Light
Dark
Bas/Haut

Chasse aux tritons !

Chasse aux tritons ! Brandw10
Lun 12 Fév - 17:00


Convoqué au manoir familial, de la Guilde des Assassins, Azur se doutait que ce n’était pas pour passer du bon temps en famille. Il espérait être reçu comme l’on recevait son enfant après une longue absence, mais il savait parfaitement ce qui l’attendait. Un ordre de mission et au revoir. Quand il frappa à la grande porte, personne ne se présentait pour l’accueillir. Il entra sans se présenter et se dirigea directement dans les étages supérieurs où Wanath devait certainement l’attendre. Et c’était le cas. En ouvrant le bureau du maître des lieux, le blondinet tomba sur un l’homme encapuchonné, fixant avec attention l’horizon par la grande baie vitrée. La nuit était tombée depuis bien longtemps, seules les étoiles éclairaient la végétation environnante autour du domaine.

« Vous m’avez fait appeler, Père ? », fit le jeune assassin en se grattant les oreilles.

Sans même se retourner, Azur sentit le regard noir de cet être effrayant. Une aura meurtrière l’entourait. On sentait qu’il ne supportait pas la présence de cet être simplet dans son bureau.

« Ne t’ai-je pas déjà dit de me manifester un peu plus de respect ?
- J’éprouve quelques difficultés avec les formalités, voyez-vous.
- Si tu n’étais pas le fils de ta mère, mon épouse, je te promets que tu serais mort et enterré, bouffé par les vers depuis belle lurette.
- Certainement, oui. »

Wanath se contrôla. Plus vite la mission serait donnée, plus vite l’enfant de sa femme pourrait déguerpir.

« Une mission nous a été transmise. Ton grand-père, le roi de Xandrie, a évidemment accepté que tu représentes le royaume. As-tu déjà entendu parler de Kurk ?
- Le triton qui terrifie Uhr tout entier. C’est la cible à éliminer ?
- Absolument. Une coalition a été créée par tous les royaumes d’Uhr. Chacun d’entre eux envoie un individu capable de réaliser la mission. Kurk et son équipage bloque le seul accès au Katorrin.
- Rien que ça. Ce Kurk ne fait pas les choses à moitié.
- Maintenant, file. Ma patience a des limites et elle est mise à rude épreuve en ta présence. Et n’espère pas croiser ta mère, elle est en mission. »

Il pourrait la ménager un peu, pensa l’assassin en prenant la sortie. Pour l’heure, seule la mission entrait en ligne de mire. La route était assez longue et il décida de voyager à dos d’un cheval. Du moins, jusqu’aux dunes de Katorrin d’où il pourrait observer le placement de l’adversaire. Si ses alliés résonnaient un minimum avec intelligence, ils feraient probablement la même chose. Un rendez-vous implicite était donc donné. Qui rencontrerait-il et sur qui pourra-t-il compter ? Collaborer avec plusieurs assassins ou mercenaires n’était pas dans ses habitudes. La dernière fois, cela a bien failli lui couter la vie. Il se remémora l’élémentaire de feu.

Lun 19 Fév - 11:20
Une nouvelle prime m’a été proposée, mais cette fois la cible est si dangereuse que les différentes nations ont décidé de réunir une équipe assez solide pour s’assurer que la proie ne puisse pas s’échapper. C’est assez impressionnant d’une certaine manière, ce Capitaine Kurk doit être un redoutable adversaire pour être si craint dans tout le continent. Que les grandes puissances en soient réduites à mobiliser les meilleurs dans le domaine pour abattre ce triton donne un aperçu de la dangerosité de la prime. C’est la première fois que je prends part à une telle chose, j’ai pour habitude de chasser en solitaire, même les proies les plus coriaces. J’en ressens une grande excitation à l’idée de me mesurer à ce Kurk, que les Grands Ancêtres observent cette chasse avec attention, le spectacle devrait être au rendez-vous.
Avant de me mettre en route, j’ai pris le soin d’adresser quelques prières aux Grands Ancêtres, tout particulièrement Yvaël. Qu’il me guide durant cette chasse, que sa force et son adresse m’accompagnent, ainsi pourrais-je ramener un trophée d’exception à mon tableau. Une tête coupée de plus, un fait de gloire supplémentaire à accrocher, ma légende n’en sera que plus grande.

Je me suis mis en route, direction Katorrin. Des informations que mon intermédiaire m’a donné, le Capitaine du Diamant Noir et son équipage bloqueraient l’accès au fleuve Katorrin, c’est donc là-bas qu’il me faut aller.
Je ne m’attarde pas pour autant en ville, prenant immédiatement la direction des dunes. Pour connaître un peu la région, pas la première fois que je foule le sable là-bas, je sais que cette zone m’offrira la meilleure position pour observer ma proie. Depuis la hauteur des dunes, je pourrais avoir un meilleur aperçu de la situation. Un simple repérage avant de penser à un plan d’approche, je prends suffisamment chacune de mes cibles au sérieux pour ne pas foncer tête baissée. Aussi, sachant que je ne suis pas le seul à avoir été désigné pour éliminer le triton, je veux attendre de voir ce que feront les autres chasseurs. Peut-être qu’il y en aura un dans le lot qui me surprendra, un qui m’offrira une fenêtre d’attaque, de quoi tirer profit de la situation.

Chercher la plus haute dune se fait naturellement, avec moi se trouve de quoi observer de loin sans être vu. Des jumelles, un appareil astucieux inventé par les humains. Ces êtres frêles en apparence ont l’art d’inventer des choses pour compenser leurs faiblesses. J’ai du respect pour eux, comme pour toute autre race peuplant Uhr, mais je dois leur reconnaître une intelligence et une ingéniosité que beaucoup d’autres n’ont pas.
La butte sableuse sur laquelle j’ai jeté mon dévolu se trouve déjà occupée, chose qui ne m’étonne pas. Aucune raison de m’alerter, il s’agit très certainement d’un des chasseurs de primes placé sur le contrat. Pour autant, je préfère me montrer prudent. Une jolie somme d’astras a été promise en échange de la mort du triton, j’ai passé suffisamment d’années sur ce continent pour connaître l’avidité des êtres vivants. L’argent fera très certainement tourner quelques têtes, des chasseurs essaieront de repartir seul avec la prime, quitte à éliminer les autres.

Le corps dissimulé sous une longue cape sombre, le visage bien à découvert, mes cornes en apparence, je grimpe au sommet de la dune, rejoint l’occupant actuel. — Bonjour, humain. Il m’a tout l’air d’en être un, tout du moins. Chevelure laiteuse, silhouette élancée, un sourire aux lèvres. Étrange personnage, il me semble assez jeune pour un humain. Ils ne vivent pas aussi longtemps que nous autres Saraph, leur faciès témoigne bien souvent de l’âge qui est le leur, c’est quelque chose qui ne trompe que rarement chez cette race. — Es-tu en observation depuis un moment ? Tu es bien là pour éliminer le Capitaine Kurk et ses hommes ? La dernière question ne fera que confirmer une évidence, mais je préfère éloigner le doute dès les premiers instants, pour mieux me focaliser sur la tâche qui nous attend.
Sans même attendre de réponse, je m’avance de quelques pas, tout en portant une main sous la cape, pour atteindre une sacoche accrochée à la ceinture. La paire de jumelles sortie, je peux la porter à mes yeux et pointer mon regard en direction de l’embouchure du fleuve Katorrin.
Mer 21 Fév - 14:52


De sa haute dune, comme convenu, l’assassin utilisa sa longue-vue pour observer les mouvements ennemis. Par la même occasion, il put également identifier de potentiels alliés, arrivés eux aussi pour la traque du capitaine Kurk. Le vent venait dans son dos et un son imperceptible lui parvenait aux oreilles. Des pas silencieux comme la mort, mais aucune menace ne s’en dégageait cette fois-ci. Probablement un allié, au moins aussi malin que lui, qui a décidé de chercher le point le plus culminant pour profiter de la meilleure vue. La crainte d’Azur fut d’être entouré d’incapables qui nuiraient plus qu’autre chose à sa quête. A sa grande satisfaction, il s’était trompé.

« Bonjour… Saraph ? », fit-il hésitant avant d’avoir la certitude qu’il s’agissait bien d’un de ces cornus à la longévité effrayante. Comme tout être-vivant, ils étaient également différents les uns et les autres. On en trouvait des terrifiants, des mignons, des gros, des moins gros… Bref, celui-ci semblait assez athlétique, habitué – sans aucun doute - aux longues traques. Son regard n’inspirait ni confiance ni hostilité. En d’autres termes, il était parfaitement taillé pour ce genre de mission. On pouvait aisément déterminer la valeur d’un homme à son regard, ce que Wanath avait toujours enseigné à l’apprenti assassin. Ce salopard ne m’a toujours pas assigné la certification officielle, alors même que je suis meilleur que bon nombre d’assassins confirmés, pesta intérieurement le jeune homme.

« Hm. Je dirais que je suis allongé ici depuis une vingtaine de minutes. Le soleil tombant, ils se préparent tous à un copieux souper. Etant donné l’ambiance générale, je dirais même qu’un banquet se prépare pour une raison que je n’ai pas pu déterminer. »

Il finit par ranger sa longue-vue, se retourner sur le dos et contempler le ciel qui s’assombrissait au fur et à mesure que le temps passait. Des étoiles commençaient à apparaître et le soleil se coucher à l’horizon. Un spectacle absolument magnifique. De son côté, le Saraph s’installa é à ses côtés et sortit ses jumelles pour observer l’ennemi. « En contrebas, tu remarqueras du mouvement qui n’est pas celui de nos cibles. Ce sont nos alliés. Ils ne sont pas mauvais, mais pas à notre niveau non plus. », fit le jeune assassin d’un air complètement détaché. En effet, un sujet bien plus préoccupant occupait son esprit.

« Quant à leur honneur, on peut sans hésiter ne pas y compter. En d’autres termes, cher ami, à la fin de cette mission, je les tuerai tous. Pas simplement par plaisir, mais parce qu’ils le feront également de leur côté. A l’odeur que tu dégages, je sens bien que tu n’es pas de la même, mais un simple chasseur de primes qui réalise honnêtement son travail. Eux, pour en connaitre certains, je peux t’assurer qu’ils nous tueront pour obtenir une plus grosse part. », toujours l’air aussi décontracté, Azur observa le ciel, mains derrière la tête, en exposant sa vision des choses. « Pour être tout à fait clair, ami Saraph, à la fin de cette mission et de son expansion, nous ne serons plus que deux. »

Azur se retourna subitement et reprit sa longue-vue. Non pour observer leur cible, mais plutôt leurs partenaires. Avaient-ils déjà un plan ? Que prévoyaient-ils ? Ne fallait-il pas les laisser agir et finir le travail ? « S’ils sont un minimum malin, ils attendront que nos amis s’endorment. C’est naturellement ce que j’aurais fait. Nos camarades iront ensuite à l’assaut de l’ennemi, profitant de l’effet de surprise durant un temps, jusqu’à ce que les forces s’équilibrent et qu’ils s’entretuent. Nous n’aurons plus qu’à nous occuper des survivants, dont certainement Kurk, qui ne mourra pas aussi facilement. Pardonne-moi pour ma lâcheté, ami Saraph, mais j’ai toujours été seul contre tous, alors tu comprends bien que j’ai dû m’adapter aux circonstances. »