon et s’éclaire à la bougie ou la lampe à huile. Un technicien pourrait sans doute y faire fortune.

Non, décidément, elle ne comprenait pas pourquoi ce genre de personne se bornait à rester dans cet endroit misérieux alors qu’ils pouvaient partir pour mieux revenir s’ils aimaient leurs cités. C’était ce qu’elle avait fait pour Xandrie et malgré toutes les souffrances qu’elle avait accumulées, cela avait plus ou moins bien fonctionné.

Quelques minutes plus tard, le duo était enfin de cette fameuse casse, la xandrienne jetant des regards à droite et à gauche pour comprendre la disposition des lieux tout en continuant de suivre son hôte qui de toute évidence lui avait déjà préparé un petit stand pour tenter de lui faire acheter des choses dont elle n’avait en réalité pas grand chose à foutre, l’epistote concluant par une petite blagounette préventive qui fit légèrement sourire Violette.

En dessous d’un million c’est pas rentable pour que je bouge le cul de toute façon.

Elle fit mine d’inspecter les stocks présentés pour faire acte avant de finalement au bout d’une dizaine de minutes se retourner vers Kailan.

Mmmm c’est intéressant… Mais ce n’est pas vraiment ce que je cherche. J’aurais peut être plus de chance si je pouvais inspecter les tas en brut ou tout est balancé, votre tri me prive de trop possibilité par rapport à ce dont j’ai besoin.

Mer 20 Mar - 23:51

Ne pose pas de question

Ft. Violette



Kailan commençait à s'ennuyer ferme, au milieu de la casse, à attendre que cette cliente ne se décide enfin. Elle n'y connaissait pas grand-chose en mécanique. Elle pouvait dénicher les pièces les plus intéressantes, effectuer les réparations basiques – et encore, ça dépendait l'appareil – et c'était là tout l'étalage de ses compétences. Elle avait bien connu quelques jeunes de son âge qui avaient du potentiel, mais ils étaient en prison pour les uns, et elle ne savait où pour les autres, en espérant que le pire ne leur soit pas arrivé. Même à ceux contre qui elle avait livré des batailles pour contrôler un territoire des bas fonds, ou garder un précieux butin.

Elle avait l'impression qu'elle allait se faire des cheveux gris, à attendre que la femme se soit servi ce dont elle avait besoin, quand elle revint avec de nouvelles demandes. Les pièces à sa disposition étaient trop limitantes par rapport à ses projets. Kailan était pourtant certaine que celles qui avaient été sélectionnées étaient les plus fonctionnelles et les plus poussées à leur disposition. Le reste de la casse était soit des pièces inutilisables, soit des pièces qui n'avaient pas encore été triées ou traitées selon leur utilité. Kailan n'y voyait pourtant pas d'inconvénient. Elle haussa les épaules :

— Les autres pièces ont pas encore été triées. Tu vas tomber sur tout et rien. Suis-moi.

La marche ne fut pas aussi longue qu'entre la taverne et la casse, et elles se retrouvaient bientôt fasse à des monticules de pièces détachées. Kailan les désigna d'un geste de la main :

— Tu peux jeter un œil, mais j'enseigne que tu trouveras pas mieux que dans la sélection.

Elle continua de la suivre des yeux, mais aussi au travers de ses pas, selon là où la cliente se dirigeait. Au bout de quelques longues minutes, lasse de seulement surveiller les bras croisés sans rien faire, elle lança à la cliente :

— Tu cherches quelles pièces exactement ? J'peux peut-être t'aider.



Ven 22 Mar - 10:56

Recule

Ft. Kailan


Devoir faire la comédie était chiant à ses yeux, mais bon, ce genre de chose faisait partie des petites choses inconfortables du métier. Ainsi, après avoir fait mine de chercher, la maraudeuse s’était retournée vers son interlocutrice afin de pouvoir pénétrer davantage dans les profondeurs de ce dépotoir à ciel ouvert. Kailan semblait un instant surprise, normal jusque là, après tout en bon vendeur ils avaient déjà dû préparer ce qui leur semblait intéressant.

Enfin bon, elle ne s’opposait pas à sa volonté, c’était tout ce qu’elle voulait. Tout en se relevant pour suivre à nouveau la mécanicienne, Violette répondait à ses doutes.

Elle trouverait à la fois tout et rien ?

Et bien… C’est le but disons… Le hasard a toujours été quelque chose qui m’a été favorable de toute manière.

Une fois arrivé devant les grands tas de débris qu’elle convoitait depuis le départ, le regard de la portebrume voguait à droite et à gauche à la recherche du mouvement tandis que l’épistote continuait d’afficher ses doutes avant de lui demander plus de précision sur ce qu’elle recherchait.

La réalité, c’était qu’elle même n’en avait aucune idée, et elle ne pouvait pas vraiment inventer. Ces enfoirés lui avait dit, un automate. Ca pouvait être tout et n’importe quoi cette merde.

Des restes d’automates encore en état. Des circuits électroniques… tout ça…

Il devait bien y avoir des machins électroniques dans les robots. Elle même n’en savait rien et ne pouvait pas le confirmer mais ça lui semblait logique en tant que parfaite néophyte du domaine.

Tout en continuant d’inspecter distraitement les lieux, Violette se servait alors de sa nébula pour altérer les probabilités aux alentours pour augmenter sa chance naturelle. Il ne fallut pas attendre très longtemps, pour qu’un tel pouvoir puisse avoir impact sur un environnement disposant d’une infinité de variables à manipuler.

En effet, un des tas derrière commença alors à s’ébouler, laissant glisser un automate endommagé mais encore fonctionnel et actif qui semblait se cacher jusqu’à alors dans la masse de débris métalliques pour fuir quelque chose.

Tout en se retournant, Violette souriait légèrement.

Quand on parle du loup…

L’automate tentait de se relever avant de glisser à nouveau en arrière sur les débris, son équilibre étant de toute manière altéré par les dégâts sur son système.

Violette s’approchait alors sans rien dire tandis que l’automate tentait en rampant de reculer.

N.Non… N’a…proche… pas… pas… toi… re… cule…

Mer 27 Mar - 22:08

Les affaires sont les affaires

Ft. Violette


Kailan avait la vague impression que cette femme se foutait de sa gueule sans vraiment en être sûre. Des restes d’automates maintenant ? C’était censé être un client simple, pas prise de tête, pour sa première fois – presque – seule. Mais elle avait à faire à une femme qui semblait errer sans savoir ce qui l’intéressait vraiment. Bon. Kailan inspira une bouffée d’air pollué pour reprendre son calme, tout en la suivant du regard. Elle était chelou, la dame aux cheveux d’argent, mais elle était une cliente, et le client était roi, du moment où il ne faisait pas de la merde. Et cette femme jouait le jeu, même si elle s’aventurait vers le reste des monticules non traités, talonée de Kailan.

Qu'est-ce ce qu'elle s'emmerdait dans cette mission. Elle essaya de songer à son salaire pour garder un tant soit peu de motivation, tout en écoutant la réponse de la cliente. Des restes d'automates ? Des circuits électroniques ?

— C'est trouvable, mais ça dépend de l'état dans lequel t'en veux. Si c'est un morceau d'automate entier, peu de chances. Mais des circuits, il doit y en avoir. Y'en a certainement dans la sélection de départ.

Kailan fronça les sourcils. La femme avait l'air d'être dans sa bulle, pour pas dire de l'ignorer. Elle poursuivait ses fouilles, tout aussi étranges qu'elle l'était, alors Kailan laissa retomber sa colère un instant. Soudain, l'un des monticules s'effondra, laissant voir un automate rampant, effrayé par la femme qui s'approchait de lui d'un pas décidé.

Certes, cette vente prenait une tournure plus qu'inattendue, mais dans le fond, Kailan s'en tapait éperdument. Elle n'avait pas perdu de vue l'objectif de tout ce patacaisse : l'argent. Sa marche passa au pas de course, et elle s'interposa entre la cliente et l'automate, les sourcils froncés.

— Si ton délire c'est les automates défectueux plutôt que les pièces, c'est comme tu l'sens. En attendant, il est dans notre casse, il est à nous tant qu’je vois pas la couleur de mes astras.

L'automate, derrière elle, continuait de se reculer en poussant des plaintes d'un ton semi mécanique, tout en glissant aux travers des pièces qui l'entouraient. Kailan demeura droite, attendant la réponse de la cliente. En l'empressant ainsi, elle pouvait avoir la garantie de finaliser la transaction.


Dim 7 Avr - 2:43

potite blagueuse

Ft. Kailan


Jusqu’ici Violette n’avait rien dit, mais progressivement l’arrogance que cette gamine avait commençait à lui taper sur le système. Elle pouvait passer outre tant qu’elle ne savait pas ce qu’elle devait récupérer. Mais maintenant que l’objectif est en vue… les choses étaient différentes.

Ainsi, alors que Kailan, une fois de plus, se remettait pour rien sur son chemin, l'idée lui vient en tête de lui donner une bonne leçon. Jusqu’ici, elle avait prévu d’être coopérative et de payer sans faire d’histoire… mais finalement non.

Ce n’était qu’un gang mineur, elle pouvait jouer avec eux sans que cela puisse avoir trop de conséquence. Cela aurait été différent si cette fillette avait fait partie d’un groupe plus gros et avec plus de puissance, mais pour une membre de la fosse, un simple gang de ferrailleur n’était pas ce qu’il y avait de plus impressionnant.

Néanmoins, même si elle semblait seule cela ne devait probablement pas être le cas. Il semblait curieux qu’un gang même d’une taille modeste, laisse un enfant gérer seul les ventes. Question d’expérience ou de pouvoir à moins qu’elle soit une utilisatrice de cristaux. Tant d'incertitudes et de paramètres à prendre en compte.

De ses pensées, la portebrume ne laissait rien paraître avec toujours le même air sur le visage.

Je suis au beau milieu de votre territoire. Même si je touchais cet automate je ne pourrais pas sortir sans avoir payer nan ?

Elle soupirait alors, blasée.

Ce n’est pas très poli donc…

Elle sortait une bourse d’astra bien remplie.

… si vous voulez avoir maintenant votre argent…

Elle jeta la bourse sur le côté à 3 mètres.

… et bien allez le chercher vous même.

Que ferait-elle ? Sombrerait-elle à cette provocation ? Ou bien irait-elle ramasser sur la boue la queue entre les jambes son argent ?

(Note : Si jamais tu vas chercher la bourse, lorsque tu te retourneras vers elle, elle aura disparu et la tête de l’automate volera, brisé en miette. Il faudra réussir à la débusquer invisible dans la décharge. Sinon… et bien elle fera un autre sale coup…)

Sam 20 Avr - 19:44

Ne pose pas de question

Ft. Violette



Elle ne s’attendit pas à pareille réaction de la part de la cliente. Tout allait de travers, et cela agaçait plus Kailan qu’elle ne l’aurait souhaité. Non seulement n’était pas nette – encore moins que les clients habituels, cela s’entend – mais en plus elle ne semblait pas vouloir coopérer. Elle sortit une bourse bien remplie de sa poche, certainement plus que la valeur actuelle de l’automate qui poursuivait ses lamentations pitoyables… Puis la jeta au loin, au sol.

Mais pour qui se prenait-elle ? Pensait-elle vraiment que les gens de la Basseville étaient des chiens, ou moins encore ? Ils se traînaient parmi les ordures, mais il leur restait encore de la dignité. Ils travaillaient chaque jour d’arrache pied pour s’offrir une meilleure vie, sans fuir leur terre natale, en espérant pouvoir améliorer leur vie et celles de ceux qui vivaient ici. Ce n’était pas un travail honnête, et il fallait souffrir pour récolter des astras. Mais personne ici ne méritait de voir sa dignité et son honneur être piétinés devant tant d’arrogance et de mépris. Cette femme la dégoûtait.

Si elle avait eu le sang chaud, peut-être aurait-elle utilisé sa bombe pokpok, ou user sa mitrailleuse pour effacer sa face de son existence. Mais il lui restait encore un peu de professionnalisme, mais surtout du sang froid, pour ne pas craquer. Elle ne bougea pas et demeura sur ses gardes, au cas où elle devrait faire appel à des renforts et passer à la violence.

— J’suis un être vivant humanoïde, pas une merde. La bourse et la marchandise doivent être passées de main en main. Alors tu vas la chercher toi-même. Un peu de respect quand même.

Derrière elles, l’automate continuait de se débattre parmi les débris de la casse :

— N-non… N-non… Pi…tié…je…vous…

— Ferme là toi !

Vivement que cette journée se termine et qu’elle n’entende plus parler de cette conne et de ce robot chieur.


Ven 26 Avr - 18:04

potite blagueuse

Ft. Kailan


Oohh… Petit canard essayait encore de faire le grand. La volonté de cette gamine de faire l’ancienne toute puissante ne donnait envie qu’à Violette d’aller la titiller encore plus. Il fallait dire qu’elle avait l’habitude pour tromper son ennui éternel de jouer et de provoquer quasiment systématiquement certains profils. Et manque de chance, l’épistote appartenait à une catégorie de ces fameux profils.

Lorsque Kailan refusa de bouger pour aller récupérer sa fausse récompense, Violette se contenta de soupirer en haussant les épaules. Les traits et les mimiques étant suffisamment exagérés pour que tout lui monde puisse comprendre qu’ils étaient faux.

C’est toi qui vois petite. La récompense est la bas, pas des mes mains. Si tu veux travailler gratos ca te regarde c’est ton délire.

Kailan n’était pas coopérative, elle n’avait pas non plus l’intention de l’être. Tout était fait pour faire chier l’autre dans cette histoire.

Suite à cela, la xandrienne se penchait légèrement vers l’épistote avec un sourire assez narquois.

Par contre, un conseil gamine. Si tu te mets en face de quelqu’un. J’espère que tu as de quoi assumer le choc.

Soudainement la maraudeuse disparaissait, ne laissant derrière elle que du vide, avant de soudainement réapparaître derrière Kailan accroupie face au robot qui continuait de reculer.

Mmmm c’est fascinant comme ces choses peuvent copier les humains en bien des points…

Si cela ressemblait à de la téléportation, en réalité c’était bien différent. Une combinaison entre sa capacité d’invisibilité qui lui permettait de disparaître et celle d’hypervélocité qui lui permettait de se déplacer extrêmement vite. C’était ce qui donnait cette impression de téléportation dès lors qu’elle cachait sa capacité à pouvoir se déplacer à une vitesse surhumaine.

Le fait qu’elle n’aille pas plus loin était volontaire de sa part. Elle attendait de voir ce que cette jeune fille allait faire pour tenter de sauvegarder son égo.

Dim 26 Mai - 23:28

Ne pose pas de question

Ft. Violette



La femme continuait avec ses grands airs, se pensant tout permis. Tout son comportement était tendu vers la provocation, ce qui avait un très bon effet sur Kailan. Il y avait quelques années, peut-être même quelques mois, cela aurait certainement fini en lutte, mais elle s’était efforcée de changer et avait été un peu formée pour ce genre de situation. Garder son sang froid pour gérer la situation, garder son sang froid pour gérer la situation. Elle restait toujours une cliente, elle n’avait pas franchi la ligne.

La cliente se pencha en prenant un air moqueur, se permettant un conseil qui n’en était pas vraiment un. Puis elle disparut soudainement. Une seconde plus tard, elle était derrière elle, accroupie à observer l’automate inutile. Kailan demeura stupide quelques secondes, ne parvenant pas à comprendre une telle magie. De ses connaissances, elle était certaine qu’aucune race n’était apte à tel déplacement.

— Mais t'es qui à la fin ?!  s’écria-t-elle dans un mélange de surprise et de colère. Et comment t'as fait ça ?

La situation la dépassait, et cette femme ne semblait motivée que par cette fichue machine parlante. Kailan laissa tomber ses bras le long de son corps, résignée à mettre fin à cette vente pour passer à autre chose.

— Et puis merde, si tu veux de ce tas de ferrailles, j’en ai rien à faire. Mais je comprends pas pourquoi tu veux ça, ça ne vaut rien, il est défectueux, et le modèle est obsolète. Qu’est-ce que tu vas en faire ?

Et qu’elle ne dise pas qu’elle était l’assistante d’elle ne savait qui, ça ne fonctionnait plus, ce mensonge à la con.

Mar 4 Juin - 16:03

potite blagueuse

Ft. Kailan


S’abaissant au niveau du robot qui tentait encore vainement de se débattre, Violette l’observant un instant tout en gardant une partie de son attention sur la tritonne qui avait toujours envie de l’ouvrir et de se plaindre.

Elle semblait presque étonnée d’une telle chose. Classique vu la rareté des cristaux, mais assez étonnant toutefois quand on parlait d’épistote mouillés dans le monde des crimes. Même sans jamais avoir vu de ses propres yeux un pouvoir, les gens de ce pays étaient les plus capables de les reconnaître et de comprendre ce que c’était. La fillette était probablement jeune ou ignorante, peut-être les deux à la fois…

Ton pays est spécialiste en la matière, donc tu devrais savoir sans que j’ai besoin de t’expliquer grand chose.

Elle pensait sans même daigné y répondre par un simple mot sur la question de son identité qui n’avait pas d’importance à ses yeux, si ce n’était qu’elle était elle-même une criminelle. Sans rien ajouter de plus, elle attrapa l’automate par la tête et de l’arracher d’un coup sec à l’aide de son pouvoir de force pour ne garder que cette dernière. Laissant le corps s’écrouler sur le sol complètement inerte. Elle n’avait besoin que de ce qu’il y avait dans ce crâne, le reste était inutile à récupérer.

Délaissant alors de son attention la machine qui commençait à se désactiver suite à la coupure d’énergie, elle se retourna vers Kailan en haussant les épaules.

J’ai besoin de récupérer ce truc, c’est tout. Le reste te concerne pas vraiment en fait, sauf si tu crois que t’es en mesure de pouvoir me poser des questions. A la base j’étais partie pour l’acheter, mais tu m’as pété les couilles en me prenant de haut et en me parlant mal depuis tout à l’heure donc j’ai même pas envie de te donner le moindre astra.

Elle conclut sur une touche nonchalante.

Un commentaire ?

Lun 10 Juin - 22:03

Ne pose pas de question

Ft. Violette



La femme lui répondit sans réellement répondre. Si elle ne voulait pas décliner son identité, Kailan s’en foutait un peu. Mais elle comprit par sa réponse qu’elle avait fait usage de cristaux pour ses quelques prouesses. Si elle connaissait les cristaux et leurs propriétés en théorie, les voir en pratique en était une autre. Tout ça pour dire que cette femme se la pétait, uniquement parce qu’elle avait quelques gadgets du pays qu’elle n’avait pas l’air d’apprécier. De quoi la tenir moins en estime, déjà qu’elle était bien basse.

Un instant plus tard, elle arrachait la tête de l’automate, la gardant avec elle. Ce qui offrait un silence bienvenu, elle qui en avait marre d’entendre la machine se tortiller en criant des mots les uns à la suite des autres. La femme reporta son attention sur elle, répondant à sa dernière question sans y mettre aucune forme, maintenant qu’elle avait eu ce qu’elle voulait. Cela fit sourire Kailan. Elle mit les mains dans ses poches en soupirant, sans se départir de son sourire.

— Cette carcasse valait pas un clou même fonctionnelle, je te l'ai déjà dit. T’aurais pu demander et je t’aurais donné cette merde rapidement. Avec toutes tes manières, j’ai perdu du temps et toi aussi, j’aurais pu enchaîner sur un vrai client avec de vrais enjeux.

Elle avança vers la sortie de la décharge, puis tourna la tête vers la femme :

— J’te raccompagne vers la sortie. Un client reste un client, pas vrai ?