Light
Dark
Bas/Haut

Atahara - d'Améthyste jusqu'à Aramila

Atahara - d'Améthyste jusqu'à Aramila Brandw10
Dim 9 Avr - 13:25

Atahara

Aramila / Citoyenne

31 ans
Triton / Femelle
Améthyste
Elle
Prêtresse
Feat. OC "Sundance" de Peter Williams

Description

Vous avez décidé de vous aventurer dans un temple que vous ne connaissiez pas encore à Aramila. La devanture, intégralement ornée de coquillages peints dans des couleurs voyantes, a certainement dû attirer votre regard lorsque vous étiez en train de vous promener dans ce coin paumé de la ville. Sur la porte en bois, vous pouvez voir la forme d’une baleine sculptée. Une fois à l’intérieur, vous êtes à la fois émerveillé et surpris. La décoration est beaucoup trop chargée pour l’endroit. Là encore, vous retrouvez les coquillages de la devanture, ainsi que des représentations diverses et variées de la même baleine, apparemment le symbole du lieu.

- Bienvenue à votre esprit. Je n’ai pas le souvenir de vous avoir déjà vu au sein de notre communauté.

La voix, grave et chaleureuse, provient du fond du temple, et vu la petitesse de l’endroit, ce n’est pas si loin. Vous la voyez, cette femme qui vous parle. Grande, aux longs cheveux noirs avec des reflets d’une couleur difficile à cerner. Sa peau est foncée, comme bronzée par l’astre solaire, une teinte chaude comme le sable des plages. Le sourire qu’elle porte sur son visage est énigmatique, difficile de savoir ce que cette femme pense de vous. Encore plus difficile de lui donner un âge, même si vous pouvez tabler sur une trentaine d'années. Vous lui répondez que vous ne faites que passer par ici, peut-être que vous êtes un touriste, ou à la recherche d’une foi à trouver. La grande femme ne semble pas prête à vous laisser partir aussi facilement.

- Je vous en prie, asseyez-vous sur un des bancs mis à votre disposition. Je m’appelle Atahara, je suis la prêtresse de la Déesse Tohorâ et vous êtes dans son temple. Vous pensez être ici par hasard, mais ce n’est pas le cas. La Déesse a sans doute quelque chose à vous dire.

Ainsi donc vous comprenez qu’il s’agit de la prêtresse de ce culte. Il ne faut pas longtemps que vous fassiez la connexion entre la Déesse Tohorâ et les représentations des baleines un peu partout autour de vous. Une divinité secondaire puisque vous n’en avez pas entendu parler auparavant, peut-être que vous n’êtes pas très porté sur la question des cultes ? Dans tous les cas, la prêtresse poursuit son petit laïus tout en allumant des cierges à l’étrange couleur bleutée. Leur odeur sent l’océan, une odeur de découverte et de voyage, comme si vous étiez sur une plage, prêt à embarquer pour une belle expédition.

- Tohorâ est la gardienne des abysses, des secrets du monde aquatique. Elle prône la sagesse et la paix et vous apportera la sérénité lorsque vous lui ferez appel. Parfois, elle communique avec ses adeptes lors des méditations que nous pratiquons pour prier. Elle a bien d’autres rôles, mais je vous laisse profiter de l’endroit et de l’instant pour accueillir la Déesse, si vous le souhaitez.

La prêtresse est vêtue d’une grande tunique mauve et dorée, richement ornée. Vous ne pouviez pas le voir au premier regard, car ses nombreux bijoux camouflent habilement ce qu’elle est réellement. Les branchies que vous arrivez à cerner dans son dos trahissent le fait qu’il s’agit d’une tritonne, une femme de la mer. Maintenant, que vous restiez ou que vous partiez sur le champ, Atahara vous reconnaîtra lors de votre prochaine rencontre. Elle se souviendra de vous.

Habiletés et pouvoirs

Branchies : Permet de respirer sous l’eau.

Biographie

La famille d’Atahara est installée sur l’île d’Améthyste depuis des temps immémoriaux. Ce clan de tritons à la peau sombre appréciait la chaleur du lieu et sa tranquillité. Isolé du continent, ce petit peuple vivait du commerce des produits de la mer, de la recherche sous-marine et de la vente de fruits qui ne poussent que près du sable des plages d’Améthyste. Une vie simple, dédiée à la nature et à la joie simple d’être vivant, entourés de ceux que l’on aime.

C’est dans ce contexte que la petite fille Atahara s'épanouit et grandit. Petite sœur de deux grandes sœurs, et grande sœur de deux petits frères, elle était l’équilibre de cette famille. Le système matriarcal du clan des tritons d’Améthyste lui ordonnait d’être à l’écoute de sa grand-mère, de sa mère ainsi que sa sœur aînée. Cette dernière prendra un jour la relève au nom de toute la famille, alors que sa cadette la secondera pour défendre le clan en apprenant l’art de se battre. Atahara, elle, en tant que troisième enfant, sera vouée à la religion.

Les cultes sont nombreux à Améthyste. Honu, la tortue géante, Paru Nohu, la rascasse volante, Tohorâ, la baleine, ou encore Te Fee, la pieuvre aux gigantesques tentacules. Des divinités considérées comme secondaires et locales, mais dont les croyances sont pourtant ancestrales. Très vite, Atahara sentit un lien particulier avec la Déesse baleine, Tohorâ, celle qui voyage dans la paix, celle qui chante dans les lointains abysses. Dès l’adolescence, elle apprit à prêcher la parole de la baleine grâce à l’aide de sa tante qui était la prêtresse de Tohorâ. La petite fille avait accepté sa voie.

Calme et sereine, comme sa Déesse, Atahara devint une jeune adulte posée, en qui l’on pouvait faire confiance. Sa vie commença à changer lorsque le cycle de la vie frappa à la porte de la hutte familiale. Sa grand-mère était rappelée par l’océan, et en échange, sa sœur aînée portait la vie. Une âme prise pour une âme donnée, telle était la tradition sur ces bancs de sable. En tant que prêtresse, elle aida aux cérémonies de la mort et de la vie, Tohorâ, Honu, Paru Nohu et tous les autres sont des divinités à la dernière vocation psychopompe, le dernier grand voyage.

La vie changea, car c’est sa propre mère qui devint la matriarche de la famille et de l’ensemble du clan triton. Un clan qui s’était tant et si bien épanoui qu’ils étaient désormais trop nombreux à vivre sur les chaudes plantes et les humides forêts d’Améthyste. Certaines décisions devaient être prises, il fallait inciter les jeunes à partir pour une meilleure vie. Atahara faisait partie de cette jeunesse. D’ailleurs, cela lui semblait être une évidence, elle, la prêtresse de la Déesse voyageuse, allait suivre ses propres préceptes et partir pour Lapis avec un de ses jeunes frères.

Toujours positive dans sa façon d’appréhender le monde, la vie fut belle dans cette ville de Lapis en compagnie de son frère. Grâce à leur connaissance du monde marin, ils arrivaient à revendre facilement des raretés aux pêcheurs. Ils acquièrent rapidement un solide petit pécule permettant au jeune homme de se faire une place dans le monde du commerce de Lapis. Néanmoins, cette vie, uniquement liée au profit, n'était pas celle que souhaitait Atahara, la prêtresse avait envie de partager bien plus que des trésors aquatiques. Elle voulait partager sa propre part de vérité au reste du monde.

C’est en discutant avec des voyageurs d’Aramila qu’elle découvrit cette ville hautement religieuse mais ouverte à toutes les croyances. La tritonne était désormais adulte, ancrée dans sa tranquille assurance, telle la Déesse baleine qui ne doute pas de faire un beau voyage, et elle décida de quitter son frère pour s’installer à Aramila. L’aventure aurait pu être périlleuse, arriver ainsi, avec son petit pécule et sa Déesse au culte secondaire. La chance sourit toujours aux audacieux et à peine arrivée à Aramila, elle se perd dans les quartiers annexes. Quelqu’un de pessimiste aurait pris peur, mais Atahara avait confiance, et elle tomba sur un bâtiment abîmé par le temps. Curieuse, et inspirée, elle questionna les habitants du quartier qui lui expliquent que c’était là l’ancien temple d’un Dieu de la chance. Le prêtre était mort et il n’y avait plus personne pour prier, la divinité avait donc également disparu.

Cela prit du temps pour retaper cette bâtisse selon son goût et selon ses visions. La simplicité et la sérénité de cette femme venue d’ailleurs semblaient plaire aux voisins et aux habitants des quartiers alentours qui n’hésitaient pas pour certains à venir l’aider. Avec les semaines, les mois, et les années, le temple de Tohorâ ressemblait à une grande fête colorée, aux décorations de coquillages et de représentation de la Déesse. Les vitraux bleutés donnent une lumière digne d’un fond marin, les tapisseries pleines des étoiles du ciel au plafond terminent cette ambiance mystique et joyeuse. Tout le monde est le bienvenu, sans exception. Maintenant, quel sera le prochain voyage de la Déesse baleine ?
Vous allez nous tuer, ou pire, nous décoiffer ! / Elle

J'aime écrire, j'aime les crêpes et la liqueur de banane. Je n'aime pas le brocolis et franchement le salsifis c'est dégueulasse. Je réponds sous une dizaine de jours au maximum. Eh, je suis plutôt vieille !  

Dim 9 Avr - 16:15

Gloire à Tohorâ

Arrête Dory, tu sais pas parler baleine !

Une prose délicate pour sublimer la douceur de cette charmante prêtresse maritime. On plonge avec aisance dans son univers, surfant sur la vague de ses souvenirs, c'est agréable, on irait même jusqu'à ne pas vouloir remonter à la surface et élire domicile sous l'océan. Il nous tarde de voir les cultes d'Améthyste s'étendre sur la terre ferme et colorer un peu plus encore la vie des Aramiliens !

Rang : Citoyen
Pouvoir :  Branchies, pouvoir racial
Affinité : 6 PA
Astra : +200 Astra

La suite logique

Avant d'aller RP, assure toi de bien recenser ton avatar pour que personne ne te le prenne. Si tu ne sais pas avec qui commencer, tu peux toujours faire une recherche de partenaires ou répondre à celles en cours. Accessoirement, tu peux aussi poster ta fiche pour récapituler tes liens, ta chronologie, tes possessions... Enfin, si ton personnage fait partie d'une organisation (culte religieux), n'oublie pas de demander à la rejoindre ou à l'ajouter, si elle n'existe pas encore.