Light
Dark
Bas/Haut

Au-delà des Destins

Au-delà des Destins Brandw10
Sam 4 Mai - 1:29



Au-delà des Destins

Ft. Sylas Edralden


Ambiance



Les tintements des verres. Le faste du Marquis. Des invités de renoms de partout dans le pays. Cela pouvait paraître malvenu suite à ce qui s'était passé à Opale. Et pourtant. L'élémentaire était le premier à divertir les foules tandis qu'il s'occupait dans l'ombre de ce qui était réellement important. Le monde avait besoin de rêver, et c'est ainsi qu'il leur donnait de quoi s'évader d'un monde qui pouvait à tout moment disparaître dans la Brume. Cela l'inquiétait plus que son attitude pleine d'une élégante extravagance ne le laissait penser.

Alors que les convives déambulaient dans le Marquis comme bon leur semblait, passant d'une peinture à une autre, une voix se fit entendre. Il avait pris place à une estrade où siégeait également un piano, des musiciens jouant au préalable une musique douce et agréable. Tous les regards se tournèrent vers lui avec entrain. La majorité des personnes présentes avaient l'habitude du feu du propriétaire du Marquis et appréciait ses interventions. «Excusez moi de vous interrompre dans votre progression parmi toutes es fabuleuses toiles rendant honneur aux esprits de nos terres. Je tenais simplement à saluer les artistes qui sont présents dans la salle ce soir et sans qui, je n'aurais pu organiser une telle réception.» Il poursuivit en nommant les six artistes, chacun faisant un pas en avant afin que les convives puissent les applaudir dignement.

À vivre cette soirée, rien ne laissait présager que le diplomate était à l'oeuvre. Ou devrait-on dire l'humaniste doublé du diplomate. Il ne t'avait pas encore aperçu dans l'assemblée, mais la soirée venait tout juste de débuter. En tout cas, il était pour l'occasion habillé d'une tenue de soie - son tissu favori - d'un blanc laiteux, rehaussé au niveau du col et de la ceinture d'imprimés émeraude et or, venant donner une touche de raffinement. Sa chevelure rousse était lâche, son volume rendant jalouse nombre des femmes présentes dans l'assemblée. De tout cela, il n'en avait cure bien entendu, et après avoir salué comme il se doit toute personne ayant contribué à cette soirée, il descendit de l'estrade, rejoint par Maelström, élégant lui aussi pour l'occasion mais dans un style plus sombre, qui lui murmura quelques mots à l'oreille. Des mots qui suffirent à élargir le sourire de l'élémentaire.

Ainsi étais-tu arrivé. Il ne voulait nullement venir à toi sans te laisser le temps de goûter à l'endroit. Il était honoré de ta venue, surtout que dans sa missive en lettre codée, il t'avait signifié son inquiétude envers Urh. Ta venue lui signifiait déjà que tu étais sensible au destin de la terre que vous fouliez tous les deux.

Alors que le Maître des lieux n'était pas encore venu jusqu'à toi - après tout, peut-être avais-tu assisté à ses présentations, et put distinguer qu'il était sollicité. Tu pouvais jouir de l'hospitalité du Marquis. Une suite t'avait été offerte, à un étage pas trop haut, pour que tu aies loisir d'emprunter l'escalier plutôt que l'ascenseur. Une attention que certains jugeraient risibles, mais Seraphah avait toujours été de ceux à respecter ceux qui avaient des convictions et certaines valeurs en adéquation aux siennes.

Tu pouvais admirer ou détester le style alliant modernisme, excentricité et un certain oeil artistique des murs qui t'entouraient. Mais aussi contempler à loisir de nombreuses toiles de l'exposition de ce soir. Le titre raccoleur: Une nuit parmi les esprits d'antan. Avait laissé pantois bon nombre d'Epistotes qui ne comprenaient pas l'intérêt de l'ancien, encore moins des esprits, cette partie d'Urh vivant plus connecté aux cristaux qu'à la terre. C'était sans compter ce dirigeant qui semblait mener plusieurs vies en une et qui adorait ce genre de soirée.

Alors qu'un serveur te proposait un alcool sucré, une voix retentit avec emphase: «Archevêque Edralden, je suis enchanté et honoré de vous recevoir au sein du Marquis. Avez-vous fait bon voyage?» Ce n'était pas la première fois que vous étiez en présence l'un de l'autre. Malgré tout ce qui pouvait vous opposer, une relation d'intérêt s'était installée avec un zeste de connivence. Du moins, c'était ainsi qu'aimait à le penser Seraphah. «J'espère que vos appartements sont à votre convenance, même si je ne m'attends pas à ce que vous validiez la vue.» S'il y avait bien une chose sur laquelle il n'avait pas de pouvoir ici même, c'était la vue sur Epistopoli, bien qu'il avait prévu de lourds rideaux si cette dernière devenait trop importune.

Spoiler:


Dim 5 Mai - 18:01
« En voilà un qui sait recevoir… »

Sylas avait laissé cette remarque s’échapper tandis qu’il jetait un œil à son comparse de la soirée. Un homme de la garde sacrée, muet comme une tombe, qui ne put fournir en réponse qu’un bref haussement d’épaules. Le loubard, costaud à l’envi, s’éclaircit la gorge et se pencha vers l’archevêque pour le mettre dans la confidence.

« Monseigneur, certains regards semblent insister en direction de votre prestance…
— Il est normal pour un monarque d’être contemplé, admiré, détesté aussi. J’ai dû laisser mes effets personnels à l’entrée et je suis sans protection. Mais c’est aussi votre cas et celui des autres convives… »

Sylas pivota les talons, accorda un sourire affable à l’Aramilan et lui flatta les épaules.

« Vous vous en faites trop. Si danger imminent il y avait, je n’aurais pas pris le risque de venir en terres hostiles. Détendez-vous, profitez de la soirée – mais point trop – et gardez un œil autour de vous. Sans excès de prudence, ni de relâchement. Le juste milieu, parce que tout est affaire de dosage.
— Oui, Monseigneur… »

Les deux hommes se séparèrent et Sylas se retrouva seul dans la réception, mélangé à d’autres convives dont les oripeaux trahissaient une appartenance claire à la haute bourgeoisie. Le religieux s’était également prêté au jeu et, si sa tenue semblait contraster avec celle de ses hôtes, il avait quand même revêtu un par-dessus typique de sa région, quoique exempt de tout signe religieux. Une djellaba sombre aux broderies or, sous laquelle il avait enfilé une simple chemise et un pantalon crème. Pour le reste, s’il avait apporté un soin particulier à sa barbe, des mèches grisonnantes, rebelles, lui tombaient sur le front.

Sans prêter attention aux regards qui se posaient sur lui et sur les ragots qu’ils pouvaient provoquer, il se manifesta prestement devant une toile. Son aura, qui avait dû en troubler plus d’un, provoqua un écart de foule alors qu’il contemplait, les mains dans le dos, l’œuvre qui se dressait devant lui.

« C’est une très belle interprétation du châtaignier d’Uhr. L’on raconte que son aura repoussé les Brumes qui saurait étreindre les plus démunis d’entre nous et en faire je ne sais quoi. Curieux phénomène que la science ne sait encore expliquer… »

Le regard de l’archevêque se porta sur une personne au hasard, un noble qui, d’un sourire pincé, ne fit qu’acquiescer les propos de l’Aramilan avant de fuir le regard. Le visage de Sylas rayonna de plus belle, alors qu’il pivota pour se diriger vers une autre toile, lorsqu’un serveur lui proposa une coupe d’alcool sur un plateau d’argent.

« Il est trop tôt pour m’empoisonner, voyons. » dit Sylas sur le ton de la plaisanterie alors qu’il se saisit d’un verre.
Alors qu’il huma son breuvage, il sentit une chaleur étrangère poindre dans son dos. Il ressentit soudain un agréable frisson.

« Archevêque Edralden, je suis enchanté et honoré de vous recevoir au sein du Marquis. Avez-vous fait bon voyage ? »

Le régent d’Aramila se retourna et détailla son hôte, lui aussi élégant à l’envi, mais dont l’aura et la carrure ne laissait aucun doute quant à son identité.

« Ne serait-ce pas l’illustre Herr Von Arendt qui me fait l’honneur de sa chaleureuse présence ? »

Il mit son verre en évidence, dans l’attente d’un tintement agréable et familier.

« La suite est parfaite et j’aurais presque envie de m’y retrancher tellement je ne manque de rien. Pour la vue, ne vous en faites pas, elle est… Inspirante, d’une certaine manière. Pour ne rien vous cacher, si vous savez offrir un confort sans précédent à vos invités, vous n’égalez pas le caractère chaleureux de nos maisons d’hôtes en Aramila, fussent-elles rustiques à souhait. Avec tout le respect que je vous dois, bien entendu. »

Il sourit et porta sa coupe à ses lèvres, buvant une fine gorgée et appréciant le liquide pétillant qui glissait le long de son gosier. Cela avait quelque chose de rafraîchissant. Il en profita pour jeter un œil à son garde, qui se trouvait toujours à proximité, ni trop envahissant, ni trop discret.

Ainsi, l’archevêque, de sa main libre, enjoignit le propriétaire des lieux à progresser vers un endroit où, s’ils restaient visibles de la populace, se retrouveraient à l’abri des oreilles indiscrètes.

« Je crois avoir compris le caractère inquiétant que revêt votre missive, Herr Von Arendt, et je suis honoré que vous ayez souhaité me consulter pour en parler. Les sujets sont brûlants à Aramila, sans mauvais jeux de mots. Et je ne souhaite pas attiser de braises inutiles, surtout en territoire ennemi — il faut appeler un chat un chat. Je comprends que nous ayons des intérêts qui convergent, si le sort de l’Arbre Sacré vous préoccupe tant ? »
Sam 18 Mai - 17:51



Au-delà des Destins

Ft. Sylas Edralden


Ambiance


Bien sûr que tu avais attiré l'attention dès ton entrée dans la salle principale du Marquis. Bien sûr que les regards questionnaient et que les murmures allaient bon train. Mais heureusement, ceux qui savaient apprécier l'art, savaient aussi ne pas faire trop de commérage car chacun avait le droit à ses opinions après tout. C'était du moins ce que Seraphah aimait dans les communautés artistiques plus que politiques. Ces dernières voulaient avoir raison coûte que coûte alors que les premières se montraient parfois bien trop laxistes. Et ce soir, il y avait un mélange de tout cela, réunis pour un art qui mettait à l'honneur les esprits d'antan. Rien que ça. Mais lui-même n'était-il pas aux prises avec cet arbre qu'on oubliait presque dans la forêt d'Opale et qui pourtant était déterminant pour leur survie à tous?

Seraphah observa ta tenue. Sobre mais élégante. Il y avait toujours eu cela entre vous, un genre d'estime non pas d'apparat mais plutôt de connivence. Même si vos intérêts étaient fort éloignés, vous avez la même volonté de prendre soin de ce qui vous tient à coeur et l'apparence, n'en déplaise à certains, en faisait également partie. Vos regards se rencontrèrent et un sourire en miroir, l'élémentaire leva son verre afin de célébrer ta venue. Parce qu'en majorité, c'était lui qui venait jusqu'à Aramila, tes fonctions ne te permettant pas de te déplacer autant que son propre rôle de diplomate. Mais en ce soir, la rencontre n'était pas sous cet auspice là. Il y avait quelque chose de beaucoup plus privé. L'homme n'était pas que diplomate. Il était aussi un réel gardien de la terre sur laquelle vous vivez. Bien sûr, il y avait donc un intérêt à prendre soin de cette dernière, mais l'intérêt s'étendait à toutes personnes voulant rester en vie.

Il espérait bien que tu étais de ceux là...et sans doute un peu plus. Il accueillit agréablement ton retour concernant la suite qui serait ta demeure pour ton passage à Epistopoli. Il apprécia même la mise en valeur des établissements chaleureux des maisons d'hôtes de ta région. «J'avoue adorer vos maisons d'hôtes. Vous faites bien d'en souligner le charme.» L'important était de voir comme chacun d'entre vous savait apprécier un bon toit. Et au moins, le voilà rassuré concernant ton opinion sur la ville si moderne qu'est Epistopoli.

Il goûta à son tour le liquide doré avant de suivre le mouvement que tu lui intimais de la main afin de se retrouver à l'écart du centre de l'exposition, permettant ainsi un échange beaucoup plus posé et à l'abris des oreilles indiscrètes.

Suite à ton introduction, le visage de Seraphah revêtit un sérieux propre à ce que tu abordais. Bien sûr, ni l'un ni l'autre était dupes des liens entre leur nation, mais il y avait des choses beaucoup plus fondamentales aux jeux de la politique, qui sans elles, toute société s'écroulerait. «Vous n'êtes pas sans connaître ce qu'il s'est produit à Opale il y a quelques semaines. Au-delà de l'affront du 13eme cercle. Au-delà des velléités mentionnées à l'encontre d'Epistopoli qui n'avait pas connaissance de la véritable identité de son régent...Un sort plus néfaste se jouait en coulisses. Qui touche aux racines de l'Arbre-dieu lui-même. Connaissez-vous son rôle fondamental au sein de l'écosystème d'Urh?»

Un peu à ta façon il jouait cartes sur table pour amener son fait. Pour amener ce qui était essentiel pour votre rencontre. Que tu te portes juge envers Epistopoli comme beaucoup l'ont fait, il n'en avait cure à cet instant. Cela n'était pas le sujet et quelque part, cela serait naturel de la part d'une citée en conflit à tumultueuse en machineries Epistopoli. Mais il convenait en cet instant à ses yeux que tu puisses prendre conscience, si tu ne les connaissais pas, des véritables enjeux qui le faisait te parler au-delà de toute représentation. C'était le premier point à aborder ensemble pour savoir si vous pouvez être sur une longueur d'onde similaire.





Lun 20 Mai - 22:19
L’homme à la chevelure de braise avait effacé d’une traite l’effervescence qui s’était dessinée sur son visage. Sylas soutenait son hôte du regard, fronçant les sourcils, approuvant les dires de son interlocuteur par moments. Il laissa un silence flotter, le temps de reprendre une gorgée d’alcool, laissant le breuvage pétiller jusqu’à son gosier. Les sensations étaient agréables mais elles ne savaient compenser convenablement le caractère pinçant de la situation.

« Inutile de mentir sur ce point… commenta Sylas. En tant qu’archevêque d’Aramila, je suis naturellement informé de ce que toutes mes gens savent, en plus de savoir des choses que d’autres ne savent pas. Le problème, avec le second cas, c’est qu’il est parfois difficile de démêler le vrai du faux, entre faits et rumeurs. Pour ce qui est du rôle de l’Arbre-dieu, fort de nos observations, des textes sacrés et, sauf preuve contraire, il préserve la région d’Uhr de la Brume. Le fait que le raccourcissement de ses racines eut fait progresser son étendue jusqu’aux abords d’Opale en dit long sur l’office de l’Arbre-dieu, et revêt un futur, pour le moins… Inquiétant, si les méfaits continuent. »

Sans craindre de paraître impoli, il regarda par-dessus son épaule pour guetter la présence du garde qui l’avait accompagné. Il reconcentra ensuite son attention sur Seraphah.

« Si je suis on ne peut plus sûr des desseins du treizième cercle qu’il nous faut préempter, je suis dubitatif quant à ceux de celui qu’on appelle le Mandebrume. Voyez-vous, les révélations se sont succédées, ses multiples masques sont tombés et il est même allé jusqu’à surprendre les siens. Ce qui me préoccupe le plus, c’est le fait que le rôle du Mandebrume semble en contradiction avec ce que prévoit Le Régent. Tout me laisse à croire que je suis parmi les premières victimes d’une certaine désinformation, mais… »

Il vida sa coupe d’une traite avant de poursuivre.

« … comme le dit le dicton aramilan : le peuple du désert tamise les mots comme il tamise le sable. Aussi nous savons séparer les faits des rumeurs. Je peux vous confier l’un ou l’autre, mais vous vous douterez, Herr Von Arendt, que je ne donnerai pas sans l’assurance de recevoir de votre part. »

Il croisa le regard d’un majordome, à qui il mit en évidence sa coupe vide. L’homme, élégamment habillé et reflétant la prestance tant du Marquis que de son employeur, s’empressa de remettre une nouvelle coupe fraîche à Sylas.

« Dois-je être explicite ou êtes-vous suffisamment perspicace pour savoir qu’une et une seule chose m’intéresse au regard d’Epistopoli ? »