Light
Dark
Bas/Haut

Nidaëlle

Nidaëlle  Brandw10
Mer 5 Juin 2024 - 22:57

Nidaëlle

Contade / Soldat

38 ans / 17 Demephor 1862
Portebrume / Femme
Episcopoli
Mandebrumesexuelle / Elle
Psychopompe du Cercle / Mercenaire chez les Maraudeurs
Melinoë de Hadès II

Description

Son ultime ambition en servant le Mandebrume était de devenir son épouse pour se voir conférer des pouvoirs divins en cadeau pour son dévouement. Se délivrer de la prison d'Uhr n'était qu'une étape dans son plan. Maternelle, Nidaëlle excelle pour se faire des alliés de confiance grâce à sa douceur et à son amour. Elle est une mère douée qu'on a envie de suivre. Elle châtie ses ennemis et récompense ses alliés. Aussi impitoyable que douce. Aussi brutale qu'aimante. Elle peut écraser un crâne sous son pied tout en enlaçant quelqu'un dans ses bras. Tous les moyens sont bons pour mettre ses plans à terme. Elle est patiente et ne recule devant rien. Si un chemin bloque, ce n'est pas grave, elle en empruntera un autre. Elle possède quelque part toujours un allié pour l'aider, elle a passé sa vie à se construire un réseau d'influence solide et à se servir du nom du Mandrebrume pour réunir des adeptes fanatisés sous son aile. Le Cercle est un outil pour son ascension. Ses yeux vairons, avides de la puissance des cristaux divins, guettent un horizon sans limites.

Habiletés et pouvoirs

Insensibilité Permet de ne plus ressentir la douleur pendant un temps donné.
Art martial Maîtrise le combat à mains nues, brutal et rapide.
Escrime Maîtrise le combat avec une rapière ou une épée longue lourde.

Equipement :

Une épée lourde à deux mains, la lame est noire.
Une rapière.
Des cestes pour le combat à mains nues.

Biographie


1876

***

1876, quelque part dans une ruelle d'Aramila, dans la nuit du 3 Uhr. Nid avait quatorze ans et voyageait depuis cinq ans avec un homme vêtu d'un long manteau rouge et d'un masque blanc dérangeant par le sourire jaunit dessiné dessus, celui qu'elle appelait "Père" s'occupait de son éducation. Il avait acheté la gamine à sa famille, des ouvriers dépossédés et endettés n'ayant plus le sou pour la nourrir, lorsqu'elle était âgée de trois ans.

- Connais-tu l'histoire de notre monde ? As-tu déjà entendu parler de l'ère de l'azoïque ou du néozoïque ? Peut-être sais-tu quelque chose du récit de la Genèse ? Les prédicateurs de l'Église, t'ont-ils déjà conté les massacres qu'ils ont perpétrés et les horreurs qu'ils ont commises durant l'Âge Noir ? Et les Esprits, crois-tu qu'ils sont à l'origine d'Uhr ?

Les nombreuses interrogations de Nid laissaient assez de largesses pour déduire qu'elle était une femme érudite ayant reçut une instruction, suffisamment pleine de connaissances sur le monde pour être au courant des dernières théories scientifiques du moment. Elle était prête à dispenser de son savoir gratuitement, à illuminer la plèbe de la vérité après une éternité de mensonges.

- Soudain, la Malice est apparue, lança-t-elle de façon théâtrale en tournant sur elle-même comme la poupée d'une boite à musique. - Et les gentils Esprits bâtirent Uhr pour nous sauver, ironisait-elle en riant face à ce récit niais. - C'est un tissu de mensonges, concluait-elle avec une colère foudroyante.

- Maintenant, laisse-moi te raconter la vraie histoire, celle cachée, celle qu'on ne dit pas. Au début, tu me croiras peut-être folle, complètement frappée, bonne à enfermer ! Haha ! Et ceux qui dansaient furent considérés comme fous par ceux qui ne pouvaient entendre la musique disait mon maître. Je suis la barde jouant la mélodie. Je suis la maïeutique accouchant ton esprit des poisons et des mensonges de l'église. Aussi de la vanité et de l'aveuglement des scientifiques. Ils ont glissés en toi leur venin pour que tu sois sous leur contrôle, un parfait pantin utile. Je ne suis pas comme ça. Moi, je suis ton amie. Ta confidente. Ta partenaire. Je suis tienne. Je suis là pour te délivrer d'eux et de la prison dans laquelle ils t'ont enfermés pour mieux te soumettre.

Elle se rapprochait de son interlocuteur à chaque affirmation comme un prédateur ayant les crocs. À cause de la ferveur inégalée avec laquelle elle exultait, des perles de sueur coulaient le long de son front et sa respiration saccadée dérangeait autant que ses sourires déformés par son zèle. Pourtant, son regard, quant à lui parfaitement lucide, ne laissait pas entrevoir la folie. Elle savait à la perfection ce qu'elle faisait. Sa passion dévorante s'emparait de son corps, mais son esprit demeurait clair et limpide. En véritable actrice professionnelle, elle arrivait à déconnecter son mental de son corps. Elle imitait de façon brillante la chaleur, la vie, l'amour, la passion. Elle n'aurait eut aucun mal à faire croire être amoureuse de quelqu'un qu'elle imaginait mort.

- La vérité, la voici toute crue. Autrefois nos ancêtres étaient les esclaves des Douzes. Un jour, le Treizième, grand et bon, las des horreurs commises par ses frères et sœurs, confia le pouvoir de la connaissance des cristaux à nos ancêtres, ce qui leur permit de s'affranchir de leurs conditions et de coloniser toutes les terres et toutes les mers de tous les horizons. Leur envie de liberté fut telle qu'ils se prirent pour des dieux, ils défièrent alors leur autorité. Les douze punirent la défiance de nos ancêtres et une guerre éclata. Le treizième, voulant protéger et défendre nos ancêtres, car il aimait ses enfants, nous donna la Brume pour dompter les airs et les machines. Mais les Esprits se retournèrent contre lui et ils enfermèrent notre père, avant de se servir de la Brume pour créer Uhr et nous isoler du reste du monde, ceci afin de mieux nous contrôler et de nous asservir. Uhr n'est pas un cadeau, c'est une prison dont le Treizième nous délivrera en se servant de la Brume.

Le jeune homme à qui elle s'adressait refusa la proposition de Nid et la gifla pour la repousser. Effrayé par l'adolescente et l'imposante silhouette derrière elle qui guettait dans l'ombre. Dans un mélange de panique et de crainte, pour s'enfuir de la ruelle dans laquelle elle l'avait coincé pour l'obliger à l'écouter, il utilisa de ses muscles pour se sortir de la situation. Sauf que Nid s'énerva. Elle le poursuivit en courant vers lui pour le rattraper, avant de se jeter sur le jeune adulte avec la férocité d'une bête sauvage et de le jeter au sol en le ramenant vers elle après l'avoir saisit à la taille. Malgré son jeune âge, elle était musclée et entraînée par son Père. Dans un terrible déferlement de rage, elle propulsa à de nombreuses reprises son poing, et ce de façon frénétique, contre le visage du garçon. Le pauvre hère tentait de s'enfuir de la folie meurtrière de l'adolescente tant bien que mal en rampant au sol et en appelant à l'aide. Elle le poursuivait inlassablement en grognant comme une furie, plongée dans une transe de brutalité. A cause des coups brutaux et répétés de l'adolescente, le jeune homme tomba inconscient, le visage tuméfié et ensanglanté. L'imposante silhouette se rapprocha du jeune homme et planta la pointe de sa dague dans la gorge de l'inconscient pour en terminer avec lui. Le visage de l'adolescente rougissait de colère, sa respiration forte soulevait ses épaules à un rythme effréné, ses pupilles dilatées en redemandaient. Nid n'était pas seulement colérique, elle était d'une brutalité bestiale sans mesure.

- Niddie, ta colère est toujours autant spectaculaire. Particulièrement savoureuse à observer. Jamais je n'avais vu pareille brutalité dans un corps si petit. Je ne regrette pas de t'avoir sauvée du bourbier dans lequel tu étais. Mais tu as encore échoué à te faire un amis Nid. C'est le huitième fois que tu échoues.

La jeune adolescente se précipita dans les bras de son Père, les larmes coulaient de ses yeux. Elle se sentait si désolée, si minable. - Pardon Père ! Je vous jure que je fais de mon mieux pour me faire des amis ! J'ai essayé d'être gentille avec lui. Elle reniflait tandis que l'homme passait son index sur les joues de la gamine pour essuyer ses larmes. Avec sa main gauche, il caressait le haut du crâne de Nid pour la rassurer. L'étranger énigmatique était aussi impitoyable avec l'inconscient qu'il était doux avec elle.

- Tu sais Niddie, malgré la voie que nous empruntons, et surtout car nous empruntons celle-ci, nous ne pouvons pas nous permettre de rester isolés et d'être cruels envers les nôtres. Nous nous devons d'être une grande famille pour compter les uns sur les autres afin de lutter ensemble contre le reste du monde, c'est important. Ton épreuve est d'agrandir notre famille, c'est ainsi que je saurais que tu es enfin prête à voler de tes propres ailes. Tu échoueras souvent, beaucoup, mais je serais toujours là pour toi. Tu n'auras qu'à te reposer sur moi et réessayer autant de fois qu'il le faudra. Et si tu essayais d'être moins agressive ? De faire preuve de patience et de venir en aide à ceux dans le besoin ? Commence par utiliser nos relations pour venir en aide à un profil intéressant. En échange, demande-lui d'accomplir une petite mission pour toi, afin de rembourser sa dette, voit de quoi il est capable et élimine le s'il se montre peu coopératif. S'il coopère, s'il te considère comme une amie, propose lui de rejoindre notre famille dans son intérêt, introduit-le peu à peu à ses frères et à ses sœurs pour qu'il puisse voir la vérité. Il est important de ne pas brûler les étapes. Punis les mauvais et récompense les bons. Sois sévère avec tes ennemis, mais sois juste avec tes alliés. Ta punition pour ton échec sera de t'entraîner avec moi durant toute la nuit à l'escrime et au tir au pistolet.

1882

***

À l'époque de ses vingt ans, alors qu'elle finissait tout juste sa formation aux côtés de son Père, la dévote erra longtemps dans l'enclave à la recherche de Nebula. Considérant la Brume comme une alliée, comme un outil, Nidaëlle voulait ne faire qu'un avec et devenir Portebrume pour servir au mieux son Éminence. Elle ne craignait pas l'errance et voyait cela comme un privilège. Sa logique avait été complètement tordue par l'éducation de son Père. Elle avait d'elle-même fait le choix de s'égarer dans la Mer de Brume et avait réussi à survivre grâce aux conseils et à l'entraînement de son précepteur. La même année, à son retour de la Mer de Brume, son Père l'introduisit au sein du Cercle d'Aramila. Nidaëlle était à présent une adepte sous les recommandations de son père adoptif.

1884

***

Elle effectua plusieurs missions pour le psychopompe du Cercle. L'une des missions qu'elle devait accomplir était de s'infiltrer dans la société. Pour cela, elle devait se trouver une famille et un métier. Elle s'était mariée à un influent théologien d'Aramila. Celui-ci était pressenti pour devenir Evêque et avoir une longue et fructueuse carrière. Avec l'aide du Cercle et de son mari, Nid se consacra à la politique de la ville pour devenir Tribun. Elle défendait des positions plutôt tolérantes et progressistes, éloignée du camp radical du Clergé qu'elle combattait pour le compte du Cercle.

1885

***

Elle tomba enceinte au début de cette année et accouche la même année de sa fille, la nommée Améalys. Sa famille lui servait de couverture pour s'infiltrer dans la haute société. En trois ans, Nidaëlle était parvenue à  être élue en tant que Tribun. Son nouveau rôle et son mari qui devenait Evêque donnait à Nidaëlle un poids politique concret, élu avec huit pour cent de voix, elle était écoutée des autres Tribuns et louée pour sa sagesse. En plus d'être intelligente, elle apprenait à bonne école et savait écouter les conseils de ses alliés. Pour Nidaëlle, la patience avait finit par payer.

1898

***

Les événements se déclenchaient les uns après les autres. Le psychopompe de son Cercle lui confia une nouvelle mission qui devait lui permettre de devenir psychopompe à son tour : elle devait faire en sorte d'envenimer la situation entre son mari et son rival, puis mettre à mort sa famille et simuler sa mort pour mettre cette tragédie sur le dos d'une personne qui devenait très gênante pour le Cercle. Ensuite, elle devait disparaître. Elle planifia la réussite de ce plan pendant de longs mois. Elle commença par soutenir l'Évêque rival de son mari, puis à flirter avec lui, elle fit en sorte de nourrir cette rivalité jusqu'à ce qu'elle devienne haine. Lorsque finalement, prit de colère et de jalousie, son mari insulta et frappa publiquement l'Évêque rival, Nid sut qu'il était temps d'agir. Ce plan devait permettre de supprimer à la fois deux Évêques zélés et gênants pour le Cercle, tout en créant des conflits internes entre les factions politiques d'Aramila.

- Lâche-moi maman ! Par pitié ! Maman, je t'en supplie, je ne comprend pas ! Maman, pleurait Améalys sous la pression du désespoir qui s'emparait d'elle face à la brutalité de sa mère. Si jeune et pourtant dans son regard on pouvait lire le traumatisme de celui qui revenait de la guerre et avait vu l'enfer.

Le cadavre de son mari gisait aux pieds de Nidaëlle. Il avait les yeux ouverts et semblait, dans une expression de terreur, fixer sa fille. Une marre de sang s'écoulait du crâne de l'homme et les pieds nus d'Améalys trempaient dans le sang de son père. Quant à Nid, elle bloquait sa fille contre le mur de la cuisine, cette pièce même où quelques années auparavant elle donnait le sein à sa fille. L'odeur nauséabonde du sang et de la mort imprégnait l'air de la maison.

- Arrête de pleurnicher pathétique chose. Tu n'es rien pour moi. Je ne t'ai jamais désirée. Tu n'as été qu'un outil, ta vie n'a pas de valeur. Tu n'es même pas un accident, cela serait t'accorder encore trop d'importance. Si tu veux vivre, va t'en et ne te retourne pas. Ne parle à personne. Ne crois personne. Cours. Le plus vite que tu peux, cours et ne te retourne pas. Vole. Tue. Bois la pluie à même le sol s'il le faut. Mange la chair de ceux que tu as tué si tu es affamée et que tu n'as rien d'autre dans le désert. Fais tout ce qu'il te faudra faire pour survivre. Sinon, meurt.

- Si tu me laisses en vie, je te retrouverais et je te butterais pour ce que tu nous as fait à papa et à moi ! T'es qu'une salope frigide ! Je survivrais et un jour ou l'autre j'aurais ta peau ! J'en fais le serment devant tous les Dieux de ce monde ! J'aurais ta peau maman !

Elle observa sa fille s'enfuir en pleine nuit de la maison, alors que le désert était glacial, la petite courait sur le sable sans rien aux pieds et seulement vêtue d'une petite robe de nuit. La petite, terrifiée, sanglotait, tremblait, sa mère l'avait brisée aussi bien physiquement que psychologiquement. Nidaëlle se demandait si cette petite chose allait pouvoir survivre toute seule dans cette prison qu'était Uhr. Elle n'éprouvait aucun plaisir à avoir fait ou avoir dit ça. Nidaëlle n'était ni sadique ni cruelle, bien qu'elle était complètement impitoyable.

Les minutes passèrent et des larmes commencèrent à couleur sur les joues de Nidaëlle. Les larmes se transformèrent bientôt en deux rivières qui coulaient le long de ses joues dans un flot ininterrompu. Détruire sa famille avait été bien plus douloureux qu'elle ne l'aurait pensé. Elle aimait vraiment sa famille, plus qu'elle ne le pensait.

- Améalys... Je n'avais pas le choix... Ce que je fais, je le fais pour ton bien. Je te nous délivrerais de cette prison...

Après quoi elle récupéra deux cadavres de la même taille qu'elle et sa fille, méticuleusement préparée pour ce jour. Enfin, avant de disparaître, elle mit le feu à sa maison et laissa des preuves incriminantes dans et autour de sa maison pour accuser l'Evêque rival de son mari. Cela devait être suffisant pour créer de nombreux conflits dans la politique interne de la ville. Chaque camp se rejetterait la faute, et cela créerait un climat de méfiance.

1900

***

Cela faisait assez longtemps qu'elle fuyait et se cachait en voyageant aux quatre coins d'Uhr. Désormais oublié, il était temps pour elle de réapparaître en Xandrie et de rejoindre les maraudeurs pour s'infiltrer dans l'armée de l'Alliance..
Une catchphrase qui vous résume bien / Il

J'suis pas difficile, j'aime tout. Je me prends pas trop la tête, j'suis chill. Enjoy o/



Dernière édition par Nidaëlle le Jeu 6 Juin 2024 - 20:27, édité 31 fois
Jeu 6 Juin 2024 - 10:31
Bonjour chère Nidaëlle ! Officiellement bienvenue parmi nous! Je suis complètement fan de ton feat, et plus encore de ce personnage - enfin un membre du 13ème cercle! Nous avons hâte de découvrir la suite de ta fiche. Quand elle sera terminée, n'hésites pas à nous solliciter sur ce sujet pour qu'on vienne te valider! Si tu as des questions, n'hésites pas.

Bon courage pour la suite !
Jeu 6 Juin 2024 - 15:24
Merci beaucoup chère Lö. Je me tiens disponible pour d'éventuelles corrections.
Jeu 6 Juin 2024 - 20:40

C'est Uchihen cette histoire

Vivement le Sharingan

saskee10

Curieux personnage que notre petite Nid, dont le passé semble troublé mais heureusement pas tant que ça ! "Plutôt la mort que la souillure", on peut dire que la devise lui va bien ; c'est peut-être celle qui a gouverné sa vie jusqu'ici. Quelqu'un de sombre mais qui cache dans sa poitrine un petit cœur fragile battant d'amour et de chagrin pour sa fille délaissée : j'espère qu'on la reverra !

Des bases solides pour un personnage couteau-suisse. Beaucoup de choses traitées en surface mais qui ne demandent qu'à être explorées avec des partenaires (ou même sur des solos, si tu es chaud). On espère que Nid trouvera son bonheur auprès du Mandebrume, même si le prochain évènement risque de marquer un tournant dans sa vie. Sa dévotion risque d'être mise à rude épreuve, mais quoi de mieux qu'un grand affrontement et le risque de perdre un être cher pour se développer en profondeur.

Et une organisation qui, s'il advenait quelque chose de terrible au Mandebrume, ne demanderait qu'à être remise sur pieds. Mais Nid ne prévoit pas l'échec, n'est-ce pas ?

Rang : Noble (je corrige l'orga et ton rang)
Pouvoir / Arme : Déjà fait
Affinité : 6 PA
Astra : +200 Astras

La suite logique

Avant d'aller RP, assure toi de bien recenser ton avatar pour que personne ne te le prenne. Si tu ne sais pas avec qui commencer, tu peux toujours faire une recherche de partenaires ou répondre à celles en cours. Accessoirement, tu peux aussi poster ta fiche pour récapituler tes liens, ta chronologie, tes possessions... Enfin, si ton personnage fait partie d'une organisation, n'oublie pas de demander à la rejoindre ou à l'ajouter, si elle n'existe pas encore.