Light
Dark
Bas/Haut

Curieuse Destinée (Feat Chaya)

Curieuse Destinée (Feat Chaya) Brandw10
Dim 14 Avr - 18:29



Curieuse Destinée

Ft. Chaya Lelwani


Ambiance



L'art avait cela de merveilleux qui l'élevait n'importe quelle situation. Et c'était exactement ce qu'il s'était produit la veille, au sein même du Siège des Monétaristes. Il avait fallu un changement de dirigeant pour que l'expérience de l'élémentaire à sa banque préférée ne prenne une tournure qui ne pouvait obtenir que sa dévotion. Mademoiselle Lelwani ne l'avait pas laissé indifférent, tout comme cet orgue dont le concepteur risquait d'avoir de ses nouvelles. Jamais il n'aurait imaginé passé si plaisante soirée. Et ce serait mentir que de nier le fait qu'il avait hâte de te revoir, même s'il avait conscience de la teneur qui faisait se recroiser vos routes. Après tout, n'était-ce pas la base de votre collaboration que de faire teinter les astras, mais surtout les utiliser pour des causes qui soutenaient tous deux vos agendas secrets?

Tes dernières paroles flottaient à nouveau dans l'air. Jouer ensemble? Il avait bien perçu cette évidence qui dansait autour de vous. Ce genre d'évidence que les êtres doués d'élégance pouvait aisément attirer. Mais il mentirait s'il n'avouait pas être curieux de ta personne. Ce n'était pourtant pas faute de rencontrer du monde. Des personnes précieuses, comme des personnes plus aventurières. Chacune avec leur vécu qui leur collait à la peau et qu'il prenait plaisir de découvrir. Mais il n'y avait pas forcément le charme. Une force dont tu étais pourvu au même titre qu'il savait être un feu qui ne laissait pas indifférent et pas toujours dans le bon sens. Un peu comme toi qui devait désarçonner tous ceux qui s'approchaient d'un peu trop près. Le laisseras-tu approcher? Ou craindras-tu de t'y brûler?

C'est toutefois l'esprit clair qu'il arriva au sein de la Guilde des Monétaristes en matinée. La ville était grouillante, vibrante, bruyante. Une fois les lourdes portes fermées derrière lui, ce fut un silence luxueux qui l'accueillit. Plus aucun convives n'étaient présents. Juste le solennel d'un majordome qui vint à lui pour lui demander de le suivre.

Il était habitué à ce genre de traitement, surtout dès qu'il s'agissait d'Astras ou de grande famille. Après tout, il faisait partie, par le nom, des Von Arendt et il avait pu goûter autant à leurs tortures qu'à leur faste. Une autre époque. Qui lui inspirait désormais une méfiance bâtie sur l'expérience. Beaucoup n'était pas indifférent à ce nom de famille. Ils le détestaient ou l'adoraient. De son côté, il le portait uniquement en honneur à sa défunte épouse...et parce-qu'après tout, il n'en avait jamais eu d'autres et dans ce monde, un Nom était important.

Du moins cela l'était pour beaucoup. Un nom, cela permettait de remonter non pas les branches, mais les racines de l'arbre généalogique. Cela permettait de comprendre quelle est la terre la plus adaptée, quels sont également les mauvaises herbes qui pouvaient s'y agripper. Alors ton nom semblait inconnu au bataillon et pourtant tu avais su t'élever au-dessus de toutes ces têtes pensantes...parce que tu avais un coeur contrairement à elle? Cela paraissait trop beau de le nommer ainsi. Il ne croyait pas que la bonté pouvait réellement aider en ce monde, mais la beauté oui. Et cela tu en étais pourvu au centuple. Dans l'écrin que tu avais créé ici-même.

En entrant dans ton "bureau" qui ressemblait davantage à un lieu de ressourcement, il ne se souvenait pas avoir vu une telle décoration avec ton prédécesseur. Est-ce à dire que cela était de ton fait? Il n'irait pas si vite en conclusion. En tous les cas, cet endroit était bien trop impersonnel malgré ton esthétique.

On le prévint de ton arrivée imminente. C'est ainsi que loin de s'asseoir il fit un premier, puis un second pas, le regard avant tout contemplatif. En cette matinée, il avait gardé l'élégance, le vertige des étoffes en moins. Si on passait outre les nombreux entrelacs présent sur le cuir de sa ceinture qui montait haut sur sa taille et venait ainsi cintrer une chemise d'un blanc coton, aux fins liserés dorés au col. Sa tenue se terminait avec une veste d'un tissu suffisamment lourd avec des épaulettes qui renforçaient sa silhouette en V, d'un vert émeraude. Cela lui donnait un air plus militaire que ses voilages de la veille. Il restait à n'en point douter un homme de terrain autant que de tête. Son côté esthète ne le rendant pas fragile d'apparence.

Tu ne fis pas de bruit, et pourtant il se tourna vers toi au moment où tu pénétras dans la pièce, son regard ambré plongeant immédiatement dans le pourpre du tien. «J'espère que vous avez passé un restant de soirée agréable Mademoiselle Lelwani. Sachez que grâce à vous, ma venue à Xandrie a prit une saveur moins convenue.» Une façon de te marquer comme ton attention à son égard fut des plus exquise.


Dernière édition par Seraphah Von Arendt le Sam 4 Mai - 13:11, édité 1 fois
Ven 3 Mai - 21:14



Curieuse destinée

En compagnie de Seraphah Von Arendt



Elle soupire. Au loin. La fumée s'élève. Est-ce les vapeurs de ce monstre qui git, éternellement agonisant, sur les rives du Rime ? Ou les pensées grises de la monétariste qui s'échappent lorsque le rubis caresse les toits de Xandrie ? Il y a tant à faire. Pour la Juste. Pour Uhr. Pour ces âmes égarées. Condamnées. Sans doute s'était-elle attachée plus que de raison à cette ville. À ces gens qu'elle côtoyait depuis trop longtemps.

Au sud se lève un ciel rouge. C'est là-bas, un jour, qu'elle retournerait. L'attendait-on, là-bas ?

Pas davantage qu'ici.

La silhouette se détache, de ce balcon vertigineux, de ce pas qu'il suffirait de faire, pour s'envoler. Elle laisse à l'aube naissante, le fantôme de ses soupires. Et ce fugace instant de fragilité. Les Douze étaient sa maison. Là, sous les mensonges, les costumes et les masques. Tant qu'ils seraient là. Elle ne serait jamais seule.

La caravanière s'efface, dans l'ombre de cette silhouette féminine, de cette démarche assurée, de ce sourire charmant, de ces yeux vifs. Ce qui est à elle, en Chaya Lelwani ? Tout. Rien. Comme tous ces autres visages.

Elle rejoint son bureau, saluant ses collègues avant de franchir cette porte qu'elle ne referme pas derrière elle. Tant qu'elle n'a pas de rendez-vous, sa porte restera entre-ouverte. La dirigeante des monétaristes ne s'isole pas. Elle se veut accessible, disponible. Ses pauses sont partagées avec les autres employés à son étage, cela lui permet de prendre la température et de collecter quelques informations éparses, anticiper les problèmes et les opportunités. Ce n'est pas ici qu'elle recevra son prochain rendez-vous. Pour monsieur Von Arendt, elle réservait le salon des invités. Plus haut dans les étages, plus luxueux, moins protocolaire et administratif.

N'avait-il pas dit, qu'elle prenait soin de sa relation clientèle ? Un sourire amusé glisse sur les lèvres de la jeune femme. Moins apprêtée que la veille, elle a troquée la robe longue pour une qipao s'arrêtant juste au-dessus des genoux, à l'imprimé discret, un ton sur ton de bordeaux profond. Dans son dos, une longue natte remplaçait la coiffure élaborée et les roses d'or. Les talons, eux, n'avaient pas changé. L'élégance, restait, sous des facettes moins policées, peut-être. Elle rejoignait son invité un instant seulement après qu'il ait été annoncé. Juste de quoi se saisir d'un plateau à la fine marqueterie, contenant la délicate théière en fonte et ses accompagnements sucrés.

Elle ouvrait la porte d'un habile mouvement du coude et de la hanche, si elle ne s'attendait pas à capter l'attention de son invité si vite, elle l'accueillit d'un sourire décontracté. Avançant jusqu'à la table basse entre les canapés pour y déposer son fardeau.

- Vous m'en voyez ravie, monsieur Von Arendt. Vous avez à n'en point douter illuminé cette soirée.

Cette soirée. Sa soirée. Qui sait. L'énigme glisse sur ses lèvres. Si elles ont perdu le rouge de la veille, elles ne semblent pas avoir abandonner leur malice.

- Appréciez-vous le thé ? Si un autre rafraichissement à votre préférence, faites-le moi savoir, je ne voudrais pas vous assoiffer alors que nous avons tant à discuter.

Elle ne lui proposait pourtant pas une tasse tout de suite. Ce serait hérésie que de ne pas respecter le temps d'infusion ! Avec un sourire, elle s'approchait de l'élémentaire pour passer à côté de lui et approcher de la fenêtre dont elle écartait les voilages. A demi tournée vers l'homme, elle l'invitait à la rejoindre. Contempler le panorama. La Juste dans toute sa splendeur.

- Avez-vous trouver un endroit confortable où loger le temps de votre séjour ? Il serait regrettable qu'il ait mal dormi. Était-il exigeant en la matière ? Lui qui possédait un hôtel luxueux, avait-il trouvé son équivalant en Xandrie ?

Mar 14 Mai - 23:32



Curieuse Destinée

Ft. Chaya Lelwani


Ambiance



L'apparence pouvait être trompeuse. Il en avait vu des êtres éphémères. Fréquenté des hommes et des femmes revêtant des masques pour être qui ils voulaient. Jusqu'au moment où le temps les rattrapait ou encore la Mort elle-même. Alors oui l'apparence pouvait être trompeuse si on partait du principe que l'histoire qu'elle racontait n'était pas la vérité. Et de cela il en était certain. Un seul habit ne pouvait recouvrir toutes les nuances et voluptés d'une âme. Mais qu'en était-il quand il n'y avait plus d'âme et juste une apparence? À cela il répondait que sans âme, point d'ambitions. Et à présent, même les êtres les plus affreux en possédaient, qu'on juge ces dernières nobles ou non.

Ton entrée était digne d'une Maîtresse de maison. Vêtue dignement, sans fioriture, tu venais lui montrer là une nouvelle facette, toujours élégante. Toujours le rouge captivant ta préférence, même si ici il ne s'agissait point de rubis mais de grenat. Son regard délaissa ta silhouette pour se poser sur la théière et toute sa troupe tandis qu'il écoutait ton compliment presque trop décontracté connaissant votre relation professionnelle. Mais cela aussi était une apparence. Il repensait à ce moment volé loin de la majorité des convives, loin des causes qui semblaient te tenir à coeur comme des siennes. Il y avait un lien plus profond qui voulait s'initier, mais le laisserez-vous faire?

«Le thé est parfait.» À dire vrai, il avait appris à apprécier les différentes saveurs que les humains aimaient tant. Il n'avait pas besoin de boire ou de manger. Il appréciait cela. Comme il n'avait pas besoin d'être en bonne compagnie. Il appréciait cela. Il te suivit d'abord du regard, puis son corps amorça les mouvements nécessaires pour venir s'arrêter auprès de toi, son regard captant à l'image du tien les rayons du matin tandis que Xandrie s'offrait à vous. Il était bien plus grand que toi malgré tes talons ce qui donnait à sa présence un côté rassurant, si tant est que tu l'appréciais. Ses yeux revinrent dans les tiens quand il se décida à répondre à ta question: «Je loge chez l'un de mes amis bien souvent en déplacement. Il a construit sa fortune et possède l'un des bâtiments les plus modernes, si j'ose dire, de Xandrie.» Après tout, il possédait du myste, denrée onéreuse pour cette capitale. «Donc oui, confortable.» Il était peu loquace à ce sujet. À dire vrai, il préférait clairement te contempler que de te raconter son logement actuel.

Un léger regard vers l'infusion du thé, avant de murmurer presque complice: «Le temps est important pour vous n'est-ce pas?» Il ne faisait aucun doute concernant le sujet duquel il parlait. «Vous semblez être une femme minutieuse, qui sait ce qu'elle veut, qui respecte ce qui fait sens pour elle et non pas les traditions comme on pourrait l'envisager de prime abord.» Pourquoi se mettait il ainsi à parler de toi? Comme une continuité de la soirée qui a été la vôtre. «Votre façon d'être me prouve au moins que vous prenez soin de la même façon des finances de vos clients.» La chute semblait bienvenue, en écho à la raison de sa venue en ces lieux.

Il délaissa la vitre, son regard arpentant à nouveau cet endroit, ce salon qui lui ferait presque oublié les bidonvilles de Xandrie. «Vous sentez-vous à votre place en ce lieu, cette ville Mademoiselle Lelwani?» Il se tourna vers toi tandis qu'il se tenait près de la table basse. Sa manière de prononcer ton nom encore et encore, comme un psaume, une prière, pour que le génie sorte de sa lampe. Et que voulait donc dire cette question? Te trouvait-il mal adapté à cet endroit? Et si oui, en quoi ne le serais-tu pas? Il voyait que le siège des Monétaristes était fabuleux...Il se doutait que tu devais voyager d'une façon ou d'une autre ou cela a été ta façon de vivre à un moment ou à un autre. Parce que tes traits avaient beau porter l'apparence de la jeunesse, tes manières criaient à une sagesse folle qui ne le laissait pas indifférent.

Il n'y avait que les fous pour se reconnaitre entre eux. Et cette folie il l'avait entraperçu la veille. Cela n'était pas sarabande. Cela était ta vérité.
Mer 15 Mai - 12:08



Curieuse destinée

En compagnie de Seraphah Von Arendt


Ville de contrastes et d'opportunités. La Juste n'était pas exempt de contradictions. De ces nuances trop nombreuses sur un spectre trop étendu. Royale en son centre. Criminelle à ses extrémités. Entre les deux, un monde de nobles gens, d'ouvriers forcenés et d'ambitieux. De contrastes, le feu de soie n'en manquait pas non plus. Lui qui avait eu à coeur de relever la veille, que la soirée aussi magnifique fut-elle, avait le défaut de n'être réservée qu'à une certaine élite. Sa beauté, inaccessible au brave peuple de Xandrie.

Monsieur Von Arendt se mêlait-il, lui, à la populace ? Lui qui logeait chez un riche ami, ayant les moyens de s'élever au-dessus de la plèbe, jouissant du confort apporté par le myste opalin, cause de bien des malheurs pour la population de ce côté-ci de la frontière. Avait-il ouvert ses portes, à ceux qui s'endormiraient à la lueur de la bougie ?

Fallait-il être ascète pour être fidèle à ses convictions ?

Il murmure, charmant crépitement à son oreille, que le temps devait lui être précieux. Le rubis est curieux. Sans doute n'est-elle qu'une humaine aux yeux flamboyants, une étincelle mortelle qu'il contemplerait trop peu de temps pour vraiment s'attacher. Le temps avait-il cessé d'être précieux, pour l'élémentaire ? Il s'essaie à un portrait de la monétariste qui l'écoute, attentive et un brin amusée. Il conclu sur le soin qu'elle apportait aux finances de ses clients et tire aux lèvres parme un rire cristallin.

- Si vous étiez inquiet pour vos finances, monsieur Von Arendt, vous n'aviez qu'à demander vos relevés, ils vous auraient rassurés.

Un sourire complice, plein de cette assurance inébranlable, glisse sur le visage de Chaya alors qu'elle se tourne vers l'homme à ses côtés. Si son menton est obligé de se lever un peu, elle ne semble pas davantage intimidée que la veille, par la haute stature de son vis-à-vis.

- Mais s'il vous plait de m'observer, je ne vous l'interdirais pas.

Un tintement séducteur dans le verbe, une lueur charmante qui illumine le rubis. Elle brille d'une douce ironie, pourtant, cette phrase, lorsque la monétariste l'abandonne dans son sillage pour s'avancer vers la table basse. Trois minutes. Pas plus. Le temps était précieux, pour le thé aussi. S'approchant du petit salon pour s'emparer de l'anse de la théière, elle suspend un bref instant son geste à la question de son invité. Sa place. Délicatement, l'eau fumante quitte le bec courbé de la théière pour venir remplir la première tasse. Seule mélodie pour briser le silence.

Est-elle vexée ? Son visage baissé ne le laisse pas deviné. Serait-il relevé, qu'il ne serait sans doute pas davantage explicite. Peut-être réfléchit-elle vraiment à cette question ? La seconde tasse se remplit lentement. Peut-être n'y a-t-il rien de tout cela. Lorsqu'elle repose la théière et que ses mains délicates se referment sur la tasse qu'elle lève avant de la tendre à l'élémentaire. Aucune ombre pour ternir l'éclat du rubis dans son regard lorsqu'il revient se poser sur le visage façonné par les flammes.

- Permettez-vous que je réponde plus tard à cette question ?

Un sourire énigmatique aux lèvres, la jeune femme ne semble pas particulièrement décontenancée par la question mais plutôt avoir une idée derrière la tête. Une idée, qu'elle remettait à plus tard. Puisqu'après tout, ils n'étaient pas ici pour parler d'elle.

- Si vous m'accordez un peu de votre temps, après notre entretien.. Abandonnant la tasse entre les mains de l'élémentaire, elle vient se saisir de la seconde. Et que vous ne craignez pas vous aventurer au-dehors en ma compagnie.. Un sourire malicieux alors qu'elle s'assoit, croise les jambes. Je répondrais à votre question.

La vapeur danse devant ses prunelles. Mirage évanescent. Que chassent ses lèvres entrouvertes sur un souffle gracieux. Une gorgée de thé, brûlante. Juste assez pour réchauffer ses joues avant que sa posture ne change subtilement, son attitude se faisant plus sérieuse.

- Hier vous avez évoquer vos recherches. Voudriez-vous m'en dire davantage ? Vos avancées sur les problématiques respiratoires m'intéressent. Je crains qu'elles ne deviennent prégnantes dans les décennies à venir, que ce soit à Epistopoli ou ailleurs.

Tant que la technologie s'étendrait.
Sam 18 Mai - 17:07



Curieuse Destinée

Ft. Chaya Lelwani


Ambiance


Un sourire miroir. Taquine en un sens. Glissant comme un courant d'air sur les mots qu'il avait prononcé à ton égard. Ainsi tu resterais aussi lisse que le miroir d'Aphrodite ou toute divinité qui amenait à la réflexion à travers la beauté, qu'elle soit d'apparat ou intellectuelle. Il ne pouvait qu'apprécier ton verbe. Après tout n'est-ce pas lui qui l'amenait à ainsi te parler? À vouloir caresser les rideaux de ton âme pour venir en dévoiler la vérité? S'il y avait bien une chose que ce chercheur savait faire, c'était approfondir jusqu'à ce que les trésors de ce monde se révèlent à lui. Le feras-tu? À moins que tu ne l'aies déjà fait? Par tes gestes qui veulent se brûler aux flammes?

Ce dernier ne pouvait toutefois pas s'empêcher de venir te murmurer ce qui pouvait paraître vérité, là où il ne s'agissait que d'hypothèse. Pour autant, il ne te prenait pas pour une équation à résoudre. Il s'en garderait bien. Les mystères se devaient de le rester. Ainsi oui, il lui plaisait de te contempler. Dans ce que tu laissais paraître comme dans ce qui n'était pas visible. Après tout, n'était-il pas du même acabit? Il y avait ce qu'il laissait transparaître puis il y avait tout le reste. Ce qui ne faisait que se murmurer dans les couloirs pour ceux ayant du des soldats étant venus avec lui dans la Brume. Alors depuis longtemps, il se doutait bien que ce qui était visible, n'était pas l'unique source de vérité.

Pour le reste, l'eau brûlante qui s'écoulait se fit entendre en réponse. Chacun de tes gestes s'enchainaient avec grâce et il vint saisir la tasse tendue, tandis que tu bottais en touche pour mieux le surprendre. Il en était convaincu à cet instant et un sourire fit de nouveau jour sur son visage. «Je vois que mon voyage à Xandrie a encore des surprises à m'offrir.» Il amena la tasse à son visage pour en humer l'odeur, fermant un bref instant les yeux, pas le moins du monde désarçonné par ta proposition. Peut-être même cette dernière lui plaisait-il? À cet instant difficile de le dire, il avait cette même capacité que toi à contenir ses émotions quand il le voulait bien. À ce stade il s'agissait d'un véritable art.

Que ton changement de posture vint appuyer. Lui aussi goûta à son thé, avant de sentir le changement de ton. Loin de parler de ses investissements, te voilà à l'amener sur un sujet qui lui tenait fort à coeur.

«Cela fait une dizaine d'année que nous expérimentons différentes techniques pour palier à ces problématiques. Même si cela dépend des sujets, nous commençons à avoir de bons résultats avec un gaz créé à partir d'Hortérya Nilus. Une plante qui n'apparait qu'à la nuit venue dans les collines de Renon. Il y a un procédé technique à effectuer et à stabiliser. Toutefois, la solution n'est pas définitive. Il convient d'inspirer ce gaz tous les jours pour le moment...»

Au moins les collines étaient proches d'Epistopoli. Mais en vérité, la plante commençait à se faire rare et ils n'étaient qu'aux balbutiements d'une culture sous serre. Les Machines évoluaient beaucoup plus rapidement que la médecine. Ce n'était pas pour rien qu'une partie de ses expéditions ou de ses ventes d'artefacts l'aidaient à être un acteur majeur financièrement dans ce type de cause.

«J'observe votre réelle sollicitude concernant cette question de santé...Avez-vous remarqué qu'ici aussi ce type de médecine était requise?»

Une autre gorgée, son regard étant d'une profondeur qui prouvait son engagement dans ce type de sujet. «Je travaille aussi sur une autre branche de la médecine en complément à ces recherches: la psychanalyse. Cette dernière est assez récente, mais permet de mieux sonder la personne qui nous fait face concernant des comportements ou des troubles qui pourraient l'affecter. Les solutions nous ramènent à des procédés chimiques, mais en considérant beaucoup plus l'humain dans sa psyché plutôt qu'uniquement dans ses symptômes physiques.»

Et vu son nombre de siècle d'existence, il avait malgré lui quelques longueurs d'avance sur ses collègues pour capter ce qui pouvait s'apparenter à des pathologies mentales.