Light
Dark
Bas/Haut

Pour une histoire de tableaux... [Iaso]

Pour une histoire de tableaux... [Iaso] Brandw10
Sam 28 Jan - 17:21
Il avait refusé. Le divorce ne semblait pas une option pour lui. Et elle savait bien qu'elle pouvait pester autant qu'elle le voudrait, cela ne changerait rien à leur situation. Alors, comme d'habitude, elle s'était soumise. Elle l'avait accompagné... Jusqu'à ce qu'elle découvre que rien n'avait été prévu pour la loger. Ou plutôt... Qu'ils étaient censés vivre ensemble. Cela avait provoqué une nouvelle crise, qui se révéla stérile. APrès tout, elle pouvait tempêter autant qu'elle le désirait, tout était déjà décidé, et rien ne changerait.

Elle avait donc pris une décision. Elle prendrait son mal en patience. Et une fois le mariage passé... Elle pourrait lui faire vivre cet enfer qu'elle appelait de ses voeux. Car à ce moment, il ne pourrait plus s'échapper. Elle voulait lui faire regretter sa décision. Et puis, il était militaire, non ? Donc, qu'il s'en aille, qu'il voyage à l'autre bout du monde en la laissant derrière ! Ensuite, il ne lui resterait qu'à trouver un véhicule, peut-être graisser quelques pattes, afin de pouvoir rentrer à Xandrie et reprendre sa vie là où elle l'avait laissée.

Enfin... Elle avait bien conscience que tout cela n'était que rêverie futile. Elle le savait, elle était prisonnière. Et, bien que son geôlier aie tenté de se montrer appréciable durant les quelques jours écoulés depuis son arrivée, il le restait. Un geôlier. Certainement chargé par sa famille de la surveiller. Elle soupira. De toutes façons, que pouvait-elle y faire ? À présent, elle lui appartenait, et, bien qu'elle en meure d'envie, se savait incapable de réellement lui nuire.

Enfin, quoi qu'il en soit, elle était de retour de ses emplettes. En effet, elle avait remarqué un magasin qu'elle avait vite adopté, et pouvait presque qualifier l'une des vendeuses d'amie... Presque.

Au moment de rejoindre les lieux qu'elle habitait désormais, elle promena un regard nostalgique vers la ville. Pourquoi ne disposait-elle pas de son propre logement ? Pourquoi n'avait-on pas attendu le mariage pour les forcer à se supporter lors des moments réservés au repos ? Et pourquoi, à la fin, devait-elle passer par lui pour récupérer ses rentes ? Décidemment, ce piège avait été ficelé à la perfection. Elle dépendait à présent de lui dans presque tous les aspects de sa vie. Et elle se haïssait d'avoir été trop aveugle pour s'en rendre compte.

Quoi qu'il en soit, à présent, elle n'avait plus à jouer la comédie. À présent qu'elle rentrait... Dans le lieu qu'elle n'arrivait toujours pas à appeler "chez elle", elle savait pouvoir laisser s'exprimer la véritable Elvira, dans toute son honnêteté et son fiel.

- Je suis rentrée !

Puis, alors qu'elle se débarrassait de ses affaires, elle entendit des voix. Avait-il invité quelqu'un ? Soudain, le monstre en elle s'exprima. Lui avait-il amené quelqu'un pour diversifier son régime ? Non, elle devait se contenir. Ne pas penser uniquement avec son estomac. Voyons, Elvira, on se calme.

Après avoir repris contenance, elle s'avança vers la pièce principale... Et se figea. Comment osait-il ? Comment pouvait-il se permettre de faire le portrait d'une humaine sans jamais avoir fait le sien ? N'était-elle pas bien plus belle qu'elle ? Néanmoins, elle se força à ne pas bouger, restant dans l'ombre de la porte. Normalement, il l'avait entendue s'annoncer. Elle espérait bien que les explications suivraient vite.